Collègues de travail: 4 pistes pour affronter votre « pire » ennemi

Partagez cet article !

Collègues de travail: 4 solutions pour travailler avec son « pire » ennemi

« Chaque matin, lorsqu’ elle arrivait au travail, je sentais monter en moi un stress. Elle ponctuait toutes mes phrases par des remarques acerbes ». Natacha a dû quitter son travail, elle n’a pas su surmonter cette tension quotidienne. Sans arriver à cette extrémité, beaucoup d’entre vous n’apprécient pas leur collègues de travail. Mais entre l’amitié avec vos collaborateurs et l’antipathie chronique, il existe une marge. 4 pistes de réflexion pour entériner la hache de guerre.

Première étape: trouver des points communs, des passions communes. Vous voyez votre collègue 5h à 7h par jour, essayez de trouvez des terrains d’entente. En face de vous, il existe un individu avec des centres d’intérêt. Vous pouvez essayer de trouver des points communs avec votre collègue de travail. Une passion, un trait de caractère peut vous rapprocher. Vous êtes de nature joviale? Votre collègue aime rire de bon coeur avec d’autres, optez pour l’humour, joignez vous au groupe.

Facile, me direz vous? Oui et non. La volonté peut vous donner des ailes pour améliorer votre communication avec cette personne, votre personnalité fera le reste.

Le dialogue ne passe pas, passons à la deuxième étape.

Deuxième étape: il est impératif de comprendre d’où provient cette antipathie. Le simple fait de comprendre ce qui est à la base de ce sentiment en diminuera l’ampleur. Si vous n’aimez pas votre collègue à cause de certains comportements, certains gestes comme l’indifférence, le mépris, vous pouvez lui en parlez mais vos commentaires doivent porter sur les agissements et non sur un trait de personnalité.

Ainsi, si votre collègue arrive sans arret en retard et que vous devez rattraper le travail en retard, vous pouvez lui glisser gentiment cette remarque: « Ta façon d’arriver toujours en retard me gêne épouvantablement car je dois, pour te rendre service, faire une partie de ton travail. Pour une bonne entente, et je suis sûre que tu le veux autant que moi, ce serait mieux que tu arrives un peu en avance ».Tout est dans la forme.

Votre collègue n’y entend rien, optez pour une autre stratégie.

3ème étape: Ayez confiance en vous.Ce n’est parce qu’il ou elle cherche à vous dévaloriser sans cesse que vous devez tomber dans le piège de l’auto-flagellation. Dressez la liste de tous vos succès et de vos qualités reconnues. Ne vous limitez pas à vos compétences professionnelles.Quelque soit son comportement, l’important, c’est le vôtre qui importe. Ne vous rendez vous pas coupable de ce que vous lui reprochez et ne vous remettez en question que sur ce qui vient d’arriver.

Aimez-vous ce texte ?

L’important, c’est vous!

4ème étape. Fréquentez des personnes qui vous apprécient et que vous aimez. Si vous ne souhaitez pas manger avec vos collègues de travail à la même table, ne le faîtes pas. Un déjeuner rapide avec votre ami (e) dans un fast food ou une brasserie vous donnera plus de dynamisme pour l’après midi.

R.MALTON
Psychothérapeute

Partagez cet article !

Des Livres pour Changer de Vie !