Aimez MaChronique !



RUPTURE AMOUREUSE : LE SEVRAGE

Partagez cet article !

RUPTURE AMOUREUSE : LE SEVRAGE

 

« Mais qui va m’aimer, qui va me toucher ? », question que l’on se pose, dès que l’autre annonce qu’il/elle s’en va. Alors va commencer le sevrage. Eh oui, comme une drogue, le fait d’être touché, d’avoir une (mauvaise ?!) compagnie, de parler (se disputer !) avec quelqu’un qui semblait vous comprendre (il vous humiliait !) va vous manquer. Sauf quand votre partenaire a été si épouvantable que son départ est une libération. J’ai eu tellement de difficultés à me débarrasser des deux conjoints, Jules et Jim, que j’ai fait sauter le bouchon de champagne, dès qu’ils ont franchi la porte pour ne jamais revenir ! Mais restait le sevrage physique.

 

Soyons réalistes : ça fait mal dans le corps parce que l’autre vous rendait ce service de vous faire croire que vous existiez, à travers le sexe. En fait, il ne faisait que prendre la drogue dont il avait besoin, vous en donnant très peu en retour (Trou noir affectif). Mais le peu ou l’espoir vain de quelque chose vous a toujours laissé attaché là. Telle l’oasis que vous apercevez dans le désert et qui recule dès que vous approchez : vous la voyez, mais vous n’y accédez jamais. Et pourtant, malgré toutes les souffrances, le sevrage vous fera mal dans le corps. Vous avez autant besoin de l’autre que l’autre avait besoin de vous : sauf que l’énergie allait de vous à lui/elle mais rarement de l’autre à vous. Pourtant, vous avez mal de le/la voir partir !

 

Réalisez que vous étiez agrippé à une illusion : une illusion de couple, une illusion de bonheur, une illusion d’avenir. Il/elle a « pété votre bulle » en partant avec tout le scénario que vous vous étiez fait : le problème, c’est que depuis un bon moment, vous étiez le seul acteur. L’autre préparait sa sortie. Et vous voilà seul(e) dans votre lit, tordu(e) en deux par la douleur, les entrailles qui vous tenaillent : le besoin d’être touché et réconforté vous étouffe. Pendant que l’autre a souvent trouvé un autre dealer et batifole avec sa nouvelle proie ! Si ça peut vous rassurer, l’autre subira le même sort, se retrouvera sur le bord de la route, comme vous, sans comprendre ce qui lui arrive et avec les mêmes questions : « Qui va me toucher, qui va m’aimer ? ». Eh oui, lui/elle aussi y aura cru ! Ah j’oubliais : vous allez vous mettre à détester les couples qui se tiennent par la main dans la rue, ou pire qui s’embrassent (les maudits !), vous détesterez les films d’amour et vous regarderez chaque personne accompagnée en vous demandant pourquoi elle et pas vous ? Qu’est-ce qu’il/elle a de plus que moi ?!

 

Je me tortillais dans mon lit, mal dans le corps, mal à l’âme et je me disais : « Mais pourquoi ces deux névrosés (les ex) ont quelqu’un dans leur lit alors qu’ils sont « tordus » et moi, qui suis quelqu’un de bien, je suis seule ?! ». Puis je me reprenais et je me répondais : « Effectivement, ils « baisent » comme des lapins, mais avec d’autres névrosées. Moi, je veux un homme équilibré ». Mon corps se calmait, ma tête et mon âme aussi et je reprenais le combat qui mène à se libérer des lianes de la dépendance affective. Puis le temps aidant, le corps s’habitue, rien ne vous empêchant de vous aimer vous-même (c’est bien plus joli que dire « se masturber » !). En revanche, je ne vous recommande pas de sauter sur le premier venu. Vous ne faites que chasser un mauvais clou avec un mauvais clou !

 

C’est tentant de dormir en cuillère ou de coucher avec le premier volontaire. Mais tellement insatisfaisant ! Car vous aviez l’habitude d’une intimité avec celui ou celle qui a déserté et soudain, vous servez d’objet de plaisir ou de bouche-trou à quelqu’un qui n’a pas du tout le même objectif que vous. Vous voulez du réconfort quand l’autre ne veut que de la « baise ». Raisonnez-vous, bottez les fesses à cet enfant intérieur qui a peur et qui croit que plus jamais vous ne rencontrerez quelqu’un : c’est faux ! Non seulement vous allez rencontrer quelqu’un d’autre, mais si vous êtes assez intelligent(e) pour avoir compris la leçon, vous n’irez plus avec ce style de larron : vous sélectionnerez une personne équilibrée, quand vous le serez vous-même. Là, je vous promets le paradis. Ça vaut le coup de bien choisir la prochaine fois. Parce que le sevrage est un très mauvais moment à passer, quand on est dépendant de l’autre, et j’imagine que vous jurerez qu’on ne vous y reprendra plus !

 

Mais dans l’intervalle, il va falloir accepter de vous respecter, accepter l’abstinence, pour éviter de faire n’importe quoi avec n’importe qui, juste parce que vous croyez que parce que vous « baisez » vous existez. Quand vous irez mieux et qu’il ne sera pas écrit dans vos yeux « la supplique du « laissé tombé » », quand vous ne serez plus cet animal blessé, pour pourrez reprendre la pratique : avoir du beau sexe entre adultes consentants, les deux ayant du plaisir, même si c’est sans lendemain. Une petite remise en selle vous fera le plus grand bien, mais dans de bonnes conditions !

En ce qui me concerne, après 8 années d’abstinence, je ne veux plus avoir des relations sexuelles avec des gros bébés névrosés : JE VEUX FAIRE L’AMOUR AVEC UN HOMME, UN VRAI !

Prenez une dose de bonne humeur par jour : suivez Pascale Piquet sur Twitter ! Abonnez-vous : www.twitter.com/pascalepiquet

 

 

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?