Aimez MaChronique !



Allaitement et augmentation mammaire

Partagez cet article !

De nos jours, l’allaitement est populaire auprès de plusieurs nouvelles mamans. Parmi les futures mamans qui n’ont pas encore fait leur choix entre biberons et allaitement, certaines se demandent si ce dernier est compatible avec des implants mammaires. Découvrez ce qu’il en est.

Il faut d’abord savoir que le sein, en plus de contenir de la graisse, des vaisseaux sanguins et des nerfs, contient des glandes et des canaux galactophores qui sont responsables de la création du lait maternel. Chaque canal débouche, bien sûr, à la surface du mamelon, là où le bébé viendra téter le lait.

Pour qu’une augmentation mammaire ne nuise pas à l’allaitement, il faut donc que les glandes nécessaires à la création du lait ainsi que les canaux galactophores n’aient pas été abîmés lors de la pose des implants. Pour ce faire, les implants doivent être insérés par voie sous-mammaire ou par voie axillaire afin de ne causer aucun dommage. L’implant par voie sous-mammaire est inséré par une incision pratiquée dans le pli sous le sein, et est placé derrière les glandes mammaires, ou même derrière le muscle grand pectoral. L’implant par voie axillaire est insérée par une incision pratiquée sous l’aisselle, et peut lui aussi être positionné derrière les glandes ou derrière le muscle.

L’insertion par voie péri-aréolaire peut, quant à elle, rendre l’allaitement impossible, ou difficile et douloureux. Ceci est dû au fait que l’incision servant à insérer l’implant est pratiquée autour du mamelon, ce qui risque de sectionner plusieurs canaux galactophores. Une femme dont l’augmentation mammaire remonte à quelques années déjà et qui planifie une grossesse et un allaitement devrait se renseigner auprès de son chirurgien afin d’être certaine que la méthode d’insertion utilisée était sans danger pour l’allaitement.

L’allaitement est donc possible suite à une augmentation mammaire, tant que la méthode choisie a épargné les glandes et les canaux qui transportent le lait. Cependant, pour une femme qui pense sérieusement à une augmentation mammaire, mais qui prévoit aussi tomber enceinte et allaiter son enfant, il est généralement recommandé de reporter soit son opération, soit sa grossesse, et ce, pour deux raisons.

Une augmentation mammaire provoque des changement morphologiques dans le corps d’une patiente, et ce, pendant les deux années qui suivent l’opération. Une grossesse qui arriverait pendant ces deux années provoquerait encore plus de changements, et n’est donc pas conseillée. De plus, comme les seins enflent lors d’une grossesse, et désenflent après l’accouchement, les résultats obtenus suite à la pose d’implants mammaire pourraient être altérés de manière non esthétique.

Il est donc recommandé d’attendre la fin de sa grossesse et de la période d’allaitement du bébé avant de songer à l’augmentation mammaire. De toute façon, en raison des changements subis par les seins lors de la grossesse, il est possible que ceux-ci changent de taille, éliminant le besoin d’implants, ou, au contraire, faisant naître un désir d’implants plus prononcés pour contrevenir à un éventuel affaisement.

De plus, en raison des autres risques relatifs à l’augmentation mammaire, une femme songeant à cette opération de chirurgie esthétique a tout avantage à attendre la fin de son allaitement, ou encore de reporter sa grossesse à la fin de sa convalescence post-opératoire.

Notre clinique www.augmentationmammaire-montreal.com est l’endroit idéal pour votre chirurgie esthétique. Cliquez-ici pour plus d’informations sur les implants des seins Montreal.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !