VIOLENCE ET VIRILITÉ : FAITES LA DIFFÉRENCE !

Partagez cet article !

VIOLENCE ET VIRILITÉ : FAITES LA DIFFÉRENCE !

Un homme m’appelle et me raconte que sa conjointe est partie, lui faisant toutes sortes de reproches dont le fait « qu’il n’était pas assez viril ». Je lui demande de préciser ce qu’elle lui reprochait exactement, dans les faits, pour en arriver à sa  conclusion. Voici sa réponse : « Elle voulait que je sois violent avec elle pendant nos relations sexuelles« . OUPS !  Je m’empressais de le rassurer en lui assurant que violence et virilité sont deux choses différentes. Bien évidemment, cet homme était démuni devant la demande de cette femme et il n’est pas le seul à me confier sa déconvenue devant une partenaire qui exige d’être « secouée » avant « usage ». Comment faire la distinction entre violence et virilité? Est-ce normal d’avoir besoin d’être malmenée pour avoir du plaisir ? Est-ce que virilité rime avec domination ?

Comment faire la distinction entre violence et virilité ?

C’est très déstabilisant pour un homme de s’entendre reprocher de ne pas être assez viril (atteinte à sa masculinité) surtout quand cette allégation repose sur son manque de violence au lit, alors qu’il est sensé protéger la femme. Il reçoit là un double message, contradictoire de surcroît : la femme demande à celui qui devrait la protéger de violenter, voire la frapper. Et s’il ne le fait pas, cela signifie qu’il n’est pas viril. Confronté dans vos valeurs, vous vous trouvez partager en l’envie de démontrer que vous êtes viril, mais en désaccord avec la façon de le faire. Et vous avez raison ! Ne le faites pas si vous n’êtes pas à l’aise avec ça. Penchons-nous, pour commencer, sur la définition de la virilité : »Ensemble des caractéristiques physiques de l’homme adulte. Capacité d’engendrer, puissance sexuelle. Ensemble des caractères moraux que l’on considère traditionnellement comme spécifiquement masculins » (Antidote). Voyez-vous de la violence là-dedans ? L’homme est un protecteur par essence et on lui enseigne, depuis sa plus tendre enfance, qu’il doit protéger femmes et enfants. A moins d’avoir eu un passé qui l’a poussé à être agressif et à considérer que c’est un mode d’expression, donc sexuellement aussi, tout homme équilibré est incapable de frapper une femme, surtout pas dans un moment qui, normalement, est un hymne à l’amour. Un être humain qui frappe est soit en situation de danger, soit dans un déséquilibre affectif certain. Mais au-delà, personne n’a le droit de frapper qui que ce soit et surtout pas pendant l’acte sexuel. Bien sûr, nous savons tous qu’il existe des pratiques sado-masochistes, mais le décor est planté : les personnes annoncent la couleur et se regroupent par goûts sexuels. Elles sont donc d’accord sur les méthodes. Mais quand vous ne faites pas partie de ce club et que votre partenaire vous demande de la frapper ou vous demande s’il peut vous frapper, on s’entend qu’il y a de quoi être surpris, quand on ne mange pas de ce pain-là. Ça n’a rien à voir avec la virilité, ça a tout à voir avec la violence. Un homme viril ne se sert pas de sa force pour asservir sexuellement une femme. Pas même à sa demande !

Est-ce normal d’avoir besoin d’être malmenée pour avoir du plaisir ?

Certaines femmes ont effectivement besoin d’actes violents pour accéder au plaisir, tout simplement parce que leurs premières relations sexuelles ont débuté ainsi. Parfois abusées sexuellement dans leur jeunesse ou ayant appris le sexe de cette façon avec leurs premiers amants, un ancrage de plaisir s’imprime (violence + plaisir) : elles n’ont pas eu du plaisir parce qu’elles ont été violentées, mais elles ont fait un lien entre le plaisir qu’elles ont eu finalement et la violence qui précédait. C’est une sorte de réflexe de Pavlov et le plaisir se retrouve automatiquement relié à la violence. Une de mes clientes, violée toute jeune par plusieurs pères de plusieurs familles d’accueil, a dû combattre ce réflexe. Enfant, vous êtes « malléable » et les ancrages se font et forment vos bonnes ou mauvaises programmations. C’est pourquoi la « première fois  » est si importante pour une jeune fille. Si elle tombe sur un imbécile qui l’utilise à des fins uniquement sexuelles ou qui la violente pour obtenir ce qu’il veut, elle pourra être dégoutée du sexe ou penser tout simplement que c’est ainsi qu’on fait et tacher d’y trouver du plaisir. Puis, si elle tombe sur un homme qui la respecte, elle n’y trouve pas son compte, car il ne suit pas la « procédure » : elle n’a du désir et du plaisir que si elle est maltraitée. Certaines femmes ne savent même pas qu’elles sont à côté de la plaque ou alors, jouissant ainsi, elles cherchent à reproduire ses conditions-là à chaque fois. Elles en ont le droit. Mais quand elles tombent sur un homme qui a des valeurs et pour lequel se livrer à ce style de comportement est exclu, est-il utile d’essayer de le castrer, alors qu’il est tout à fait sain et viril ? Porter atteinte à la virilité d’un homme parce qu’il n’est pas capable de vous violenter est la manifestation de votre déséquilibre affectif. Le sado-masochisme vous satisfera : ces hommes-là n’hésiteront pas !

Est-ce que virilité rime avec domination ?

Beaucoup confondent virilité et domination et dominant et dominateur. La manifestation d’une force de caractère et d’une force physique peuvent être le propre du dominateur et du dominant, sauf que le premier s’en servira pour dominer et le second pour être un leader et un protecteur envers les femmes. Bien sûr, votre partenaire peut manifester de la fougue activée par son désir impérieux de vous pénétrer. Il s’agit de passion et non de violence activée par le besoin de dominer, voir de faire mal. Les hommes qui ne jurent que par les préliminaires et respectent leur rituel systématiquement se verront demander, parfois, « une petite vite » passionnée sur la table de la cuisine ou sur la machine à laver, voir dans les toilettes d’un avion. Bref, quand le désir est à son paroxysme et que les deux ressentent une envie irrépressible de pénétration rapide, ça fait du bien aussi. Rappelez-vous, messieurs, que la dominatrice veut être dominée et qu’elle contrôlera tout votre quotidien, chaque jour de votre vie (c’est un besoin et ça la rassure), mais exige que vous preniez le contrôle au lit et de façon violente. Une dominatrice rêve d’être dominée au lit. Le « chéri, fais-moi mal » que madame exige, alors qu’elle a dressé son mari à être un caniche devient soudain compliqué pour l’intéressé. Caniche dans la journée, pit-bull au lit : pas facile de « switcher », messieurs !

Vous le savez maintenant, violence et virilité sont des opposés et si la passion peut vous pousser à être un peu plus brutal que d’habitude, Monsieur, ce n’est pas dans le but de faire mal. Et si une femme essaie de porter atteinte à votre virilité parce que vous ne respectez pas les règles de son jeu, passez votre tour !

« Séduire pour une nuit ou charmer pour la vie ? » sorti au Québec et en Europe et vendu en numérique sur le site www.pascalepiquet.com

La nouvelle version du « Syndrome de Tarzan avec amour en supplément » est vendue en version numérique (e-book) uniquement sur le site www.pascalepiquet.com avec, en bonus, une conférence audio.

Aimez-vous ce texte ?

« Gagnez au jeu des échecs amoureux » est vendu en numérique (e-book) uniquement sur le site www.pascalepiquet.com

– Coaching individuel par skype. Tous les détails sur mon site : Choix n°5     http://www.pascalepiquet.com/coaching-intensif.php

Coaching de couple par skype ou en personne. Tous les détails sur mon site : Choix n°4 : http://www.pascalepiquet.com/coaching-intensif.php

Lisez la chronique de Pascale Piquet, tous les mercredis, depuis 2007.

Partagez cet article !

Des Livres pour Changer de Vie !




Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux : 

(00 1) 450 886 0585 – Montréal : (00 1) 514 248 7392

 

www.pascalepiquet.com

Autres articles de Pascale...

Arrêter le sexe

ARRÊTER LE SEXE ?

« Arrêter le sexe ??? Mais je ne pourrais pas ! » vous répondra une grande partie de la

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?