Aimez MaChronique !



Influence négative de l’ubérisation pour les établissements de plomberie en France

Partagez cet article !

L’Ubérisation trouve son origine dans la célèbre application américaine qui met en relation des chauffeurs privés avec des particuliers qui souhaitent se déplacer. Il se pourrait que d’ici quelques années, cette nouvelle manière de travailler prennent de l’ampleur dans de nombreux secteurs artisanaux en France notamment dans le domaine de la plomberie. Cependant, l’ubérisation a rapidement connu ses limites. Le modèle a été critiqué d’un point de vue social. La prestation fournie par les professionnels est évaluée par les clients grâce à un système mis sur pied en ligne. Supposons que la note soit inférieure au seuil défini par la plateforme, alors les professionnels sont destitués. En outre, ce système comporte de nombreux risques économiques pour les professionnels concernés. De ce fait, de nombreux artisans plombiers risquent de fermer leurs entreprises.

Uberisation : quel impact pour les sociétés de plomberie ?

En plus de la notation et du risque d’être destitués au profit des artisans concurrents, les plateformes comme Uber ont tendance à augmenter la marge facturée au plombier professionnel en raison de leur modèle initial, qui n’est pas viable à long terme. Les plateformes commencent avec une offre très attractive pour les professionnels mais au fil du temps, le bénéfice de ces derniers est absorbé.

Dans un communiqué, la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment a souligné l’importance de défendre les artisans contre l’ubérisation de leurs métiers. L’émergence de l’ubérisation pour des sociétés de plomberie pourrait également exercer une pression à la baisse sur les salaires, car les services fournis par les plateformes de plomberie se substituent aux services offerts par les prestataires traditionnels. De nombreuses entreprises artisanales de plomberie pourraient fermer. Ceci s’explique par le fait que les startups de plomberie offrent des tarifs attractifs, il s’agit d’une concurrence déloyale vis-à-vis des établissements de plomberie traditionnels.

Qui est responsable de la qualité, tant sur le plan juridique que moral ?

Par exemple, si vous trouvez un plombier Levallois Perret  via une application mobile et qu’il détruit le système de plomberie de ma maison, l’application en est-elle responsable ? En général, les services de ce type déclarent qu’ils ne sont qu’un moyen de vous permettre de trouver le plombier, et qu’ils ne sont donc pas responsables des résultats du travail du plombier.

Si, en revanche, le plombier a été parfait, il vous laisse souvent son numéro de téléphone et vous demande de l’appeler directement la prochaine fois que vous aurez besoin de lui. Ils vous offriront une réduction pour l’appel direct, et leurs honoraires seront également plus élevés car ils n’auront pas à payer de commission à l’application. C’est une situation gagnant-gagnant pour les deux parties. L’application (ou le site web) est le seul perdant.

Il existe des systèmes de notation qui vous permettent d’évaluer la qualité du travail. On croit fermement que ces systèmes permettent de chasser les mauvais entrepreneurs du système. Mais cela ne fonctionne qu’en théorie, car on suppose que chaque entrepreneur agit comme un « agent économique », ce qui signifie qu’il travaille comme un professionnel honnête qui essaie non seulement de conserver son emploi, mais aussi d’améliorer son statut et son salaire. Mais en réalité, les systèmes comme Uber n’attirent pas seulement les professionnels. Certains d’entre eux considèrent Uber comme une possibilité de gagner un peu d’argent supplémentaire, mais s’ils le perdent, ils ne sont pas spécialement contrariés. C’est pourquoi ils ne prêtent pas beaucoup d’attention à leurs évaluations. Et même ceux qui se soucient de leurs évaluations ne se comportent pas toujours de manière très professionnelle. Mais si un client utilise une application pour trouver un service et qu’il n’est pas satisfait de la qualité de celui-ci, il rejette généralement la faute sur l’application, du moins psychologiquement. Et l’un des principaux problèmes de tous les services de type Uber est qu’ils se positionnent généralement non seulement comme des moyens plus pratiques d’obtenir des services, mais aussi comme des moyens moins chers. Dès le début, on a supposé qu’une application mobile rapide et conviviale pourrait remplacer les grands bureaux lents, ce qui contribuerait à maintenir les prix des services à un niveau bas. Mais dans la réalité, il s’avère toujours que le coût du maintien de la qualité et de l’assurance d’un flux constant de travail est beaucoup plus élevé que ce qui avait été initialement prévu dans le plan d’affaires (si tant est qu’il y en ait eu un).

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !