Aimez MaChronique !



Attention aux insectes piqueurs

Partagez cet article !

Un article proposé par R.Lessard Exterminateur, dératisateur à Montréal, Qc

Au Québec, l’arrivée du beau temps rime avec le retour des insectes. Certains sont plus désagréables que d’autres; on pense particulièrement aux bestioles qui nous prennent pour leur collation. On les reconnaît par leur bourdonnement et à la douleur que laisse leur piqûre et morsure. Dans cet article, nous découvrirons ces insectes suceurs, soit les plus communs au Québec :

  • le maringouin;
  • la mouche noire;
  • le brûlot;
  • la mouche à chevreuil;

Nous verrons comment les reconnaître et s’y protéger.

Le maringouin

Son apparence

Aussi appelé moustique, le maringouin possède un corps mince, de longues pattes, des ailes et une paire d’antennes. Sa tête est dotée d’une trompe, nommée proboscis, permettant à la femelle d’aspirer le sang de sa victime. La trompe du mâle est moins solide puisqu’il ne pique pas.

Son habitat

Le maringouin préfère l’eau stagnante et peu profonde. Nous les retrouvons donc un peu partout : en campagne près d’un étang, mais également en milieu urbain, attirés par l’eau d’une gouttière.

La mouche noire

Son apparence

Contrairement à son nom, la mouche noire est aussi de couleur brune, jaune ou orange. Elle mesure entre 1 et 5 mm. Elle possède six pattes courtes. Son thorax est arrondi et elle affiche une silhouette courbée.

Contrairement au maringouin, elle ne pique pas : elle mord. Sa bouche est coupante et adaptée, de sorte à déchirer la chair et aspirer le sang.

Son habitat

Nous rencontrons la mouche noire dans les régions humides et boisées. Dans une forêt, vous risquez de la croiser près d’un lac ou d’une rivière. Elle est présente tout l’été, jusqu’en septembre.

Le brûlot

Son apparence

D’apparence semblable à la mouche, ce moucheron est si petit qu’il est difficile de le voir. Il se déplace sans bruit et peut même passer à travers une moustiquaire. Il est souvent incolore.

Celui-ci doit son nom à la désagréable impression de brûlure suite à sa morsure.

Son habitat

Cette petite mouche est particulièrement présente dans la matière organique en décomposition, d’où elle se nourrit et pond ses œufs. Elle apprécie l’humidité, mais non les sources d’eau, comme la mouche noire.

Nous retrouvons le brûlot à partir de la fin juin à juillet. Il est actif de jour, comme de nuit, particulièrement en fin d’après-midi, à la chaleur tombante et à la brunante.

La mouche à chevreuil

Son apparence

La mouche à chevreuil fait partie de la même famille que la mouche noire (les diptères), ce piqueur affiche une silhouette semblable, mais bien plus grosse. Elle mesure entre 10 et 30 mm. Sa grosse tête est nettement dégagée de son corps.

Son habitat

Elle privilégie les environnements humides et est attirée par la peau humide. Les baigneurs et adeptes de sports nautiques en seront particulièrement incommodés, et ce, pour tout l’été puisque cette mouche vorace est active de juin à août.

Caractéristiques communes

Lorsque ces insectes attaquent leur victime, ils libèrent de la salive, contenant un anticoagulant, qui leur permet d’aspirer le sang dans leur trompe. La salive engendre l’enflure et la sensation de brûlure et de démangeaison que nous connaissons.

Cet inconfort varie de quelques heures et quelques jours selon la sensibilité de chacun. Son intensité diffère selon le degré de tolérance de la personne à ce poison

Seules les femelles piquent ou mordent afin d’en soutirer le sang de l’animal ou de l’humain victime. Noter qu’elles ne piquent que lorsqu’elles sont fécondées.

C’est le besoin de la protéine que contient le sang pour le développement à maturation de ses œufs qui pousse les femelles à rechercher du sang. Ces insectes ne se nourrissent donc pas de notre sang, contrairement aux punaises de lit.

Quelques bonnes habitudes pour se protéger

Lors de vos activités extérieures:

· portez des vêtements légers, amples et de couleurs pâles, couvrant le maximum de peau (cheville et poignet).

· Évitez les parfums, car ils attirent ces insectes volants, et

· pensez à couvrir votre tête d’un chapeau muni d’un filet.

· Protégez votre peau avec un insectifuge contenant du DEET (diéthyltoluamide).

· La citronnelle et la lavande sont aussi efficaces pour éloigner ces insectes.

Un tout dans le cycle de la vie

Bien que ces bestioles nous importunent, n’oublions pas qu’elles jouent un rôle utile dans la chaîne alimentaire.

Le maringouin, par exemple, se nourrit de nectar, aidant ainsi à la pollinisation. Il constitue une ressource alimentaire importante pour de nombreux prédateurs, les araignées ou les oiseaux, par exemple.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !