Jekyll_And_Hyde_Game

JE T’AIME/JE TE HAIS : Dr JECKYLL & Mr HYDE !

Partagez cet article !

Comment est-il possible, en relation de couple (ou autre !) de passer du « je t’aimerai toujours » à « je te hais et je vais tout faire pour te détruire » ? J’ai associé ce style de comportement aux personnages du roman de Robert Louis Stevenson : « L’étrange cas du Dr Jeckyll et de Mr Hyde ». En résumé (si vous ne connaissez déjà l’histoire), Dr Jekyll est obsédé par sa double personnalité et met au point un médicament pour séparer son bon côté de son mauvais. C’est malheureusement ce dernier qui, apparaissant chaque nuit, prend finalement le dessus et le transformera en monstrueux Mr Hyde. Vous avez peut-être rencontré un ou une Dr Jeckyll : une personne qui vous promettait « l’amour pour toujours » ayant des comportements suffisamment agréables pour que vous envisagiez de former un couple uni. Puis, un beau jour, vous réalisez que vous ne reconnaissez plus la personne, faisant face à Mr Hyde : un monstre ! Que s’est-il donc passé ?! Comment en êtes-vous arrivé là ? Pourquoi votre cerveau ne peut admettre que celui ou celle que vous pensiez aimer et réciproquement devient la personne qui vous fait le plus souffrir au monde et, dans certains cas, vous méprise, vous hait et veut vous détruire ?

J’ai épousé Dr Jeckyll et je me suis retrouvée, trois semaines après mon mariage, face à Mr Hyde !

Ayant moi-même épousé un homme avec lequel tout s’est bien passé pendant les années précédant notre mariage, persuadée que j’allais continuer « à faire son bonheur », je me suis retrouvée, trois semaines après avoir convolé en justes noces, face à un personnage que je ne connaissais et ne reconnaissais pas : un être froid et distant, méprisant, humiliant et cruel. Peu importe le temps que met Dr Jeckyll à se transformer en Mr Hyde, que ce soit soudain ou progressif (ça peut être brutal – quand vous découvrez que l’autre vous trompe, par exemple ou après une rupture que vous pensiez d’un « commun accord » –  ou se faire au fil du temps, insidieusement et sournoisement), votre cerveau refuse la réalité : il continue à chercher et attendre « l’amour » du bon Dr Jeckyll qui a été remplacé, dans la même enveloppe corporelle, par Hyde, le monstre. Le plus déstabilisant résidant dans le fait que votre partenaire de vie peut soit définitivement tomber et rester dans les chaussures de Hyde ou alterner, suivant les situations, entre « le bon » et « le méchant », soufflant tantôt le froid, tantôt le chaud. Et vous vous agrippez désespérément au « chaud » ou au « souvenir du chaud », restant la proie, en sidération, du mauvais côté de celui ou celle qui disait vous aimer. Rassurez-vous, ce n’est pas un mauvais tour de magie ni de passe-passe : l’explication est simple et rebondit, une fois de plus, sur la dépendance affective et donc émotive. Eh oui, encore !!!

L’Aspirine sur un mal de dent : l’aspirine.

Étant en déséquilibre affectif, quand une relation se profile à l’horizon, que vous souffriez de solitude ou non, vous espérez que cette fois-ci, ce sera enfin la bonne personne pour vous. À cheval donné, on ne regarde ni les dents, ni la bride, cependant, quand il s’agit de choisir un partenaire de vie, mieux vaut évaluer les chances de compatibilités. Ce que vous n’avez probablement pas fait puisque cette promesse de former ENFIN un couple (l’aspirine) va alimenter votre envie (désespérée ?) d’être à deux ou encore remplir votre vide intérieur et calmer votre peur de la solitude (le mal de dents). Bien sûr, comme on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre et aussi parce que les deux, bien souvent, pensent être la solution l’un de l’autre, la séduction est de mise et on « beurre épais » (comme on dit au Québec !) des deux côtés de la tartine ! Il se peut que la personne qui vous fait la cour ou que vous courtisez y croit aussi à fond, au début, tout autant que vous, et s’investisse totalement, boostée par l’euphorie de ne plus ressentir le mal de dent anesthésié par l’aspirine. Et vous voilà baignant dans le « chabadabada » des « je t’aime » au bout d’une semaine, « je t’aimerai toujours » au bout de deux semaines à un mois, les « je n’ai jamais vécu ça avant toi », y ajoutant la pluie de compliments, les attentions, les cadeaux, les textos (sextos ?) dégoulinants de ❤❤❤ et d’émojis en tous genres, les appels téléphoniques, la présence, l’importance que vous avez l’un aux yeux de l’autre, la volonté de vous rendre heureux réciproquement, les soupers romantiques, les voyages, la Saint-Valentin, la belle-famille et les amis respectifs, on fait un enfant voire plus ou encore on adopte un enfant ou les enfants de l’autre, on se marie parfois, on achète un bien immobilier, on partage les revenus, etc. Le tout bien que quelques (tous ?!) voyants lumineux rouges se soient allumés sur votre tableau de bord et que vous les ayez soigneusement ignorés, la relation tenant la route à grands coups de « sacrifices, concessions, compromis » (SCC*), puis, soudainement ou progressivement, elle explose en plein vol…

Quand les effets de l’aspirine se dissipent, revient le mal de dent…

Bien évidemment, le rôle d’aspirine que joue le/la nouvelle partenaire de vie se dissipe au bout d’un temps plus ou moins long (trois semaines après le mariage, dans mon cas !). Chacun sait qu’anesthésier la douleur ne règle pas l’origine de l’infection : la peur de la solitude ou/et la volonté d’être en couple à tout prix. On peut comprendre que Jeckyll, avec tous ses bons côtés ait pu vous appâter et, une fois harponné et piégé, Hyde a pris le relai : c’est à ce moment-là qu’il aurait fallu prendre la fuite, cependant, attendant les promesses que le premier vous a faites et l’avenir merveilleux qu’il vous a fait miroiter, vous voilà incapable de vous sauver. Il y a bien pire : certain(e)s sont tombés sur Hyde directement, sans jamais rencontrer le Dr Jeckyll et s’y sont attachés, accrochés, agrippés désespérément dans un semblant de relation humaine inhumaine, tout et n’importe quoi dans la souffrance plutôt que le célibat. Cet échange aux relents de sadomasochisme s’installe dans le mépris du bourreau pour sa victime dans un cadre où il n’y a jamais eu de bienveillance, ni de promesses alléchantes, ni de comportements séducteurs. Notez bien, au passage, combien la langue française est précise : on ne dit pas « tu m’as attaché à toi », mais bien « je me suis attaché à toi ». C’est donc bien de votre propre chef. Personne ne vous oblige à vous attacher à personne : vous le faites de votre plein gré, poussé par l’enfant intérieur qui s’agrippe à n’importe qui comme à un petit morceau d’épave du naufrage de sa vie. Dépendant viscéralement de l’autre à cause du grand vide intérieur qui vous habite et qui grandit au fil des années et des échecs amoureux, vous ne pouvez pas vous « détacher ». Bienvenue dans le monde de la dépendance affective et émotive…

Soyez indulgent envers vous-même et/ou envers ceux et celles qui sont pris dans le piège « Jeckyll & Hyde »

Vous risquez de passer par une phase où vous vous flagellez, voire vous fustigez, parce que vous vous trouvez lâche et absurde d’endurer tout et n’importe quoi, enfoncé dans votre détresse par un entourage qui ne vous comprenant pas et vous juge sévèrement (attendez donc que ce soit leur tour ! Et ils reviennent alors vers vous, l’oreille basse, vous présentant des excuses parce que prisonniers du même piège). Permettez-moi de vous rassurer : tout le monde, sans exception, perd sa capacité à réfléchir, à prendre des décisions sensées, à fuir en étant en état de manque. Manque de drogue, manque d’alcool, manque de l’autre : ce sont des addictions. Et la définition de l’addiction, c’est qu’on ne peut plus s’en passer. Et l’autre peut vous faire vivre les pires situations, vous ne pensez qu’à une chose : avoir votre « shoot », c’est-à-dire l’idée d’être en couple, la présence de l’autre, peu importe dans quelles conditions. Sachez que vous n’êtes pas responsable de ce vide immense qui vous habite et qui vous pousse dans toutes sortes de situations abracadabrantes et souffrantes. En revanche, vous êtes responsable de tout mettre en œuvre pour vous prendre en main et vous libérer de cet enfant intérieur, ce terroriste terrorisé, en développant votre confiance et votre estime. Elles vous permettront d’être totalement adulte et donc de vous débarrasser de la dépendance affective et émotive et d’accéder à l’autonomie affective : vous ne serez donc plus dans le BESOIN d’un partenaire de vie qui conduit à la soumission et à la dépendance, mais plutôt dans le PLAISIR qui conduit à l’autonomie et à la liberté ! Si vous faites face, actuellement, à un(e) Hyde, faites-vous aider pour être capable de lui échapper et travailler sur vous pour repérer et fuir ou ne plus attirer du tout ce style de personnage. Car, la prochaine fois, vous tomberez sur pire que lui/elle : et pire que Hyde, c’est corsé !

*cf. « Le syndrome de Tarzan » (Béliveau éditeur)

www.pascalepiquet.com  La spécialiste de la dépendance affective et du bonheur (coach certifiée)

Partagez cet article !
 
 
 

Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?