Aimez MaChronique !



Kissing Couple hd photos

« FAIRE LA SENSUALITÉ » (AMITIÉ AVEC COMPENSATION) : EST-CE POSSIBLE ?

Partagez cet article !

« FAIRE LA SENSUALITÉ » (AMITIÉ AVEC COMPENSATION) : EST-CE POSSIBLE ?

Le sexe est le sujet de préoccupation d’une grande partie de la population. Chacun croit avoir fait l’amour et pourtant se sépare, parfois dans des drames : paradoxe, non ? Dans mon premier livre, « Le syndrome de Tarzan » (Béliveau éditeur), j’explique qu’on ne peut pas aimer et « désaimer » : il n’y a pas d’interrupteur. Quand on aime d’un amour fondé sur les bonnes valeurs, il perdure. La névrose, elle, fluctue. C’est faux que l’amour est proche de la haine, ce sont deux univers opposés et je vous en fais la belle démonstration : un drogué aime son dealer quand celui-ci lui fournit sa drogue et le hait s’il s’en va, puis l’aime s’il revient. Appelleriez-vous cela de l’amour ? Une relation sexuelle repose donc sur un sentiment amoureux ou sur la névrose, mais existe-t-il une façon d’avoir du sexe épanouissant sans aimer son partenaire et sans être névrosé ?

Comme vous le savez déjà, puisque vous me suivez régulièrement, pour faire l’amour, il faut s’aimer soi, aimer l’autre et réciproquement. C’est le fin du fin : deux personnes heureuses qui se sont choisies parce que mêmes valeurs, mêmes croyances, mêmes objectifs de vie et attirance physique. Ces deux personnes, dans leur vie intime, vivent une fusion qui dépasse la simple relation sexuelle et qui est à l’opposé de l’acte qui ne sert qu’à nourrir la névrose : ce que je nomme dans mon livre « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Béliveau éditeur) : « baiser ». Cet acte vous permet uniquement de « décharger » une libido mal gérée et soutient la fausse croyance que « baiser » signifie « exister ». Si vous n’avez pas de relations sexuelles, aux yeux de la société et aux vôtres, vous vous croyez « anormal ». Vous préférez donc livrer votre corps au jeu du « celui qui jouira le plus vite aura gagné. Tant pis pour l’autre » plutôt que rester abstinent le temps de trouver un/le partenaire idéal. Car, avouez-le, dans ces relations sexuelles compulsives et névrotiques, vous n’êtes pas forcément fier/fière de vous le lendemain… Vous vous demandez donc ce qu’il vous reste, si vous n’êtes ni amoureux, ni dans le besoin de sexe… Il vous reste « faire la sensualité » : c’est avoir des relations sexuelles épanouissantes, où les deux ont beaucoup de plaisir, sans aucun sentiment.

Qu’est-ce qu’un partenaire idéal pour une « amitié avec compensation » ? C’est celui ou celle que vous aimez bien ou encore la personne dont vous appréciez la compagnie dans l’intimité, sans aucun sentiment amoureux. Ce qui exclut l le ‘n’importe qui, n’importe comment ». Entre en jeu une notion de confiance et de respect. Attention : « faire la sensualité » est un état d’esprit très particulier, car il faut être dans le plaisir et non dans le besoin. En effet, pour être capable d’avoir des relations sexuelles avec une personne que vous n’aimez pas, mais que vous appréciez, il faut vous détacher des sentiments, en ce sens qu’il faut être uniquement branché sur le plaisir. Surtout lorsque c’est le temps d’une nuit ou d’une période de vacances : dans ces conditions aussi, même si vous ne connaissez pas bien la personne, le respect et la confiance sont de mise.  Pour de nombreuses personnes, avoir du sexe implique « attaché l’autre physiquement » puisqu’il sert d’appât dans cette recherche compulsive d’un partenaire de couple : c’est l’espoir de piéger quelqu’un à travers le plaisir procuré. Marché de dupe : quand l’un accepte de faire la sensualité en pensant que l’autre succombera à ses charmes (ou ses habiletés… !), il y a de fortes chances qu’il se casse le nez. Quand vous tombez sur un Trou noir affectif et que vous pensez le subjuguer, vous y laisserez toutes les plumes de la couette et les vôtres avec. Vous me faites sourire quand vous affirmez être tombé sur un « manipulateur » qui vous a pourtant dit, dès le début, que ce ne serait jamais sérieux, qui prend son pied avec vous « comme s’il vous aimait » (c’est ce que vous interprétez) et qui s’en va comme si de rien n’était, sans se retourner, à chaque fin d’étreinte. Et le petit déjeuner n’est pas toujours compris… Tel est pris qui croyait prendre : qui est le manipulateur finalement ? Celui qui sort le grand jeu et tout son kamasutra pour appâter ou celui qui en profite, ayant été très clair dès le départ, sur le sujet ?

Je vous rappelle que le Trou noir affectif ne joue pas : il est ce qu’il est. Vous lui proposez du plaisir, il le prend, mais ne tombe pas dans le piège que vous lui tendez. Il est incapable de s’engager, plus terrifié par le fait d’entrer en relation que perdre « un bon coup ». Les personnes équilibrées, elles, fonctionnent autrement : elles sont capables d’avoir de belles relations sexuelles, fondées sur le plaisir, le respect mutuel, avec un « contrat » établi à l’avance que les deux acceptent en toute honnêteté. Elles savent que les circonstances ne permettront pas de former un couple ou ne sont simplement pas prêtes à cela, mais décident de se donner un plaisir mutuel avec respect, mais sans aucun sentiment. Cependant, ce n’est pas parce que vous êtes équilibré que vous êtes capable de faire la sensualité : vous avez le droit de préférer avoir des sentiments pour partager des relations intimes. Encore une fois, c’est un état d’esprit que tout le monde ne possède pas. Pour moi, « faire la sensualité », c’est célébrer la vie à travers le sexe et le plaisir à deux. Quand ça arrive, vous l’appréciez à 100 %, mais ça ne vous rend pas dépendant. Si la relation est régulière, cela devient une « amitié poussée » ou « amitié avec compensation » (personnellement, j’appelle cela une relation) et le jour où vous ne partagez plus l’intimité, d’un commun accord, vous continuez néanmoins à partager l’amitié. C’est possible puisque je l’ai vécu ! C’est amusant de constater qu’une vie de couple épanouie commence souvent par l’amitié, alors que lorsqu’il s’agit de faire la sensualité, le sexe peut rapprocher des personnes qui deviendront amies.

« Faire la sensualité » peut ressembler à une relation amoureuse, car les comportements sont similaires, si la relation est régulière. En effet, vous pouvez communiquer régulièrement (vive les nouvelles technologies !), mais utilisant plutôt un langage teinté d’érotisme que de mots amoureux. Vous vous « agacerez » mutuellement pour augmenter le désir, et donc le plaisir, et si vous n’êtes pas équilibré, l’un des deux peut déraper. La frontière est mince entre « faire l’amour » et « faire la sensualité » sur le plan des comportements. Le piège étant que le sexe est bon, voire très bon, et c’est bien ce qui peut fragiliser l’un des deux, car vous finissez par l’interpréter comme de l’amour, quand vous êtes sur la même fréquence sexuelle et amicale. C’est un jeu tout de même dangereux, dans lequel les deux doivent être très clairs et se parler pour signaler le moindre début d’attachement. Pour gérer ce style de relation, il faut avoir la conviction que, même si vous vous entendez à merveille, la relation n’est pas viable : par exemple, vous êtes géographiquement trop éloignés, vous avez un grand écart d’âge, il manque un ou plusieurs critères (cf. « Gagnez au jeu des échecs amoureux » – Béliveau éditeur), mais vous êtes à l’aise avec cela dans le cadre d’une relation éphémère. C’est bien le mot « éphémère » qui est important : vous devez être conscient de cette réalité et profiter des moments agréables passés en compagnie d’une personne qui ne sera jamais votre conjoint(e). Comprenez-vous pourquoi, quand une relation devient régulière, c’est vite fait de déraper et de vouloir soudain ignorer tout ce qui vous sépare pour former un couple ? Le plaisir risque de représenter un chant des sirènes qui peut vous pousser à votre perte, quand il prend le dessus sur le sens commun. Rester la tête froide est bien l’attitude à avoir, même si l’attirance sexuelle que vous vivez pourrait vous la faire perdre ! Par ailleurs, demandez-vous simplement si le fait d’entretenir ce style de relation laisse vraiment la place à celui ou celle qui vous est destiné(e)… C’est à vous d’en décider. Car, si vous rencontrez la bonne personne, il faudra lui expliquer que vous avez un amant/une maîtresse régulier/régulière et je ne sais pas comment ce sera perçu… C’est un risque que vous prenez. Car, expliquer que vous avez eu des « one night » est une chose, avouer que vous entretenez une relation en est une autre, même si elle n’est pas amoureuse : vous, comment le prendriez-vous ?

« Faire la sensualité », c’est un hymne à la vie, que je recommande aux célibataires capables de gérer ce style de relation. C’est fondé sur une volonté de ne pas s’engager, un respect mutuel, un plaisir partagé et la conscience que rien ne pourra arriver au-delà du sexe. Attention : côté exclusivité, c’est à discuter. Personnellement, ça ne faisait pas partie du contrat. Mais vous pouvez le décider pour protéger votre santé. Ce qui requière aussi d’échanger vos résultats sanguins avant de décider d’arrêter de vous protéger. Sinon, la protection est de mise. Je vous le dis souvent, je ne suis pas pour l’abstinence, je suis pour les belles relations sexuelles, qu’elles soient fondées sur l’amour ou sur le plaisir uniquement. Dans un cas comme dans l’autre, ce que je vous recommande, c’est de bien choisir la personne avec laquelle vous serez intime et d’en profiter !

E-book sur les relations hommes/femmes « Séduire pour une nuit ou charmer pour la vie ? » sur le site : www.pascalepiquet.com

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?