Aimez MaChronique !



Les différents types de télescopes astronomiques

Partagez cet article !
Pour vous aider à choisir le télescope astronomique idéal, on vous présente ici les différents types qui existent, comment ils fonctionnent, leurs particularités, avantages et inconvénients.

Le télescope de Newton, basique et peu cher

Si vous vous intéressez à l’astronomie ou que vous avez déjà commencé votre recherche du télescope parfait, vous aurez sûrement entendu parler du télescope Newton. C’est le modèle de télescope d’astronomie le plus utilisé par les débutants en raison de son utilisation simple, mais surtout parce qu’il est peu onéreux. Il possède un miroir primaire concave (creux) qui réfléchit la lumière sur le second miroir, cette fois-ci plan, et celui-ci la renvoie là où se trouve l’oculaire. C’est aussi simple que ça ! La fabrication du télescope de Newton est en effet basique, et on le reconnaît souvent par l’emplacement de l’oculaire en haut du tube. Son plus grand avantage est sans doute le prix, et un bon rapport qualité/prix en fonction de son utilisation. Mais il présente aussi d’importants inconvénients qui limitent ses capacités. Il cause la création d’aigrettes et d’aberration optique, ce qui rend la qualité des observations moins agréable (des croix autour des astres). Ce type de télescope nécessite également beaucoup d’entretien vu que son tube est ouvert.

Le télescope Dobson à monture Dobson

Ce n’est pas à proprement parler un type distinct de télescope. Il s’agit en effet d’un télescope de Newton installé sur une monture azimutale de type Dobson. On dit souvent qu’il existe deux types de montures : la monture azimutale et la monture équatoriale, mais il y a aussi la monture Dobson qui doit son nom à son inventeur John Dobson. À la différence d’une monture azimutale classique, elle ne nécessite pas de trépied et se pose directement par terre. Elle est plutôt rustique de par sa forme et se fabrique souvent en bois. Vous pouvez d’ailleurs en fabriquer vous-même avec un minimum de connaissances en bricolage évidemment. Un télescope d’astronomie de type Dobson est moins coûteux, facile à utiliser, mais pose toujours le problème de l’aberration optique et ne permet pas la photo. Mais comme indiqué avant, chaque type de télescope présente ses avantages et inconvénients, et il faudra mesurer tous les paramètres.

Le télescope Cassegrain, le plus performant

On passe ici aux télescopes beaucoup plus onéreux et aux performances plus avancées. Le Cassegrain est un télescope dit catadioptrique, à la fois réfracteur et réflecteur. On retrouve dans le tube deux miroirs, un miroir principal concave (creux) et un miroir secondaire convexe (bombé). La conception du Cassegrain est différente du télescope Newton à différents niveaux. On note d’abord que le miroir primaire est percé au centre afin de laisser place à l’oculaire. Celui-ci n’est pas placé en haut du tube comme pour le télescope de Newton, mais plutôt à l’arrière comme pour une lunette. Une autre différence est la présence d’une lame correctrice à l’entrée du tube. C’est un télescope d’astronomie très performant, très polyvalent et plus compact grâce à sa conception. C’est un modèle préféré pour l’astrophotographie puisqu’il est plus simple à utiliser dans ce cas et évidemment en raison de sa performance. Mais comme indiqué avant, il est beaucoup plus onéreux et il est en plus sujet aux pertes de lumière. Vous aurez le choix entre deux modèles, le Schmidt-Cassegrain et le Makustov-Cassegrain. Le premier est très performant et pallie aux problèmes de luminosité grâce à la lame de Schmidt, alors que le deuxième est plus adapté au planétaire et moins cher. N’oubliez pas qu’il y a aussi les lunettes astronomiques qui sont d’autant intéressantes. Une lunette astronomique peut même être un meilleur choix.
Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !