Aimez MaChronique !



VIOLENCE CONJUGALE : 5 FORMES DIFFÉRENTES

Partagez cet article !

VIOLENCE CONJUGALE : 5 FORMES DIFFÉRENTES

Qu’est-ce que la violence conjugale ? Souvent, vous pensez que c’est juste lorsque l’un des conjoints frappe l’autre. Et je tiens à préciser que ce n’est pas toujours l’homme qui frappe, les femmes frappent aussi, j’en suis un ex-exemple vivant ! Un(e) conjoint(e), comme je le dis souvent, c’est la personne la plus proche de vous : ça ne peut être un parent, on les quitte, ni un enfant, ils nous quittent, ni les amis, on ne vit pas avec. Votre partenaire de cœur et de corps, c’est celui ou celle qui vous aime, respire votre vie, la partage, vous respecte et vous soutient. Bref, c’est la personne sensée partager votre bonheur et non vous faire subir mille morts !

La violence conjugale peut être plus subtile que les coups physiques et elle  prend, en fait, cinq formes différentes :

Verbale

Psychologique

Physique

Sexuelle

Économique

Examinons-les de plus près :

Violence verbale :

Le conjoint ou la conjointe :

· élève la voix pour vous intimider

· crie ou hurle pour vous parler

· vous insulte

· vous rabaisse

· vous menace

· vous fait du chantage

· vous interdit de sortir

· vous donne des ordres

· etc.

Vous n’êtes plus dans  un couple, mais dans une caserne ! L’adjudant-chef (votre conjoint(e)) vous hurle après, vous humilie, vous brise. Il n’est pas normal qu’un adulte crie après un autre adulte ou l’insulte et encore moins votre conjoint(e).

Violence psychologique :

Le conjoint ou la conjointe vous fait subir :

· du dénigrement de votre intelligence

· des critiques constantes sur votre façon de cuisiner, de bricoler

· des reproches sur votre façon d’élever les enfants

· des commentaires négatifs sur votre comportement en public

On s’entend que votre conjoint(e), fier/fière de vous, devrait plutôt vous complimenter ?

Violence physique :

Le conjoint ou la conjointe :

· vous frappe

· vous gifle

· vous donne des coups de poing ou des coups de pieds

· vous pousse

· vous serre ou tord le bras

· vous lance des objets

· vous enferme

· vous menace

· etc.

C’est faux qu’il faut se disputer et se battre dans un couple, pour le simple plaisir de se « rabibocher » sur l’oreiller. C’est misérable d’être insulté et battu, puis de servir d’objet sexuel pour se rassurer. Car, c’est bien ce que vous faites après une dispute, voire une bagarre : vos deux enfants intérieurs « baisent » pour être sûr que l’autre est encore là et c’est l’énergie du désespoir que vous y mettez et que vous interprétez comme une attirance sexuelle extrême !

Violence sexuelle :

Le/la conjoint(e) vous oblige à :

· avoir une relation sexuelle

· regarder du matériel pornographique

· se prostituer (vous soumettre à l’échangisme)

· se laisser insulter pendant l’acte sexuel

· se laisser attacher ou mordre pendant l’acte sexuel (contre votre gré)

et vous récompensera par le sexe, si vous avez fait ce qu’il faut pour le mériter. Parfois même, vous n’aurez plus de sexe du tout et on vous dira que c’est de votre faute, ce que vous croirez… C’est de la violence !

Faire l’amour, c’est avoir une relation sexuelle avec une personne qui vous aime et que vous aimez, qui vous respecte et que vous respectez et les deux ont du plaisir. Faire la sensualité, c’est la même chose, le sentiment amoureux en moins. Mais pour le reste, ce n’est que « baiser » (cf. « Gagnez au jeu des échecs amoureux ») et que dire quand vous acceptez n’importe quoi, contre votre gré, au niveau du sexe, juste par peur de perdre l’autre ? Vous prostituez tout simplement vos valeurs et votre corps… Je l’ai assez fait pour vous en parler : je donnais du sexe pour qu’on me trouve belle, alors que je n’avais pas envie d’une relation physique.

Violence économique :

Le conjoint ou la conjointe :

· veut toujours contrôler votre budget

· vous interdit d’acheter certains articles

· vous reproche des achats que vous avez faits pour vous ou les enfants

· vous interdit de travailler à l’extérieur de la maison

· vous force à voler

· vous oblige à le/la faire vivre

· Etc.

Nous sommes nombreux à nous être faits plumer par un(e) conjoint(e) et avec notre consentement ! Ca m’a coûté mes 10 dernières années pour rembourser mes dettes ! J’aurais mieux fait de me payer des gigolos, ils m’auraient coûté moins chers et auraient fait semblant de m’aimer !

Ces listes se passent de commentaires, quant aux détails : vous vous serez peut-être reconnu(e), dans ce que vous vivez ou ce que vous infligez. Mais il faut savoir que la violence faite aux hommes est moins répertoriée (ils ne portent pas plainte) que la violence faite aux femmes. Il faut arrêter de croire que seuls les hommes cognent : beaucoup de femmes profitent de leur statut de « sexe faible » pour infliger des coups et blessures, sachant que le conjoint n’ose pas riposter. Au Québec, il part en prison directement, sur simple appel de la conjointe, sans autre forme de procès, et attendra le sien dans une cellule, même si les allégations de sa femme sont fausses : ça n’incite pas à répondre aux coups. En France, c’est moins simple de faire emmener un conjoint par la police.

Mais comment peut-on accepter d’être traité(e) de la pire des façons par la personne qui devrait être la plus proche de vous ? Foutue dépendance émotive ! C’est bien elle qui vous pousse à tout supporter, tout endurer, par peur de la solitude ou/et par peur de ne pas être capable de vivre par vous-même, dénigré par l’autre. Le ton de voix qui monte, une main qui se lève, un objet envoyé à travers la pièce, une insulte déguisée (« Toi, tu n’es pas capable de faire grand-chose, hein ? ») ou pas (« Tu es bête ou quoi ?! »), une remarque doucereuse (« La cuisine/le bricolage, ce n’est pas ton fort. D’ailleurs, en quoi es-tu doué(e), si tu l’étais, ça se saurait ! ») sont le début de la violence. Et quand vous en venez aux insultes, que vous n’accepteriez de personne d’autre, pour mieux vous « rabibocher » sur l’oreiller, c’est de la violence conjugale…

Le respect de vous-même et de l’autre, c’est n’accepter ni ne se livrer à aucun écart de langage, aucune attitude déplacée, ne prononcer ni n’entendre aucune insulte, n’admettre ni ne poser aucun geste agressif. Normal ou sain de se disputer dans un couple ? FAUX ! Deux personnes qui s’aiment et se respectent n’ont aucun besoin d’en venir à des attaques verbales ou physiques, ni de quelque ordre que ce soit. Et je ne vous fais pas nager dans le monde des « bisounours » ! Quand vous participez à des combats d’ego et de territoire, des luttes de pouvoir ou encore à une relation bourreau/victime, ce n’est pas de l’amour, c’est de la névrose ! La violence ne fait en aucun cas partie de l’équilibre, ni des sentiments amoureux.

C’est le déséquilibre qui vous pousse à vous engluer dans une toile d’araignée qui fait en sorte que plus vous vous débattez, plus vous vous emberlificotez, que vous soyez violent ou que vous subissiez. En fait, plus l’autre se soumet, plus vous le méprisez et plus vous le violentez. Et l’autre, plus vous le frappez, plus il se soumet : vous voyez le cercle vicieux ? Et pour finir sur une note humoristique, quand je dis en conférence que « la seule chose que mes conjoints me rendaient, c’était les coups ! », je sens la salle saisie d’un frisson, surtout quand j’annonce que c’est moi qui attaquais ! Si vous voulez en savoir plus sur mon expérience en violence conjugale, lisez la chronique de la semaine prochaine !

Source : http://www.sq.gouv.qc.ca/femmes/la-surete-vous-conseille/cinq-formes-violence-conjugale.jsp

Nouveau ! Lisez le e-book « Pourquoi récupérer son ex, là est la question. Comment survivre à une rupture, là sont les réponses ! » : http://www.pascalepiquet.com/pourquoi-recuperer-son-ex.php

Écoutez Pascale Piquet, chaque mercredi à la radio :

Chroniques hebdomadaires :

94.1 FM à Sept-Îles : Écoutez le trio détonnant David Tancrède, Valérie & Pascale Piquet, tous les mercredis à 16h30 ! Écoute en direct : www.le941.com

95.7 FM au Saguenay-Lac-St-Jean : Écoutez la chronique décapante de Pascale Piquet avec la complicité de John Ferguson et son équipe, tous les mercredis entre 15h00 et 16h00 ! Écoute en direct : www.saguenay.radiox.com/accueil

Lisez le second livre de Pascale Piquet : « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Michel Lafon)

Lisez la chronique de Pascale Piquet, chaque mercredi !

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

Prenez une dose de bonne humeur : suivez Pascale Piquet sur Twitter www.twitter.com/pascalepiquet

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?