Aimez MaChronique !



QUAND LES ENFANTS S’EN VONT : COMMENT RÉAGIR ? (1/7)

Partagez cet article !

QUAND LES ENFANTS S’EN VONT : COMMENT RÉAGIR ?

Ils quittent la maison pour les études et/ou pour découvrir le monde (1/7)

Savez-vous seulement pourquoi vous avez eu un ou plusieurs enfants ? Personnellement, je ne saurais vous le dire : un beau matin, je me suis levée (et je m’en souviens très bien !), j’ai commencé à y penser et en milieu d’après-midi, une certitude était née : je voulais un bébé ! Le plus étrange, dans mon cas, c’est que je n’avais jamais eu ce désir avant ce jour-là, bien qu’étant déjà tombée enceinte, à deux reprises, par accident, dans d’autres relations. Je me dois de préciser que je vivais depuis deux ans avec le futur père et également futur ex-mari ! Pourquoi, ce jour-là, mes hormones se sont-elles mises à frétiller, jusqu’à faire de ce projet une obsession, dans laquelle je réussis à entraîner un futur mari tout à fait consentant ? Aucune idée. Mais ce que je sais, c’est qu’une jolie petite fille est née. Cassandre a 19 ans aujourd’hui (2013) et je suis très fière d’elle : elle vient de quitter la maison.

Je traiterai, dans mes prochaines chroniques, les sept raisons majeures d’être séparé de nos enfants :

Ils quittent la maison pour leurs études ou/et pour découvrir le monde (voyages)

Ils quittent la maison pour vivre en couple/pour vivre seul

Ils vous quittent une semaine sur deux/vous les avez un week-end sur deux

Vous partez loin d’eux (ils restent avec l’autre parent)

Après un divorce, ils vous en veulent et refusent de vous voir

Après un divorce, ils ne viennent plus chez vous

Vous les mettez dehors

Je débuterai cette série de chroniques sur les enfants en parlant de ce qui se produit dans ma vie actuellement : après 19 ans de vie commune, ma fille, Cassandre, a décidé de partir en Australie, pendant 10 mois. Elle s’est expatriée à plus de 20 heures de vol et 14 heures de décalage horaire de moi. Il faut savoir que je l’ai élevée en grande partie toute seule, l’ayant 100 % du temps, jusqu’à ce que nous partions de France pour vivre au Canada, où elle vivait avec moi toute l’année, sauf pendant les deux mois d’été. Ce qui pourrait être considéré comme une « rupture » (nous ne vivons plus ensemble !) est pour moi une grande fierté : ma fille vole de ses propres ailes, dans un pays étranger et met en pratique tout ce que je lui ai enseigné. Bien sûr, nous communiquons par e-mails et skype très régulièrement, néanmoins, elle vit par elle-même et organise sa vie dans un pays étranger.

Pourquoi certains parents paniquent quand les enfants ont ce style de projet ? Parce que les enfants ont rempli un vide, détournant l’attention des problèmes de couple, permettant d’éviter les conflits (ou en créant), prétextant la fatigue pour éviter les relations sexuelles, mettant les accrochages sur le compte du stress et de la vie trépidante que vous font soi-disant vivre les ados. Puis un jour, ils vous annoncent qu’ils partent pour étudier loin de vous (et de vos disputes ou de votre emprise ?!) ou pour voyager. La panique vous prend : leur départ va provoquer un vide à l’extérieur, qui va rebondir sur le vide que vous éprouvez à l’intérieur. Nombreuses sont les mères qui compensent l’absence ou le désintérêt de leur conjoint avec leurs enfants ou encore qui reportent tout sur les enfants, laissant le conjoint sur le bord de la route : une fois qu’il a fait son office (contribuer à procréer), il n’a plus sa place dans le nid, ni dans le lit… Il a à peine le droit d’approcher les petits…

Le manque de confiance en vous, votre anxiété viennent également vous serrer la gorge, car vous êtes persuadé que le monde est une jungle et vos chers petits vont se jeter dans la gueule du loup ! Quel loup ? Vous leur avez tellement fait croire qu’il existe, terrifié que vous êtes par vos propres peurs, que tout devient danger. Alors imaginer votre progéniture dans un pays étranger relève du cauchemar et vous tenterez peut-être de faire échouer ce projet, en projetant toutes vos peurs sur vos enfants. Pourtant, votre rôle n’est pas de leur couper les ailes, mais bien de les aider à les déployer. Certains d’entre vous tomberont sur des enfants rebelles qui en ont assez de vivre sous votre aile : ils s’en vont justement parce qu’ils en ont assez d’être couvés. Votre rôle de parents est de les rendre autonomes, pas dépendants ! Cessez donc de croire que vous existez à travers vos enfants, qu’ils ont besoin de vous comme quand ils étaient petits, qu’ils ne sont pas capables de vivre par eux-mêmes, que rien de bon ne leur arrivera si vous n’êtes pas là : ils ont 18, 20, 30, 40 ans et plus, il est peut-être temps de leur faire confiance.

