Aimez MaChronique !



DÉPENDANCE AFFECTIVE ET VIOLENCE CONJUGALE : COMMENT JE SUIS DEVENUE UNE MEURTRIÈRE EN PUISSANCE

Partagez cet article !

DÉPENDANCE AFFECTIVE ET VIOLENCE CONJUGALE : COMMENT JE SUIS DEVENUE UNE MEURTRIÈRE EN PUISSANCE

« Elle est folle, elle a failli me tuer, c’est une hystérique ! » Voilà en quels termes les deux conjoints que j’ai eus pouvaient parler de moi. Effectivement, j’ai failli les tuer. Mais étais-je folle ou poussée à la folie ?

Si j’étais allée voir un psy, lui racontant que j’ai attrapé mon mari par le col du sweet-shirt, que je l’ai traîné sur la longueur de la cuisine, puis plaqué sur la gazinière, croisé le couteau de cuisine du regard (il était juste sur le plan de travail, à côté de sa tête), que je me suis vue le prendre, lui planter plusieurs coups de couteau, avec à chaque coup une sensation que l’étau qui m’écrasait la cage thoracique se desserrait et une phrase qui tournait dans ma tête : « si je le tue, je fais un trois en un : son ex arrête de me harceler (ça faisait 9 ans !), sa maîtresse me laisse tranquille et lui ne sera plus à la maison (il refusait de quitter le domicile).  Puis, je raconte au même psy que quelques années plus tard, je suis allée voir quelqu’un en shiatsu en lui disant « Dépêchez-vous de m’aider à régler la colère, parce que le dernier conjoint, Jim, qui me harcelle, va payer pour tout le monde, je sais que je vais le tuer ». Parfaitement consciente qu’il s’arrangerait pour croiser ma route à nouveau, je savais que j’allais disjoncter et qu’il n’aurait pas d’autre solution que m’assommer ou me tuer pour m’arrêter. Qu’aurait diagnostiqué le psy ? Cochez la bonne réponse :

Bipolaire ? 1

Maniaco-dépressive ? 1

Trouble de la personnalité multiple ? 1

Trouble de la personnalité limite ? 1

Cyclothymique ? 1

Psychotique ? 1

Paranoïaque ? 1

Schizophrène ? 1

Tueuse en série ? 1

Nombre de mes clients ont reçu un ou plusieurs de ces diagnostiques, alors qu’ils n’ont jamais essayé de tuer qui que ce soit. Vous avez pourtant l’air d’être totalement déséquilibré, quand vos réactions sont excessives, poussé par la souffrance, les peurs (rejet, abandon, solitude), quand vous êtes au bout du rouleau, coincé dans une situation dont vous n’êtes pas plus capable de sortir que celui ou celle qui est prisonnier du même piège. Un homme ayant lu « Le syndrome de Tarzan » me dit « Mais c’est un livre pour les fous ! ». Je me souviens d’avoir souri, car effectivement, pour une personne qui a eu une belle enfance, comme serait-il possible de comprendre qu’un être humain permette à un autre être humain de l’humilier, le bafouer, le tromper, lui prendre tous ses sous, le frapper, etc. ?

Aujourd’hui, j’en ris, parce que j’en suis sortie et je sais que chaque client(e) qui vient vers moi en  sortira, même si la situation lui paraît désespérée, mais quand je pense à la névrose dans laquelle je barbotais et les problèmes qu’elle engendrait, jusqu’à me transformer en tueuse en série, j’ai froid dans le dos. Si j’avais tué mon mari, je serais en prison à l’heure qu’il est, car ils auraient voulu me faire sortir de là pour bonne conduite (je suis très disciplinée et respectueuse des règles), mais je me serais accrochée aux barreaux de la prison, les suppliant de ne pas me laisser sortir : je n’aurais pas su pourquoi j’avais tué mon mari, j’aurais pensé être capable d’en tuer un autre ! Parce que ce n’est pas en prison qu’on m’aurait expliqué ce qu’il m’était arrivé. J’ai offert mon livre à la bibliothèque de deux prisons, en dédicaçant ce qui suit : « Pour que tu saches pourquoi tu es là et pour que tu n’y reviennes jamais »… Les prisons sont pleines d’hommes et de femmes victimes de la dépendance affective et qui n’ont aucune idée de l’origine des mâchoires par lesquelles ils sont déchiquetés.

Je me trouvais au palais de justice de Québec pour témoigner pour un client et un juge me dit « Regardez toutes les salles, elles sont pleines de dépendants affectifs : vols, disputes, agressions, divorces, méfaits en tout genre ! ». J’étais bien d’accord avec lui : c’est bien la défaillance des parents (le rejet et l’abandon) qui pousse dans la drogue, la délinquance, la conduite en état d’ébriété, l’agressivité, la violence conjugale, le banditisme, le divorce et bien d’autres choses. Cependant, si j’avais tué mon mari, je n’aurais pas été responsable des mauvaises programmations qui m’auraient poussée à cet acte de barbarie, mais j’aurais été responsable de mes actes et rien ne justifie que l’on prenne la vie de quelqu’un, à part peut-être la légitime défense. Et si vous comparez la prison et l’hôpital psychiatrique, vous remarquez que certains criminels sont envoyés en cellule, alors que d’autres ayant plaidé la folie passagère sont internés pour problème de santé mentale. Je me demande où la loi m’aurait placée… Certes, mon avocat aurait mis les jurés dans mes chaussures, leur faisant vivre toute l’horreur que je vivais à l’époque, enceinte, puis après l’accouchement, harcelée sans arrêt par trois personnes, dont mon propre mari, alors que j’essayais d’élever mon bébé. Les jurés, devant la situation de folie que je vivais, se seraient dit qu’à ma place, ils l’auraient tué bien plus tôt ! J’aurais bénéficié de leur compassion (mon avocat s’y serait employé), car je suis une bonne personne, aucun casier judiciaire, pas d’excès de vitesse, une femme sans histoire, jusqu’au jour où vous plaquez votre mari sur la gazinière… Folie passagère…

Quand je vous dis que je reviens de l’enfer, il ne fut pas dans les gens qui m’ont harcelée, ni dans l’argent dont j’ai manqué, ni dans l’alcool ou les 10 dernières années que j’ai passées à reconstruire ma fierté professionnelle, sociale et financière : l’enfer a été pour moi de croire que j’étais une meurtrière, croire que je pouvais tuer le premier qui me contrariait. Je me souviens du plaisir que j’éprouvais, à chaque coup de couteau que je croyais infliger : c’était une véritable libération. Entendons-nous bien : ce n’était pas le plaisir de tuer, mais d’arrêter la souffrance. Être la cible d’un tir croisé entre l’ex, le mari et sa maîtresse m’avait rendue… folle. Le pire, c’est que je n’ai aucun souvenir des paroles qu’il a prononcées et qui m’ont fait disjoncter. Moi-même, je ne m’y attendais pas : nous n’étions pas en plein cœur d’une violente dispute. Il a dit quelque chose et ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Il n’a pas eu le temps de réagir que je l’agrippais déjà par le col qui se déchira. J’étais hors de contrôle : hors du sien, hors du mien. C’est lui qui m’a fait sortir de ma transe (épisode psychotique ?) et au moment où je me voyais le transformer en passoire, j’ai entendu sa voix me crier « Vas-y, fais-le ! ». Il a vu mes yeux croiser le couteau et, au bout du rouleau lui-même, pris dans le même piège que moi, il en était rendu à penser que la mort valait mieux que les souffrances qu’il vivait et qu’il m’infligeait. Il n’a fait aucun geste pour se défendre… Lui prêt à se laisser tuer et moi prête à le tuer.

Je ne comprenais pas d’où venait toute cette colère qui m’habitait, toute cette violence que même les arts martiaux ne pouvaient plus canaliser.  Étais-je folle ? Étais-je une meurtrière ? C’est la question que la plupart de mes clients se posent avant de venir me voir : ils sont soulagés, dès qu’ils lisent mon livre. Nous sommes des milliers à être frappés par ce fléau et ce n’est pas de la folie, mais un trouble du comportement reposant sur une carence affective. Juste ça… Aujourd’hui, je sais, vous savez que ce n’est pas de la folie, que c’est juste un seuil de tolérance à la souffrance qui peut être élastique à ce point qu’arrivé au bout du rouleau, vous puissiez vous tuer ou tuer quelqu’un d’autre. Folie passagère, j’aime le terme, parce que je ne suis pas folle. Vous n’êtes pas fou/folle. Autre situation qui vous surprend aussi : pleurer comme un enfant, que vous soyez une maîtresse femme  ou un grand gaillard ! Je me souviens d’un bûcheron et d’un ancien mafieux qui ne comprenaient pas pourquoi, ni comment ils se retrouvaient à pleurer comme un bébé, après le départ de leur conjointe ! Dans des situations extrêmes où la souffrance n’est plus tolérable, elle rendrait fou ou « bébé » n’importe qui. Sauf qu’il faut avoir un déséquilibre équivalent ou supérieur à 5, sur l’échelle de Richter, pour se rendre à la folie meurtrière.

Souvenez-vous que la violence du geste est à la hauteur de la souffrance ressentie et du déséquilibre : cela ne constitue pas une excuse, mais une explication. J’ai été passagèrement folle et ça ne s’est plus jamais reproduit, depuis que je suis sortie des mâchoires de la dépendance affective et émotive. La sagesse me porte à ne pas fréquenter les personnes en déséquilibre affectif qui vous conduisent vers la folie. L’estime et la confiance sont vos « garde-fous » et vous évitent de fréquenter ceux qui pourraient vous pousser dans des comportements excessifs : ce côté enfant (l’enfant intérieur) doit disparaître, pour laisser la place, toute la place, à l’adulte.

Nouveau ! Lisez le e-book « Pourquoi récupérer son ex, là est la question. Comment survivre à une rupture, là sont les réponses ! » : http://www.pascalepiquet.com/pourquoi-recuperer-son-ex.php

Écoutez Pascale Piquet, chaque mercredi à la radio :

Chroniques hebdomadaires :

94.1 FM à Sept-Îles : Écoutez le trio détonnant David Tancrède, Valérie & Pascale Piquet, tous les mercredis à 16h30 ! Écoute en direct : www.le941.com

95.7 FM au Saguenay-Lac-St-Jean : Écoutez la chronique décapante de Pascale Piquet avec la complicité de John Ferguson et son équipe, tous les mercredis entre 15h00 et 16h00 ! Écoute en direct : www.saguenay.radiox.com/accueil

Lisez le second livre de Pascale Piquet : « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Michel Lafon)

Lisez la chronique de Pascale Piquet, chaque mercredi !

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

Prenez une dose de bonne humeur : suivez Pascale Piquet sur Twitter www.twitter.com/pascalepiquet

FACEBOOK : page professionnelle « Pascale Piquet »

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?