Aimez MaChronique !



LE POIDS DES MOTS/MAUX (suite)

Partagez cet article !

LE POIDS DES MOTS/MAUX (suite)

 

Mettons simplement en pratique ce que je vous expliquais dans la chronique précédente « Le poids des mots/maux : attention à votre vocabulaire ! ». Cet exercice vous démontrera l’emprise du négatif dans votre vie et surtout à travers vos mots.

 

Avant tout, il faut savoir que le vocabulaire est le reflet d’une société : prenons le Québec où la phrase « on est né pour un petit pain » est ancrée dans les mémoires. En effet, souffrant d’un complexe d’infériorité par rapport à l’envahisseur anglais, les francophones considéraient qu’ils ne valaient pas grand-chose, juste un petit pain. Du coup, on retrouve beaucoup de négatif dans le vocabulaire : je sais que je vais faire sourire mes lecteurs québécois et faire découvrir une autre culture à mes lecteurs européens avec ce qui suit.

 

Quand je suis arrivée au Québec, ma plus grande difficulté en matière de vocabulaire fut d’évaluer la signification de « pas pire ». En effet, quand je demandais à quelqu’un « comment vas-tu ? » et qu’il me répondait avec un grand sourire « pas pire », j’étais dans le néant, incapable de comprendre la réponse : les mots étaient en contradiction avec le sourire. « Pas pire », deux mots négatifs à souhait qui semblaient pourtant signifier qu’il allait bien… Je finis par réaliser que « pas pire » = « bien ». Jusqu’au jour où quelqu’un me répondit « pas si pire »… Alors là, je venais de perdre mon échelle de valeurs : tout fut à nouveau confus ! Surtout quand je réalisais que « pas si pire » était mieux que « pas pire ». Continuant à découvrir le vocabulaire, j’invitais quelqu’un à dîner et j’obtins cette réponse déstabilisante « Ça ne me dérange pas ». Captant le mot « déranger », je fis un repli stratégique en expliquant que je ne voulais surtout pas le déranger, lui fut surpris. Ça voulait dire « oui ». Je lui conseillais alors de répondre plutôt « oui, avec plaisir ! ». Plus fort encore, quand je proposais un rafraîchissement à un ami et qu’il répondit « je ne te dirais pas non ». Ce fut plus fort que moi et je commentais : « Si tu disais juste ‘oui’, ce serait drôlement plus court ! ». Du coup, la fois suivante, il répondit « Je ne te dir… oui ! » se rattrapant au dernier moment. Quand j’en discute avec mes amis québécois, je les fais rire à chaque fois, car ils prennent conscience de tout ce vocabulaire négatif ancré dans le langage courant.

 

Mais quel que soit votre origine, amusons-nous à tout mettre en positif : voici un exercice qui vous entraînera à saupoudrer votre vocabulaire de mots plus épanouissants pour votre subconscient et celui de ceux qui vous écoutent : car vous les mettez dans une émotion négative aussi ! Quand j’ai entendu « pas pire » pour la première fois, je ne me réjouissais pas, croyant que cet ami avait des ennuis. Repérez bien les mots négatifs dans la première phrase et prenez conscience de l’effet que produit sur vous la deuxième phrase.

 

Allons-y !

 

Ça vaut la peine

Ça vaut le coup

 

N’oublie pas de rapporter le pain

Pense à rapporter le pain

 

Je veux perdre du poids

Je veux gagner un poids santé

 

Je veux quitter mon/ma conjoint(e)/me séparer

Je veux reprendre ma liberté

 

Je veux arrêter de faire de l’anxiété

Je veux respirer librement/je veux être heureux

 

Je veux arrêter de fumer, boire, me droguer, etc.

Je veux prendre soin de ma santé

 

Je veux quitter mon emploi

Je vais trouver un meilleur emploi

 

Je vais chercher un appartement/un nouvel emploi

Je vais trouver un appartement/un nouvel emploi

 

Sky is the limit (le ciel est la limite). Cette phrase-là me fatigue : le mot « ciel » est déjà une « limite » !

Tout est possible !

Disons plutôt la phrase de Buzz l’Éclair : « Vers l’infini et au-delà ! »

 

J’ai peur de me tromper

Je souhaite réussir

 

Ne t’inquiète pas, je m’en occupe

Sois tranquille/aie confiance en moi, je m’en occupe

 

Il n’y a pas de problème/ce n’est pas grave

Tout va bien

 

Ne me quitte pas ( !)

Reste avec moi

 

Tu me manques

Vivement la prochaine fois qu’on va se voir !

Ce n’est pas bon

Je n’aime pas

 

Ce ne sont que quelques exemples, à vous de remarquer les autres phrases négatives que vous prononcez à longueur de journée et les modifier. Entraînez aussi vos enfants !

 

Sentez-vous la différence entre les mots négatifs et les mots positifs ? Habituez-vous à répéter ces phrases pour vous les mettre naturellement en bouche. Il y a un début à tout changement et si vous lisez cette chronique, c’est que vous souhaitez améliorer votre vie. Que diriez-vous de commencer par votre vocabulaire ?

 

 

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

 

Une fois par jour,  prenez une dose de bonne humeur : suivez Pascale Piquet sur Twitter ! Abonnez-vous : www.twitter.com/pascalepiquet

 

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?