Bien sûr, vous leur avez fait croire que vous êtes parfait et vous les soupçonnez pourtant des pires méfaits : n’est-ce pas parce que vous avez fait pire qu’eux, dans votre jeunesse, que vous êtes terrifié qu’ils tombent dans les mêmes pièges ? Pensez-vous vraiment pouvoir les protéger toute leur vie ? Je vous rappelle que vous êtes appelé à trépasser bien avant eux ! N’est-il pas temps que vous repreniez votre vie d’homme et de femme, telle que vous l’avez laissée avant d’avoir vos petits ? N’est-il pas temps de vivre pour vous, après avoir vécu pour eux ? N’est-ce pas l’opportunité de pratiquer des sports ou de choisir des loisirs qui vous feront plaisir et de souffler un peu ? Et il est surement temps de vous tourner vers le couple sans enfant que vous venez juste de redevenir.

Personnellement, j’ai l’impression d’être retournée à ma vie de célibataire, sans enfant, que je menais quand j’avais 25 ans, la névrose en moins ! Quel plaisir de me retrouver ! J’ai toujours été une femme avant d’être une mère, mais le temps de la mère peut être consacré à la femme et c’est un plaisir pour moi. Je sais que ma fille est bien où elle est, je suis donc bien où je suis et nous profitons chacune de notre vie. Pourtant, il n’y a rien que je ne pouvais pas faire quand elle était avec moi, mais le fait d’être seule me procure une sensation de plénitude, d’accomplissement. Combien de fois ai-je entendu, à l’annonce du projet de ma fille  « mais tu vas t’ennuyer ?! » sur le ton de l’horreur. Souvenez-vous que les commentaires parlent de ceux qui les émettent : ces personnes ne verront pas d’un bon œil que leur enfant se propulse à l’autre bout de la planète et pourtant…

C’est certain que j’ai eu un petit vertige en pensant que je ne verrai pas ma fille physiquement pendant de nombreux mois, mais je me suis vite branchée sur tout ce que ça va lui apporter et sur la fierté qu’elle a (et que j’ai aussi !) qu’elle réalise un tel projet. Il est bon qu’un enfant sorte du giron de ses parents pour tester ses capacités à être autonome. Et puis, nous ne sommes jamais bien loin, grâce aux nouvelles technologies. Soyez fier de voir votre fils ou votre fille aller de l’avant pour découvrir d’autres horizons qui forgeront son expérience : le plus beau cadeau que vous puissiez leur faire, c’est la liberté. S’ils en sentent l’envie, encouragez-les à couper le cordon : ils en reviendront beaucoup plus confiants et reconnaissants de votre soutien dans leurs décisions. Vous n’avez pas fait des enfants pour vous, mais pour eux, et vous vous devez, vous leur devez de les « équiper » et les guider pour qu’ils trouvent, un beau jour, le chemin de leur propre vie et non de celle que vous avez dessinée pour eux.

Cessez de leur dire « je m’inquiète pour toi » (gardez vos peurs pour vous !) et poussez-les au lieu de les retenir. Dites plutôt « J’ai confiance en toi » et encouragez-les à entrer dans la vie, dans leur vie. Puis, soyez fier d’eux et de vous !

Nouveau ! Lisez le e-book « Pourquoi récupérer son ex, là est la question. Comment survivre à une rupture, là sont les réponses ! » : http://www.pascalepiquet.com/pourquoi-recuperer-son-ex.php

Écoutez Pascale Piquet régulièrement, à la radio :

Chronique hebdomadaire :

95.7 FM au Saguenay-Lac-St-Jean : Écoutez la chronique décapante de Pascale Piquet avec la complicité de John Ferguson et son équipe, tous les mercredis à 16h15 ! Écoute en direct : www.saguenay.radiox.com/accueil

Chronique mensuelle :
94.1 FM à Sept-Îles : Écoutez le trio détonnant David Tancrède, Valérie & Pascale Piquet, tous les premiers mercredis de chaque mois à 16h40 ! Écoute en direct : www.le941.com

Lisez le second livre de Pascale Piquet : « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Michel Lafon)

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

Prenez une dose de bonne humeur : suivez Pascale Piquet sur Twitter www.twitter.com/pascalepiquet

FACEBOOK : page professionnelle « Pascale Piquet »

Et lisez la chronique de Pascale Piquet, chaque mercredi !

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?