Aimez MaChronique !



Paris et AirBNB, la fin en vue ?

Partagez cet article !

Inadaptée aux exigences professionnelles françaises, accusée d’incitation à la fraude ; la plateforme américaine AirBNB est sous le feu des critiques. La récente décision de la SNCF de mettre fin à leur partenariat est un exemple donné à la Mairie de Paris selon Richard Vainopoulos (Président de Tourcom)

Un système incitant à la fraude fiscale

Le 11 décembre dernier, le parlement a voté une disposition obligeant les utilisateurs d’AirBNB à  déclarer les revenus générés via cette activité dès le premier euro gagné. Une décision significative tant la plateforme a bâti sa réussite en facilitant les « prestations non déclarées ». En effet, si l’entreprise reverse une taxe de séjour et incite ses utilisateurs à déclarer leurs revenus, c’est bien la possibilité de contourner les règlements de la location qui lui assure tant de succès. Outre ces dispositions, la fin de l’association SNCF-AirBNB est donc une bonne nouvelle selon Richard Vainopoulos de Tourcom puisque la plateforme américaine constitue une concurrence déloyale pour les professionnels touristiques français, hôteliers de Paris en tête.

Des consommateurs exposés à des risques conséquents

D’après le Président de Tourcom, le business model d’AirBNB repose sur l’exploitation de l’amateurisme. Contrairement à ce qu’elle affirme, la plateforme de location touristique entre particuliers n’est donc pas une «gentille entreprise collaborative ». Au-delà des acteurs traditionnels du secteur, ce sont surtout les usagers et consommateurs qui en sont victimes. Si les loueurs sont passibles d’un redressement fiscal conséquent en cas de non déclaration, les locataires de passage risquent aussi de mauvaises surprises.  Surtout, ils ne seront généralement pas remboursés en cas d’incendies et autres incidents ; les garanties proposées par AirBNB ne couvrent pas les sous-locations, sont corollaires de l’assurance habitation et ne seront mises en jeu qu’en l’absence d’arrangement de gré à gré.

Pour Richard Vainopoulos, la Mairie de Paris se doit donc de suivre l’exemple de la SNCF et même des villes étrangères comme Barcelone dans leurs actions contre la location illicite. C’est uniquement dans cette voie que se trouve le développement du tourisme français.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !