Aimez MaChronique !



Comprendre la dysgraphie chez l’adulte

Partagez cet article !

Comprendre la dysgraphie chez l’adulte

La dysgraphie est une difficulté d’apprentissage, parfois aussi appelée trouble ou différence d’apprentissage, qui affecte principalement les capacités d’écriture. Les adultes atteints de dysgraphie ont du mal à écrire à la main et peuvent avoir des difficultés avec la formation des lettres, l’espacement des lettres, des mots et des lignes, le respect des marges, la propreté, les règles de majuscules et de ponctuation, l’orthographe, le choix des mots et même la grammaire.

Contrairement à l’agraphie, dans laquelle la perte d’écriture est acquise, les personnes atteintes de dysgraphie sont généralement nées avec cette maladie. Dans leur enfance, elles peuvent avoir trouvé l’école particulièrement difficile, étant donné l’importance de l’alphabétisation et l’importance d’une écriture soignée au niveau élémentaire/primaire.

Heureusement, il existe une technologie qui peut aider les enfants et les adultes atteints de dysgraphie à surmonter les difficultés qu’ils rencontrent et à prendre des mesures positives pour réaliser pleinement leur potentiel en classe ou sur le lieu de travail.

Bien qu’il n’y ait pas de consensus sur le pourcentage de la population qui souffre de dysgraphie, de nombreuses sources suggèrent que c’est l’une des difficultés d’apprentissage spécifiques les plus sous-diagnostiquées. En effet, les adultes peuvent présenter un large éventail de symptômes dont la gravité varie. Dans certains cas de dysgraphie, l’écriture est lisible mais lente et laborieuse. Dans d’autres, elle est inutilement brève et difficile à lire.

La dysgraphie peut être masquée par des problèmes concomitants. Par exemple, elle peut présenter des difficultés d’attention comme le TDAH, des difficultés motrices, des troubles de traitement expressif et réceptif et/ou la dyslexie. Elle peut être grave et entraîner une absence presque totale de capacité d’écriture, ou elle peut être légère et ne perturber qu’un aspect du processus d’écriture, comme la cohérence du texte écrit par rapport à l’acte physique de mettre les mots sur le papier.

Reconnaître la dysgraphie chez l’adulte

De nombreux adultes qui vivent avec une dysgraphie non diagnostiquée ont développé des stratégies d’adaptation pour les aider à s’en sortir au travail et à l’école. Ils peuvent éviter de prendre des notes au stylo et au papier et préférer taper à l’ordinateur ou utiliser un smartphone à la place.

Certains adultes prennent des photos de tableaux au lieux de prendre des notes ou font des enregistrements audio de présentations. Il n’est pas rare de constater qu’ils se fient aux messages vocaux et aux messages verbaux plutôt qu’aux courriels et aux textes. Certains adultes atteints de dysgraphie utilisent la technologie « speech-to-text » pour produire des messages.

En présence d’un TDAH, rester assis peut être problématique. Ils peuvent alors faire les cent pas et demander l’aide d’une secrétaire pour transcrire leurs idées.

Comme il peut être particulièrement difficile de remplir des formulaires avec de petites cases, certaines personnes engagent d’autres personnes pour faire de la paperasserie à leur place.

Il n’est pas rare que des personnes attribuent un travail écrit illisible à une mauvaise calligraphie et à un manque d’orthographe, deux excuses culturellement acceptables qui permettent de « sauver la face » devant les amis et la famille.

Néanmoins, par opposition à une personne qui a simplement une écriture désordonnée, une personne atteinte de dysgraphie est plus susceptible de souffrir d’anxiété et de stress en raison de son obligation d’écrire.

Les conséquences émotionnelles des difficultés d’apprentissage

La dysgraphie n’est pas liée à l’intelligence, mais elle peut freiner une personne et avoir un impact sur son état émotionnel et sa satisfaction de vivre.

Dans l’enfance.

Un enfant par ailleurs brillant qui lutte pour écrire peut prendre du retard car les compétences en matière de lecture et d’écriture deviennent essentielles pour réussir dans tout le programme scolaire. C’est le cas dans les premières années d’école où l’on commence à enseigner l’écriture, et au lycée où les limites de mots et les attentes en matière de complexité du texte sont plus élevées. Le fait de ne pas pouvoir écrire proprement longtemps après que ses camarades ont maîtrisé la forme des lettres peut être gênant pour un enfant.

De mauvaises notes aux tests d’orthographe peuvent être démotivantes, tout comme le besoin de temps supplémentaire pour remplir les feuilles de travail en classe. Sans notes manuscrites, il est plus difficile pour les élèves d’étudier pour les tests. La rédaction de dissertations, en particulier lors des examens, peut constituer un défi. Lorsqu’il écrit en groupe ou au tableau, un élève peut être ridiculisé par ses pairs pour ses écrits désordonnés et illisibles. Tous ces facteurs peuvent amener un enfant à croire qu’il est mauvais à l’écrit et à l’école.

L’embarras et la honte de ses compétences en matière d’écriture peuvent conduire à l’isolement, à une faible estime de soi et à la dépression. En présence d’une difficulté d’apprentissage secondaire comme le TDAH, on peut s’efforcer de masquer les déficiences perçues en agissant et en attirant l’attention sur soi pour de mauvaises raisons.

En tant qu’adulte.

Au bureau, les adultes peuvent facilement se démotiver si leurs performances sur les projets de travail ne correspondent pas à leurs connaissances ou à leurs capacités. Un employé talentueux peut avoir un sentiment de honte secret et vivre dans la crainte que ses compétences insuffisantes soient découvertes par ses supérieurs et ses collègues. Dans les cas plus bénins, les adultes atteints de dysgraphie peuvent être gênés dans leurs compétences d’écriture et se sentir mal à l’aise.

Ils peuvent croire qu’ils sont moins compétents ou qu’ils méritent moins de tâches plus difficiles sur le lieu de travail. Non seulement cette crainte empêche un travailleur hautement qualifié d’obtenir des promotions et de progresser dans une entreprise, mais elle peut aussi limiter la portée de ses choix de carrière.

Dans la vie personnelle, les tâches administratives peuvent être plus difficiles à accomplir en raison de la dysgraphie. Les formulaires mal remplis peuvent entraîner des retards et des pénalités ou exposer une personne à des contestations judiciaires. À la maison, les adultes atteints de dysgraphie peuvent avoir du mal à aider leurs enfants à faire leurs devoirs ou à répondre aux questions d’orthographe et il peut être difficile de rédiger des notes que l’enfant pourra emporter à l’école.

Tout cela peut provoquer une insatisfaction générale face à la vie et conduire à la dépression et au malheur, en particulier lorsqu’une personne est empêchée de poursuivre ses rêves en raison d’un manque d’alphabétisation. En savoir plus sur les conséquences émotionnelles de l’illettrisme chez les adultes.

Trouver une solution aux problèmes d’écriture chez les adultes

5 Approches qui peuvent aider

  • Apprendre à taper sur un ordinateur ou une tablette

Il est souvent recommandé de permettre aux personnes qui ont des difficultés à écrire à la main, notamment en cas de troubles moteurs, d’utiliser une tablette, un téléphone ou un ordinateur pour taper. En effet, la frappe sur un clavier prend en charge de nombreux aspects de la présentation de l’écriture, de la formation des lettres à l’espacement et à la netteté. Il est plus facile d’appuyer sur un bouton que d’écrire une lettre.

Les ordinateurs facilitent également le déplacement du texte, la modification de morceaux plus longs et l’utilisation d’outils de correction, tels que la vérification de l’orthographe et de la grammaire. Heureusement, il est désormais courant pour les adultes d’utiliser un ordinateur portable en classe, ce qui facilite grandement la transition de l’écriture manuscrite à la dactylographie pour les étudiants adultes. Le passage au texte électronique sur le lieu de travail est également plus facile, car les superviseurs reconnaissent qu’il s’agit d’un moyen plus efficace de convertir les informations provenant des courriels et des systèmes de données en notes et rapports de projet.

L’utilisation d’un clavier pour taper au clavier est également relativement plus rapide que l’écriture manuscrite, en particulier pour les personnes qui ont du mal à écrire lentement en raison de leur dysgraphie. Cela signifie que la prise de notes est facilitée et que les personnes peuvent garder les yeux ouverts et se concentrer sur le contenu, sans être distraites par la mécanique de l’écriture.

La dysgraphie a tendance à avoir plus d’impact sur les compétences d’écriture que sur la dactylographie, mais tout le monde ne trouve pas que la dactylographie est une compétence facile à apprendre.

  • Essayez ces adaptations au stylo et au papier

Si l’écriture est nécessaire, il y a certaines choses qu’une personne atteinte de dysgraphie peut faire pour faciliter la formation et l’espacement des lettres. Une approche pourrait être d’écrire sur du papier ligné ou du papier millimétré. Cela peut être utile pour la taille des lettres, en particulier s’il y a une ligne pointillée. L’utilisation de papier de couleur vive, de papier de différentes tailles et de différents grammages, de notes collantes ou même de surfaces rugueuses peut également fonctionner.

Il peut être utile d’écrire avec des ustensiles plus épais ou d’utiliser des poignées de stylo ou de crayon en caoutchouc – c’est une solution recommandée pour les personnes ayant des difficultés motrices également. Certaines personnes voudront éviter les crayons qui les font trop peser sur la copie ou les stylos à plume dont l’encre coule librement, ce qui peut entraîner des taches s’il y a une pause pendant l’écriture. Il est également conseillé de garder les gommes et le blanc à proximité.

  • Utilisez des tableaux et des organiseurs

Lorsque la dysgraphie a un impact sur la capacité d’un individu à articuler des idées, les cartes mentales et les organisateurs mentaux peuvent jouer un rôle important dans le processus d’écriture précoce. N’oubliez pas que certaines cartes mentales se présentent sous la forme de feuilles de travail imprimables avec des petites cases et des cercles dans lesquels vous pouvez écrire vos idées.

