Aimez MaChronique !



ocean-2203720_1280

LE DEUIL AMOUREUX : COMMENT S’EN SORTIR ?

Partagez cet article !

Souffrante, une rupture ? Absolument ! Surtout quand vous êtes en déséquilibre affectif : après un ou plusieurs échecs, il se peut que vous ne vous en remettiez jamais… Pourtant, la rupture, c’est la remise en liberté de deux personnes qui n’ont plus rien à faire ensemble. Alors, vient le temps du deuil amoureux que seules les personnes équilibrées respectent à la lettre, quand d’autres sautent sur n’importe quel autre buffet, désespérées et affamées ou restent définitivement seules parce que broyées. Pourquoi et comment le deuil est-il nécessaire pour repartir du bon pied vers une relation (enfin ?) saine ?

Le deuil est un espace dans lequel c’est vous qu’il faut retrouver, car vous vous étiez certainement perdu dans cette relation (comme dans toutes les autres ?). Plus vous vous éloignez de l’autre, plus vous vous rapprochez de vous. Tout d’abord, il faut être conscient qu’une rupture, c’est un choc, en plus d’un sevrage physique (vous ne serez plus touché), un sevrage des habitudes et des souvenirs (l’ex imprégnait votre vie), un sevrage dans votre tête (vous n’aurez plus personne pour penser à vous ou à qui penser, pour vous soutenir, vous confier, vous êtes un « laissé pour compte ») et une perte de la personne que vous pensiez aimer et sensée vous aimer, à ce que vous croyiez… Mais était-ce bien de l’amour ? « Bien sûr ! me répondrez-vous, j’ai tellement souffert ! ». Vous avez souffert pendant la relation et vous souffrez après… N’insultez pas l’amour, s’il vous plaît ! Il n’a rien à voir là-dedans… C’est la névrose (dépendance affective) qui a fait le coup. Ne devriez-vous pas être soulagé d’être débarrassé d’une personne avec laquelle vous n’étiez pas heureux ou, pire, qui vous faisait souffrir ? Que ce soit elle qui vous ait quitté ou vous qui soyez parti, pourquoi la tristesse vous envahit-elle ? Pensez-vous qu’une personne présentant une addiction à la drogue ou l’alcool aime la substance en tant que telle ou est-elle attachée à l’effet qu’elle produit et qui est pourtant toxique ?

Voyons les étapes du deuil amoureux, surtout quand il n’est pas décidé d’un commun accord :

Le choc

La colère

La dépression  

L’acceptation

sachant que le sevrage physique vous accompagne tout le temps et c’est lui le principal indicateur que le deuil est terminé : quand vous n’êtes plus en manque à aucun niveau. Pour ce faire, la bonne idée est de faire une démarche pour sortir de la dépendance affective, si vous constatez que vous aviez les deux pieds dedans : non seulement vous redeviendrez autonome, mais le coaching vous permettra de sortir de là bien plus vite que les autres fois. D’autant que vous comprendrez que vous devez faire le deuil du fantasme que vous avez tricoté autour de cette relation et qui n’a jamais existé. Vous avez tout fait pour que cette histoire soit ce que vous en attendiez et vous attendez toujours… Faire le deuil de ce qui n’a jamais existé est le défi le plus grand, quand vous êtes dépendant. Prenez donc un raccourci, travaillez sur vous !

Le choc

Le choc est terrible, quand vous n’avez pas vu le coup venir et que vous faisiez 100 % confiance à votre partenaire. C’était l’une des personnes les plus proches de vous, sinon la plus proche, et elle vous a trahi en piétinant votre confiance et en vous manquant de respect. Vous êtes tombé de haut et vous vous sentez fracassé, comme si un « 15 tonnes » vous avez roulé dessus. D’autant si l’ex a accordé les faveurs sexuelles qui vous été réservées à quelqu’un d’autre. Votre cerveau met un certain temps à prendre conscience de la réalité, car, si vous aviez confiance en lui, vous ne pouvez ni croire ni comprendre qu’il ait fait ça.

La colère

Quand la personne, en plus vous a trompé, la colère est immense. Si vous n’en ressentez pas, c’est que vous êtes soulagé de la rupture parce que la relation ne vous convenait vraiment plus. Fait comique, vous étiez peut-être lassé de l’ex, vous songiez à le quitter, mais comme c’est lui qui a décidé de rompre ou qui vous a trompé, vous êtes enragé : « je te suis, tu me fuis, je te fuis, tu me suis », c’est la samba des névrosés ! Bienvenue dans le monde de la dépendance affective. Partons du principe que vous l’aimiez (ou étiez attaché) et que l’autre vous a trompé : cela vous démontre violemment qu’il ne vous veut plus dans sa vie et que son attention s’est portée sur quelqu’un d’autre. Ou encore qu’il était attaché à vous, vous utilisait, mais voulait batifoler ailleurs, espérant secrètement votre consentement. Et puis quoi, encore ?! Pourquoi tant de colère et de souffrances ? Parce que la situation de rupture (que l’autre vous ait trompé ou non) fait remonter, chez les personnes déséquilibrées, les cinq blessures que Lise Bourbeau a mises à jour : rejet, abandon, trahison, injustice et humiliation. Et vous avez raison d’être en colère, car on vous a manqué de respect, mais il ne faut pas qu’elle vous pousse à la violence comme ce fut le cas pour moi, avec le père de ma fille qui me trompait. La colère devrait vous permettre de « vomir » la personne de votre vie, si elle vous a trahit. Pas de vous empoisonner ou vous pousser à un geste de violence que vous regretteriez. Si c’est possible, la bonne idée est de couper les ponts et de refuser toute information concernant les faits et gestes de la personne qui vous a trahi. C’est la façon la plus rapide de faire un deuil, car sinon, chaque information ou communication vous enragera et fera remonter les émotions négatives que vous souhaitez régler.

La dépression

Quand vous êtes en dépendance affective, la dépression, juste après la colère, vous guette. Si tant est que vous ayez été en colère, car les grands dépendants n’y ont pas accès, victimes qu’ils sont, acceptant leur sort, désarticulés. Vous devenez dysfonctionnel, privé de votre bouteille d’oxygène. Vous n’avez plus goût à rien, devenez un enfant de six ans déboussolé surtout que vous ne viviez que pour l’autre et à travers l’autre, Desperado* que vous étiez. Comment vivre sans lui/elle, alors que vous ne savez pas qui vous êtes, ce que vous aimez, ni quoi faire de votre vie à part trouver un nouveau maître ? Esclave au service du couple, vous n’avez aucune autonomie. Voilà ce qu’il vous faut travailler ! Le temps fait toujours son œuvre, plus ou moins rapidement, et il efface les souvenirs que vous ravivez à longueur de journée : évidemment, au lieu de réactiver les mauvais, vous vous roulez dans les bons, même s’ils ne constituent que 2 % du temps que vous avez passé avec cet ex. Prenez une feuille et notez tout ce que ce traitre vous a fait subir et relisez la liste à souhait ! Ouvrez les yeux et regardez la réalité en face : tout ce que vous avez fait pour l’autre et tout ce qu’il n’a pas fait. En plus des souffrances et des humiliations que vous avez accepté de subir. Et souvent, vous perdez le poids que vous avez pris à cause de cette relation : c’est le bon côté de la rupture aussi que reprendre votre poids santé. Profitez donc de cette liberté retrouvée pour travailler sur vous : il/elle vous a fait un beau cadeau, car vous ne l’auriez jamais quitté(e) ! Il est temps de vous reprendre en main pour regarder où vous mettrez les pieds lors de la prochaine relation. Car, entre nous soit dit, remarquez que vos relations précédentes étaient du même acabit… Secouez-vous, travaillez à retrouver votre dignité et à construire un avenir meilleur dans lequel vous serez autonome affectivement pour accéder à une vie de couple épanouie !

L’acceptation

Dans cette phase, il n’est pas question de vous « soumettre » à la décision de celui ou celle qui vous a planté là comme une vieille chaussette. Il est question d’accepter que vous avez un méchant problème qui s’appelle la dépendance affective ! Si la nostalgie vous ramène à l’ex, même si la relation a été extrêmement souffrante, ce n’est pas parce qu’il vous manque, mais parce que la mémoire vous joue des tours : elle vous ramène à votre dernier souvenir de relation, même si c’était souffrant. Songez donc à tous les mauvais coups et les maltraitances subies pour réactiver la colère qui vous éloigne de votre tortionnaire, le temps de faire votre deuil. Bien sûr, si l’autre est en couple avec la personne complice de l’adultère ou une autre « capturée » bien vite après la rupture, ça vous fait mal de penser qu’il est dans d’autres bras. Effectivement, d’autres bras appartenant à une personne névrosée comme l’est l’ex, comme vous l’êtes aussi. Avez-vous vraiment envie de retomber dans le lit d’une personne en déséquilibre affectif qui vous fera souffrir à nouveau ? Ce serait de la gourmandise ou du masochisme ! Que diriez-vous de travailler confiance et estime pour vous aimer et apprendre à prendre soin de vous, afin de rencontrer quelqu’un comme vous ?

Le deuil pour une personne équilibrée

Pour une personne équilibrée, le choc passe rapidement, car l’explication est dans le fait que l’ex n’avait pas le même niveau de confiance que vous et vous savez avoir pris un risque. Vous assumez donc la rupture comme logique. Vous avez néanmoins le droit d’être en colère, quand l’autre a piétiné vos valeurs et cette colère sera à la hauteur de votre investissement dans la relation. Loin de tomber en dépression, vous ferez l’autopsie de ce qu’il s’est produit pour en faire une expérience (ne sommes-nous pas en permanence en apprentissage) qui viendra enrichir vos connaissances. Vous finirez par remercier l’ex (en pensée ou en personne) pour ce que vous aurez appris et qui vous servira pour la prochaine fois. Quant au fait d’accepter de vous être trompé, car ce n’était de toute évidence pas la bonne personne, agissant en adulte conscient, vous serez d’autant plus convaincu de regarder où vous mettez les pieds la prochaine fois, car souffrir n’est pas votre tasse de thé ! Vous vous tournez vers le futur, même quand la mémoire essaie de vous ramener dans ces vieilles chaussures qui vous faisaient tant mal aux pieds !

Souvenez-vous que l’affection est la traduction de la reconnaissance : je te touche, donc, je reconnais que tu existes, même si je te frappe… Tant que vous ressentez ce vide dû à la peur de la solitude et au besoin d’être touché, le sevrage continue à être douloureux. Changez votre perception : vous n’êtes pas seul et abandonné, mais plutôt libre et célibataire, en mesure de travailler sur vous pour attirer une personne heureuse avec elle-même, une fois que vous le serez vous-même. N’est-ce pas plus engageant comme avenir que retomber sur un prédateur encore pire que le précédent ? Car, je vous le dis, c’est ce qui vous pend au nez si vous ne travaillez pas à vous aimer et à prendre soin de vous. Le deuil est terminé quand vous ne pensez plus à l’ex ou rarement et que vous regardez devant vous avec optimisme, laissant la vie vous présenter la personne qui aura le même plaisir de vivre que vous et que, à deux, vous partagerez !

*Desperado : celui qui donne tout (Cf. « Le syndrome de Tarzan » Béliveau éditeur)

www.pascalepiquet.com

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?