Aimez MaChronique !



Dépendance affective : de l’attachement aux menottes

Partagez cet article !

Dépendance affective : De l’attachement aux menottes !

Assise sur un banc derrière les barreaux, au poste de police, Hélène se demande comment elle en est arrivée là. Abattue, très impressionnée par ce qu’elle vient de vivre, elle passe et repasse dans sa tête les événements qui l’ont poussée à se retrouver menottée, emmenée par deux policiers et enfermée dans cette cellule. Comment l’amour peut-il conduire en prison ?!

Ce n’est pas à cause de l’amour que ma cliente en coaching est traitée comme une voleuse. C’est à cause de la dépendance affective. D’ailleurs, la voleuse, c’est l’autre : la maîtresse ! Celle qui lui a arraché son mari, ruiné son mariage et réveillée une Hélène sauvage et blessée, prête à attaquer et d’ailleurs accusée d’agression et de harcèlement. Son conjoint avait pris la fâcheuse habitude de faire des allers/retours entre les deux femmes, choisissant l’une quand l’autre lui « cassait les pieds », se plaignant de la maîtresse à sa femme et vice versa, couchant avec les deux entre-temps. Devenu peu à peu l’enjeu d’un bras de fer épouse/maîtresse, il « mangeait à tous les râteliers », ne considérant que son confort et non le respect de ces (ses ?) deux femmes qu’il montait l’une contre l’autre, dans une escalade de souffrances et de violence. Prises de panique devant la solitude, elles se disputaient celui qui nourrissait si bien leur névrose : essayez donc de retirer un os à un pitbull, pire à deux !

Le vide intérieur, associé à la trahison, au rejet et à l’abandon constitue un cocktail Molotov détonnant. Seule la douleur vous domine et vous dirige et la colère monte sournoisement, en même temps que le cœur saigne. Et qu’est-ce qu’elle a de plus, l’autre, cette « garce » ?! Avez-vous déjà entendu la chanson de Patricia Kass, écrite par Jean-Jacques Goldman : « Je voudrais la connaître » ? L’épouse se pose des questions sur la maîtresse et sur les attentions que son mari a pour elle. Attentions qui lui étaient réservées jusqu’à ce qu’une rivale entre dans le décor. Ca fait mal, très très mal : votre imagination crée des images qui vous transpercent le cœur et le corps, vous les voyez enlacés, il lui donne la reconnaissance et l’affection qui vous revenaient. Il vous a quitté pour elle, mais il revient se plaindre et se faire consoler quand ça ne marche pas comme il voulait de l’autre côté. Et vous, bonne poire, vous l’accueillez en votre sein, rassurant et tendre, espérant mettre toutes les chances de votre côté pour le convaincre de rester. Mais il repart. Alors vous tombez dans le harcèlement, vous appelez la maîtresse et vous l’insultez. Vous passez de longues heures à discuter, oups à vous disputer avec elle. Vous allez même jusqu’à débarquer à son domicile pour la voir en chair et en os, pour lui cracher au visage qu’il l’a trompée avec vous, quand et comment. Mais elle s’en fout : il est chez elle maintenant.

Ivre de colère et de douleur, vous demandez le divorce, involontairement, vous vous torturez, vous remuez le couteau dans la plaie, incapable de penser à autre chose qu’au passé. Puis un jour, vous passez devant la maison que vous avez habitée ensemble pendant de nombreuses années. Elle va être vendue et vous voilà dans un appartement minuscule, passant chaque seconde à les imaginer… Puis vous remarquez deux voitures stationnées devant votre ancien garage : il est là, avec elle, dans VOTRE maison ! C’en est trop, vous rentrez en furie dans la cuisine, vous attrapez l’intruse par le chignon pour la sortir de ce lieu sacré. Une bataille s’en suit, lui est dépassé, ne sachant plus pour qui prendre parti ni comment vous séparer. Il appelle la police qui débarque rapidement et menotte l’ex-épouse « hystérique » puisque c’est elle qui a attaqué. Le pire là-dedans, c’est que l’ex-mari choisira le camp de la maîtresse (c’est avec elle qu’il vit présentement) et témoigne contre son ex-femme qu’il voit partir menottes aux poignets. Pourtant, il a une grande part de responsabilités dans ce spectacle déplorable, lui qui fait le yoyo torturant celle avec laquelle il a vécu pendant presque 15 ans, revenant vers elle, pour mieux repartir chez l’autre.

Mais c’est Hélène l’accusée, celle qui part au poste où elle va faire un petit séjour, le temps de remplir les papiers. Si vous avez une compulsion à l’alcool ou la drogue, vous pouvez en consommer chez vous ou ailleurs, du moment que vous ne conduisez pas et ne mettez la vie de personne en danger. La police ne viendra pas vous arrêter parce que vous buvez 18 bières d’affilée, même si vous aviez dit que vous alliez arrêter. Ce n’est pas la même chose pour la dépendance affective : quand le juge décide que vous ne devez plus approcher ni communiquer avec celui qui représente votre drogue, autant demander à vos amis de vous attacher au mat du bateau, tel Ulysse résistant aux chants des sirènes ! C’est plus fort que vous, surtout si vous avez bu : vous allez l’appeler, lui dire votre souffrance, lui clamer votre amour, l’insulter pour ce qu’il vous a fait. Mais si la maîtresse tombe sur vos messages, elle qui espionne le cellulaire de son butin, elle fonce au poste de police faire constater le bris de condition et vous renvoie avec délectation en prison !

Hélène travaille chez le même employeur depuis plus de 15 ans, elle est stable et sympathique, appréciée de tous, jusqu’au jour où son mari, avec la complicité de sa maîtresse, la pousse à commettre des actes qu’elle n’aurait jamais imaginé commettre. Avant de finir avec une plainte pour harcèlement ou un casier pour agression, dès que la douleur frappe quand l’autre part avec tous vos espoirs et vos illusions, s’acoquinant à une femme aussi déséquilibrée que lui et que vous, faites appel rapidement à une aide extérieure car, croyez-moi, un bon coach vaut mieux que le meilleur des avocats sinon, vous finirez avec une plainte, au tribunal ou prison !

Et même si c’est difficile à entendre, sachez que ces deux-là vous rendent un grand service, vous obligeant à régler la dépendance affective. Ils continueront de s’enfoncer ensemble dans leur névrose et vous, vous irez, grâce au coaching, vers la Liberté !

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?