Aimez MaChronique !



SANTÉ : MON CORPS, MA VOITURE

Partagez cet article !

SANTÉ : MON CORPS, MA VOITURE

 

Pourquoi prenez-vous plus soin de votre voiture que de vous-même ? Jamais vous ne mettriez de l’essence ordinaire alors qu’il faut du super, vous faites les changements d’huile (la vidange pour les Européens !), vous réparez les freins ou tout autre problème particulier parce que sans votre véhicule, pour certains, vous n’êtes plus rien. Et sans votre corps alors ?! Là, vous utilisez le mauvais carburant, mangeant n’importe quoi et du « bien gras » de préférence, vous ne surveillez absolument pas votre niveau de stress et quand vous êtes à plat, au lieu de vous arrêter pour vous regonfler, vous forcez !

 

Vous êtes sans égard pour votre corps qui est sensé vous emmener le plus loin  possible : d’ailleurs, qui veut aller loin ménage sa monture. Ménagez-vous votre corps ? Il n’y a pas d’aiguille pour vous signaler les niveaux, aucun voyant rouge qui clignote, aucune sonnette d’alarme qui attire votre attention sur le fait que vous allez « péter une durite ou un câble » ! Vous dormez peu, travaillez parfois beaucoup, vous sortez les week-ends, abus de nourriture et d’alcool, vous ne prenez pas le temps de faire du sport ou de vous reposer. Vous courez toute la sainte journée ! Et si votre corps donne des signes de fatigue ? Qu’à cela ne tienne, vous prenez de la caféine et d’autres excitants, puis des pilules pour dormir. Et un beau jour, la dépression ou/et l’épuisement professionnel frappent à la porte pour vous faire allumer sur un point : vous avez poussé le bouchon trop loin. Malgré de longues années de bons et loyaux services, il y a mis tout son cœur et toutes ses tripes, vous l’avez épuisé et vidé : votre corps est au bout du rouleau, il ne peut plus avancer.

 

Votre corps est pourtant la machine la plus incroyable de la création : il se répare tout seul, mais pas dans toutes les situations. Une fracture ? Il ressoude les os. Une plaie ? Il  va la refermer. Une infection ? L’organisme va lutter pour s’en débarrasser. Il se répare principalement en dormant, il travaille 24h/24, il vous emmène où vous voulez, vous lui faites faire tout ce que vous désirez. Et vous, que faites-vous pour lui ? Au lieu d’en prendre soin, autant que de votre voiture, vous le malmenez, vous l’usez, vous le poussez, vous le brutalisez. Dormant peu, mangeant mal, vous ne lui donnez pas le bon carburant pour désencrasser et optimiser tous vos circuits. Vous l’affaiblissez avec du tabac ou/et  de l’alcool, parfois des drogues, autant d’excès qui jouent contre lui et peuvent vous/le  tuer.

 

Vous avez un garagiste ? Eh bien pour le corps, il faut plusieurs spécialistes parce que la mécanique est aussi puissante qu’elle peut être fragile. En ce qui me concerne, je lui en ai fait voir de toutes les couleurs jusqu’à l’âge de 40 ans : je ne lui ai rien épargné ! Je n’en suis pas fière, avec le recul, mais heureusement que dans mon cas, il est résistant, peut-être parce que j’ai toujours fait du sport : au régime, de l’âge de 19 ans à 33 ans pour peser le moins possible (en dessous de mon poids santé) afin de monter les chevaux de courses, de l’alcool, des accidents, une multitude de chocs émotionnels, la colère, les bagarres avec les conjoints, la haine, bref, je l’ai mis à rude épreuve. A 40 ans, j’ai réalisé l’utilité d’une bonne santé mentale et physique : « Mens sana in corpore sano » (Un esprit sain dans un corps sain). J’ai voulu sauver le capital santé qu’il me restait ! Aujourd’hui, je me suis entourée d’une équipe qui m’épaule dans la gestion de mon corps : diététicienne, ostéopathe,  massothérapeute, entraîneur pour le sport, profs de Bikram Yoga ( http://www.bikramyogamtl.com/home_fr.html ). Je cours une heure par jour l’été et deux fois par semaine les autres saisons. Bref, j’ai décidé que plus j’avancerai en âge, plus je prendrai soin de ce véhicule extraordinaire qu’est mon corps.

 

Ça vous paraît peut-être compliqué de faire appel à tous ces corps de métiers pour prendre soin de vous et je le comprends. Mais pourquoi, à l’idée de la mort, êtes-vous terrifié ? En massacrant votre corps comme vous le faites, vous précipitez votre fin ! Paradoxal, non ?! Que direz-vous de juste prendre soin de votre alimentation, boire deux litres d’eau par jour et faire un peu de sport ou/et vous faire masser ? Ajoutez un sauna de temps en temps pour éliminer les toxines et le tour est joué ! Ne me faites pas croire que c’est difficile. Il suffit de le décider. Les diététiciens ne sont pas réservés aux personnes qui luttent contre leur poids : ils vous diront ce dont votre organisme a besoin pour l’aider à mieux fonctionner et équilibrer votre alimentation. En mangeant mal, vous traînez une fatigue, en plus des gras superflus, qui usent toute la machine, puisque vous forcez. Être en bonne santé physique et mentale est un plaisir qui vous permet de vous sentir très libre. Quand votre corps tombe en panne et vous oblige à rester couché, incapable de vous lever, vous voilà prisonnier de ce que vous avez refusé d’entretenir ! Vous avez la capacité de courir, de faire du vélo ou tout autre sport, bougez tant que vous le pouvez encore, avant qu’il ne se rouille ou qu’il soit définitivement assis dans un autre véhicule : un fauteuil roulant !

 

Il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse : le sport à outrance (quand vous n’y allez pas vous culpabilisez !), être obsédé par la nourriture et terrifié par la maladie. Le sport peut devenir une compulsion et une compulsion, c’est un excès. Que faites-vous du plaisir ? Il existe une multitude de sports que vous pourrez pratiquer dans la joie et la bonne humeur et non dans l’obligation. Cherchez donc une activité qui vous fait bouger : il n’y a pas que les salles de gym ! Allez, ne faites pas votre mauvaise tête : vous pouvez encore sauver, vous aussi, votre capital santé : prenez-vous en main et réalisez que votre corps a besoin que vous en preniez soin, comme il prend soin de vous. Et si je dorlote le mien, ce n’est pas dans le but de rester jeune : vieillir, c’est ralentir pour prendre le temps de grandir en sagesse. Je ne cours pas après la jeunesse, j’entretiens ma santé, dans le plaisir ! Et comme disait mon grand-père « Ce n’est pas une fois que tu as fait dans ton pantalon qu’il faut serrer les fesses ! ». Ça n’a rien de romantique, mais c’est tellement vrai. Je salue au passage ceux qui sont déjà dans cette philosophie de vie : un corps sain dans un esprit sain, ça rend heureux !

 

Quand vous serez diminué par un problème de santé qui bloquera certains de vos mouvements, quand la souffrance vous tordra, alors vous regretterez de ne pas avoir allumé assez tôt. Faites attention à votre corps et à votre mental. Il est toujours temps de réagir : j’ai allumé tard et le capital santé qu’il me restait à ce moment-là, je le préserve chaque jour, je l’améliore pour continuer à avoir du plaisir à vivre, à faire du sport, à bouger, parce que je veux aller loin et en bonne santé ! Et vous ?

 

Prenez une dose de bonne humeur par jour : suivez Pascale Piquet sur Twitter ! Abonnez-vous : www.twitter.com/pascalepiquet

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?