Ce type d’activité n’est pas adapté aux personnes souffrant de dysgraphie. Jouez plutôt sur les points forts d’une personne et envisagez une séance de brainstorming verbal. Vous pouvez même l’enregistrer à l’aide de la technologie de conversion de la parole en texte afin d’économiser le processus de saisie de tous les termes clés générés. En outre, il existe de nombreuses technologies de dessin et de cartographie mentale qui peuvent être utilisées pour créer des affichages électroniques afin d’organiser et de structurer l’apprentissage et les idées.

  • Ecrire en brouillons

Certaines personnes s’attendent à ce que le texte sorte bien du premier coup, mais même les auteurs chevronnés ne peuvent pas écrire une phrase parfaite sans quelques révisions. Le travail sur les projets est donc encouragé, quel que soit le type de projet sur lequel vous travaillez, des courriels aux essais et aux rapports.

Les ébauches vous donnent une chance de faire connaître vos idées. Vous pouvez les organiser plus efficacement dans les projets ultérieurs et également travailler sur des aspects de la relecture tels que la grammaire, l’orthographe, la ponctuation et les références. Vous pouvez également profiter de certains outils en ligne gratuits pour vous aider dans le processus de révision. Vous pouvez aussi demander à quelqu’un d’autre de lire votre travail pour voir si les idées circulent.

Dans un contexte professionnel, il peut s’agir d’un collègue de confiance. À l’école, vous pouvez rendre visite à un tuteur d’écriture ou demander à un camarade de classe s’il souhaite échanger ses travaux et donner son avis.

  • Faites de l’écriture une activité régulière

Plus vous pratiquez l’alphabétisation, plus ils deviennent forts. Essayez de prendre l’habitude d’écrire régulièrement. Choisissez un moment de la journée où vous êtes le plus éveillé et asseyez-vous pour travailler sur un projet à la fois. Travailler par tranches de trente minutes est un bon moyen de commencer. Écrivez tout ce qui vous vient à l’esprit jusqu’à ce que le temps soit écoulé, puis essayez de vous organiser et de réviser une fois que vous avez dépassé la demi-heure.

Il existe des applications amusantes qui peuvent vous aider, comme Forest, où vous plantez des arbres ; plus vous écrivez de sessions sans regarder votre téléphone.

Il peut également être utile d’engager un tuteur d’écriture privé. Cela est particulièrement vrai pour les adultes atteints de dysgraphie qui n’ont pas pu développer leurs compétences en écriture à l’école en raison d’une difficulté d’apprentissage non diagnostiquée.

Motivation et auto-efficacité

L’écriture est une compétence très complexe, avec des processus d’ordre inférieur et supérieur se déroulant simultanément. C’est pourquoi il est important de rester motivé lorsque vous travaillez à l’amélioration de vos compétences.

Une façon d’y parvenir est de vous fixer des objectifs d’apprentissage à long terme. Ces objectifs peuvent être liés à la quantité d’écriture que vous faites ou au type d’écriture que vous travaillez.

Vous pouvez vous créer des récompenses et diviser vos objectifs en étapes faciles à gérer. Par exemple, travaillez sur la structure de votre écriture une semaine, et concentrez-vous sur l’orthographe et la ponctuation la semaine suivante. Pour en savoir plus, consultez ces articles sur le développement des compétences en matière d’écriture et sur l’orthographe pour les adultes.

Dysgraphie et dyslexie

La dysgraphie peut exister seule ou être associée à d’autres difficultés d’apprentissage et de motricité. Les personnes qui souffrent de troubles de l’attention (TDA/TDAH) et de dysgraphie peuvent également avoir des difficultés à se concentrer sur la tâche à accomplir. En cas d’hyperactivité (TDAH), il peut être difficile de rester assis et les fautes d’orthographe peuvent être plus fréquentes en raison de l’impulsivité.

L’écriture peut être désordonnée et il peut être pratiquement impossible de se concentrer suffisamment longtemps pour relire un travail. En savoir plus sur le TDAH chez l’adulte.

La dyspraxie est une difficulté de coordination des aptitudes motrices qui peut rendre l’écriture à la main physiquement douloureuse. Elle peut également avoir un impact sur les capacités de planification, qui sont liées à l’organisation des idées dans un document écrit. En outre, la dyspraxie peut entraîner une sensibilité à la lumière et au bruit.

Lorsque la dyspraxie et la dysgraphie sont toutes deux présentes, un adulte peut trouver l’écriture à la main épuisante sur le plan cognitif et physique. En savoir plus sur la motricité et la dyspraxie chez l’adulte.

Dysgraphie avec dyslexie

La dyslexie est une difficulté ou une différence d’apprentissage spécifique qui a un impact sur les compétences en lecture et en orthographe. Le type le plus courant a un impact sur la capacité d’un individu à entendre les sons qui composent les mots. Cela complique à son tour le décodage et l’encodage. Lorsque la dysgraphie et la dyslexie sont toutes deux présentes, la lecture et l’écriture peuvent être difficiles. Pour en savoir plus sur les endroits où trouver de l’aide pour la dyslexie chez les adultes et sur la façon dont ils testent la dyslexie, consultez ces articles.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !