Prendre sa place : la différence entre un « dominant » et un « dominateur »

Partagez cet article !

« L’homme est un loup pour l’homme » (Thomas Hobbes) et il est même le pire prédateur pour ses congénères, quand il sent une vulnérabilité chez l’autre. Dominer pour ne pas être dominé, dévorer pour ne pas être dévoré. Ainsi agit le dominateur : il cherche à envahir le territoire de ses semblables pour agrandir le sien et soumet tous les plus faibles que lui. Ce besoin de domination se retrouve chez Hitler, Alexandre le Grand ou Napoléon qui, pour quelques obscures revanches sur la vie et les autres, étaient assoiffés de pouvoir. Il se retrouve aussi chez le conjoint, le patron, le collègue de travail et, pire encore, chez les parents. C’est la peur, les souffrances, les frustrations qui poussent à écraser les autres, parce qu’ils sont menaçants. Souvent humilié dans son enfance, par un père ou une mère abusifs, puis par les enseignants et les élèves, le dominateur a une revanche à prendre, une peur viscérale que ça recommence, un manque d’estime et de confiance qui le rendent agressif.

Le dominant, lui, fait respecter son territoire et respecte celui des autres. Il a du charisme et de l’assurance, sa confiance et son estime lui permettent de repousser quiconque l’envahit et il ne craint donc personne. Il fait valoir ses convictions sans violence et les plus beaux exemples sont Mère Teresa, Nelson Mandela ou encore Gandhi. Vous n’êtes pas obligé d’avoir cette volonté de refaire le monde ou de modifier les mouvements de pensées pour être un dominant. Il suffit que vous préserviez votre zone de confort et que vous ne laissiez personne vous placer dans une émotion négative ou une situation qui vous fait souffrir. Cela s’appelle « prendre sa place », sachant que personne ne vous la prend et que c’est vous qui la laissez.

Un dominateur est un dictateur et un dominant est un leader.

Des Livres pour Changer de Vie !




Je sais que le mot « dominant » vous fait dresser les cheveux sur la tête, parce que vous n’avez vécu que dans un monde de dominateurs et dominés et qu’on vous a enseigné que dans un couple ou ailleurs, il y en a toujours un qui a le dessus sur l’autre. Faux ! Dans un monde affectivement équilibré, chaque personne est « un dominant » et se respecte en respectant les autres. Vous êtes ou devriez être un dominant qui veille à son équilibre, à son bonheur, à ses plaisirs et ses passions et qui sait que sa liberté s’arrête où celle de l’autre commence. Pourquoi vous laisser malmener, maltraiter, humilier par un parent, un conjoint, un patron ou qui que ce soit d’autre ? Votre vulnérabilité est inscrite dans votre site internet subliminal : « écrasez-moi, c’est tout ce que je connais ». Cette invitation est perçue rapidement par tous ceux qui ont un besoin de pouvoir et de contrôle parce qu’ils sont terrifiés. Ils n’en ont pas l’air car ils affichent une grande confiance, ces géants aux pieds d’argile : il suffit souvent d’aboyer plus fort qu’eux et ils se couchent. Essayez !

Personne n’est au-dessus de vous : c’est vous qui mettez les autres au-dessus. Personne n’est en-dessous non plus. Acceptez de considérer que vous êtes unique, avec de belles qualités, que vous perdez de vue quand quelqu’un vous fait croire que vous êtes en-dessous de lui : c’est vous qui lui donnez le pouvoir de vous détruire et vous pouvez le lui retirer. Pourquoi un dominateur ne s’approche jamais d’un dominant ? Parce qu’il sent qu’il n’aura pas le dessus et, de toute façon, il y a tellement d’autres personnes vulnérables et blessées à dominer.

Aimez-vous ce texte ?

Vous êtes dominant quand vous le décidez, vous reprenez votre place quand vous le voulez : Vous respecter oblige automatiquement l’autre à vous respecter. Alors, qu’est-ce que vous attendez ?!

Partagez cet article !