Aimez MaChronique !



Méditation et adolescence.

Méditer chez les ados. Grand défi ? Je vous propose de découvrir cet article avec des témoignages, des expériences de vie qui invitent à inclure cette pratique saine dans votre horaire.

Partagez cet article !

J’aime présenter la méditation comme un baume, un outil permettant de passer au travers des épisodes douloureux de la vie. Elle permet de relativiser, faire des choix conscients. Méditer, c’est pouvoir observer ses émotions et les pensées qui s’y rattachent pour comprendre que nous ne sommes ni ces émotions, ni ces pensées. C’est apprendre à s’en détacher, pour avoir une vue d’ensemble, un pas de recul et relativiser. Méditer, c’est aussi entrer en contact avec son être véritable et profond. Cet être aux qualités subtiles et bienveillantes à qui nous n’accordons que peu d’importance, l’ego prenant toute la place. Méditer, c’est comme prendre un parapente et voir la situation, la scène, en prenant de la hauteur, jouer sur les angles de vue, les approches. Quand le cœur et le corps se détendent et retrouvent un rythme lent et doux, alors vous êtes en capacité de comprendre, de lâcher-prise pour accepter ce qui est réellement. Méditer invite à se libérer de l’égo pour revenir à soi. Méditer c’est facile et à la portée de tous.

Adolescence et méditation.

Durant l’adolescence, le corps change et l’apparence compte énormément. Les images véhiculées dans les médias, les réseaux sociaux n’encouragent pas les jeunes à s’accepter tels qu’ils sont et bien vivre cette période délicate. C’est le temps où la carapace de l’enfant se retire, s’ébranle pour laisser place à une nouvelle enveloppe de « presque adulte », parfois bien difficile à comprendre et gérer. Tous ces bouleversements se vivent mieux si l’adolescent est initié à la méditation, à la pratique de pensées positives. Lorsque tout petit, il est entraîné à méditer, il sait faire la différence entre ce qui est vital, nécessaire et superflu, ce qui lui appartient et ce qui ne lui appartient pas. Il apprend à se détacher du regard et du jugement des autres. Aider son ado grâce à la méditation, c’est idéal.

D’autre part, l’adolescent a besoin d’énergie pour aider son corps à se transformer et pour étudier. Le cerveau est davantage sollicité. L’effet « éponge » de l’enfance s’efface. De nombreuses responsabilités s’ajoutent et parfois un sentiment d’insécurité naît en même temps. A l’opposé, certains ados apprécient cette nouveauté car ils ont été habitués à se responsabiliser, leurs parents les éduquant dans la confiance et l’estime de soi. Tout dépend du mode d’éducation et de communication reçu. La méditation et par extension le Yoga, renforcent le système immunitaire, équilibrent les énergies, stabilisent l’humeur entre-autre.

Montez maintenant dans ma DeLorean et faisons un retour, dans le passé !

Souvenez-vous de cette époque où vous-même étiez adolescent. Auriez-vous vraiment envie de revivre cette époque ? Parfois, il le faut pour se souvenir de qui nous étions et comment nous avons vécu cette période pour mieux comprendre nos propres enfants. Ces quelques années sont faites d’incertitudes, de disputes, de trahisons, d’abandon avec les premiers amours, les éloignements pour les études post secondaires, le conflit avec les parents, cette rebelle nécessaire pour se construire et affirmer sa propre identité. Tout ceci entraine des comportements soit de fuite, soit d’attaque lorsque l’ego sent un danger. Si le jeune est habitué à méditer, cette réaction physiologique et psychique diminuera. Il saura prendre la décision idéale dans l’instant. L’adolescent prendra du recul. Ceci deviendra une habitude de vie. Questionnez-vous un instant. Si vous aviez appris à méditer ou pratiquer un yoga bienveillant, auriez-vous vécu votre adolescence de la même manière ? Je suis convaincue que non !

La méditation est une pratique riche.

La méditation permet de s’ouvrir au monde et à toutes les formes de création. Que ce soit au collège, en apprentissage, au lycée et plus tard au sein des études post BAC, les compétences à acquérir sont nombreuses, parfois complexes selon les cursus, et font appel à la concentration et la créativité. J’aime beaucoup proposer des méditations sur la confiance en soi, l’estime de soi, l’esprit créatif et l’intuition aux jeunes et moins jeunes ! Ce sont des thèmes importants qui nourrissent l’esprit et ouvrent de nouvelles portes.

Vous pourriez me dire, « Oui, mais voilà mon ado ne veut pas méditer. Il trouve cela ringard et dit que c’est pour les vieux, et qu’il n’a pas que ça à faire ». Répondez-lui que d’« être » est bien plus formateur que de faire ! Méditer c’est apprendre à se connaître soi-même et développer ses super pouvoirs. Vivre dans le faire, faire, faire consume et anéantit l’esprit. Vivre dans l’être, développe, stimule, régule et enrichit notre corps physique, énergétique émotionnel et mental ainsi que la partie la plus subtile, le corps spirituel. Méditer fait gagner du temps, surtout lorsqu’il est accompagné de mantra ou de mudra ( cf. mes vidéos sur ma chaîne YoutTube aequilibre By Peggy et mes ateliers en ligne). Si les sages de l’Inde, du Japon, de la Chine et d’autres pays qui pratiquaient la méditation depuis des millénaires l’ont transmis de génération en génération et le pratiquent encore, si les grandes université américaines et anglaises réalisent de nombreuses études concluantes et positives sur le sujet, cela prouve que la méditation est loin d’être ringarde et désuète. Elle est riche de résultats incroyables, même sur des personnes handicapées ou bien clouées sur un lit d’hôpital.

Mon vécu de yogini.

Lorsque j’avais 15 ans, j’étais une élève hyper stressée, souvent malade, maigre et triste. Pourtant j’étais pleine d’enthousiasme avec une envie folle d’apprendre et de bien faire. Un jour, notre père nous rapporta une K7 audio pour apprendre à se relaxer. Ma sœur cadette et moi l’avons écoutée et suivie à la lettre. C’était un cours de Pranayama et de méditation pour débutants. Je me souviendrai toujours de cette sensation en fin de pratique, ma toute première. Je ne m’étais jamais sentie aussi bien, aussi détendue et avec ce sentiment que quelque chose de plus grand que moi existait. Je l’ai réécoutée encore et encore. J’en ai réclamé d’autres, mais à l’époque nous n’en trouvions que peu. Alors j’ai lu. Mais rien ne remplaçait cette voix qui me guidait. Quelques années plus tard, j’avais cessé mes pratiques. Autant vous dire que le niveau de stress avait augmenté. J’avais laissé la méditation et tout le yoga de côté. Pourquoi ? Suite à une blessure d’humiliation de la part d’un instructeur de Yoga qui s’était moqué de moi lors du tout premier cours. Déçue, j’avais tout abandonné. Ce n’est que plus tard que je m’y suis replongée avec la sophrologie lors des cours de préparation à l’accouchement. Je retrouvais cette sensation de bien-être et de détente. Puis arrêt total, pas le temps, et l’excuse « autre chose à faire ». A 40 ans, l’ensemble de la discipline m’a retrouvée et appelée. Je pouvais désormais pratiquer l’intégralité du Yoga grâce au web. Mes formatrices étaient d’une générosité et d’une compréhension incroyable. Rassurantes, bienveillantes et encourageantes. Je prenais plaisir à pratiquer. Le Yoga et sa philosophie furent mon meilleur médicament contre le burnout.

Aujourd’hui, si je ne médite pas, je le sens dans mon corps. C’est moins fluide et l’esprit est plus chargé de pensées qui s’entrechoquent. Méditer ne prend pas des heures ! 3, 5 minutes, 10 minutes suffisent. Pour cela je vous renvoie à mon programme audio « Apprendre à méditer en 7 leçons », accessible à tous.

Le Yoga dans mes cours avec les enfants et les ados.

Voici la courte histoire d’un élève récalcitrant au Yoga. Les cours lui avaient été imposés en séances périscolaires. Je le laissais être assis et faire ce qu’il voulait sans nous perturber. La séance suivante, captivé par le thème, il s’est approché et a réalisé l’ensemble du cours. Ses professeurs n’en revinrent pas. Comment ? Lui ? Si difficile en classe ! si pénible ! comme les professeurs disaient. Oui, lui, ce pré-ado ! En fin de cours, il est venu me voir, sourire aux lèvres pour me remercier et dire qu’il avait adoré. Il a partagé avec moi tous ses ressentis. C’était la première fois qu’il sentait son corps, qu’il touchait son esprit, autrement dit, qu’il se sentait en paix. Les cours suivants, il était le premier installé et pratiquait avec bonheur.

Une amie de l’un de mes fils, est venue pratiquer avec mes élèves adultes. Elle avait sans cesse des nausées avant un contrôle, un examen, et cela allait jusqu’aux vomissements. Son stress était si grand qu’elle ne maîtrisait plus rien et avait de profondes angoisses. A la fin du cours, elle était déjà apaisée. J’ai pris de ses nouvelles dans la semaine qui suivie et elle n’avait plus de nausées, plus d’angoisse lors de ses évaluations au lycée. Elle a continué de prendre des cours. Son corps et son esprit en avaient besoin et le lui réclamaient.

Une autre jeune femme de 18 ans a pris un cours particulier avec moi. Manque de confiance en soi, estime de soi, peurs exacerbées, angoisses nocturnes, insomnies. J’ai composé le cours pour elle, comme je le fais pour chaque cours privé en Yoga Thérapie. La nuit qui suivie fut belle, reposante et les angoisses avaient quitté son corps et son esprit, ne faisant surface qu’une semaine plus tard. Il fallait continuer la pratique et y associer ma touche personnelle de magie.

De la régularité, dans le plaisir.

Pratiquer une fois peut désamorcer une situation de crise, mais pour des résultats qui durent dans le temps, il faut pratiquer, pratiquer, pratiquer. C’est comme apprendre le piano, la première fois, vous ne réussirez pas à jouer du Chopin ! Vous devez apprendre vos gammes, à moins d’être surdoué, mais là c’est tout autre chose 😉

Encouragez vos ados à insérer la méditation, et le Yoga par extension, dans leur horaire. C’est une saine habitude de vie qui vaut mieux que toutes les pilules et tous les cachets du monde (Je ne dis pas de ne pas se soigner). Le Yoga dans toutes ses dimensions est comparable à une danse du corps et de l’esprit, ou bien un voyage multidimensionnel.

Je vous souhaite la plus belle des découvertes avec vos ados, vos enfants et pour votre propre bien-être.

Namaste,

Peggy G-Desender

  • Le 25 mars 2021 : sortie du nouveau programme « Cocktail zenitude pour parents ». Un coaching Yoga et PNL inédit.

www.aequilibre.eu  et rendez-vous pour ce programme dans l’onglet « Espace aequilibre »

  • Envie d’un coaching personnalisé, de cours de Yoga ou méditation privés : www.aequilibre.eu
Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !