Aimez MaChronique !



COMMENT ÊTRE UNE FEMME ?

Partagez cet article !

COMMENT ÊTRE UNE FEMME ?

 

Les femmes ressemblent de plus en plus aux hommes, mais n’en prennent que les défauts : elles copient les machos ! Vous le savez maintenant, être un homme (cf. ma chronique précédente : http://www.machronique.com/comment-etre-un-homme/), c’est être un Dominant (pas un dominateur, ni un dominé), c’est la virilité et la masculinité, ajoutées au sens des responsabilités, avec un instinct protecteur. En face de cet Homme, il doit y avoir une Femme féminine, sensuelle, maternelle (uniquement avec ses petits, pas avec son conjoint !), qui accepte d’être protégée, refusant de faire les travaux de force qui requièrent du muscle. Une Femme peut être musclée, à travers le sport, mais n’est pas obligée de se servir de sa force pour rivaliser avec l’homme. Imaginez si celui-ci se mettait à vouloir des seins, pour rivaliser avec les femmes !

 

Vous êtes nombreuses, et moi la première, à avoir entendu votre mère vous dire : « Il ne faut pas que tu dépendes d’un homme, il faut que tu aies un travail et que tu sois indépendante financièrement ». Quand elles ne rajoutaient pas, ces mères revanchardes « Parce que les hommes, tous des bons à rien ! ». Ma mère, en réaction vis-à-vis des hommes (son père biologique, puis mon grand-père qui l’avait pourtant adoptée et mon père), m’a élevée dans cette rancune bourrée de non-dits : comme un chien qui grogne, mais qui n’attaque jamais. Je vous avoue que ça a eu l’effet inverse sur moi : j’adore les hommes, j’aime l’Homme. Mais déjà, vous êtes élevée, madame, mademoiselle, dans une programmation de révolte, contre celui dont vous serez l’esclave et qui sera votre maître et auquel il faudra échapper, selon votre mère. Arrêtez, par pitié, de juger le sexe opposé sur les névrosé(e)s que vous avez rencontré(e)s, c’est vous qui les avez attiré(e)s ! C’est valable pour les deux sexes. Un Homme équilibré n’est ni un macho, ni un dominateur, ni un dominé.

 

Comment ces femmes vous auraient-elles enseigné la féminité, étant en réaction contre tout ce qui fait la Femme ? Dans des temps pas si reculés, les femmes étaient soit des fées, soit des sorcières et c’est toujours le cas. Elles séduisent et mènent l’homme au paradis ou en enfer. Dans ce monde de névrosés, la femme craint les muscles de l’homme et celui-ci craint son pouvoir de séduction. Ne les a-t-on pas voilées dans certaines religions ou civilisations ? Redoutée, parfois considérée comme un suppôt de Satan, elle peut également enchanter la vie d’un homme amoureux. Mais dans un cas, comme dans l’autre, elle se sert de ses attributs féminins. Si elle les met sous le nez des hommes, c’est bien pour qu’ils s’en nourrissent les yeux. Aujourd’hui, les femmes ne laissent plus le sexe opposé découvrir ce qu’elles découvrent, parfois trop. Je vous le dis, moi la Parisienne, vous dévoilez votre corps d’une façon qui frise parfois la vulgarité. Un décolleté doit laisser voir juste le haut des seins, pas la totalité ! Quant à la jupe, quand je vois certaines d’entre vous sur les trottoirs de Montréal, un souffle d’air et vous voilà la culotte à l’air, soyez assurée qu’en France on vous demanderez combien vous coûtez…

 

Mon premier été à Montréal, j’étais dans le métro et je vois une jeune femme monter, vêtue d’une jupe qui ressemblait à une ceinture et un décolleté jusqu’au nombril : j’ai vraiment cru qu’elle était une prostituée. Puis plusieurs sont montées dans la rame, aussi légèrement vêtues, j’ai vraiment pensé que j’étais dans le quartier des femmes de petite vertu. Puis j’en ai vu partout ! J’étais vraiment sidérée : mettez les mêmes femmes sur les trottoirs de Paris, elles n’auront pas fini de se faire mettre la main aux fesses ! Elles se baladent à moitié nues, sous le nez de ces messieurs qui sont assez domptés pour ne même pas regarder. Je parle des Québécois, car les Européens, eux, ne se gênent pas. Une femme de ce style est passée devant l’école de ma fille, école internationale, et seuls les hommes autres que Québécois la regardaient. Les autres piquaient du nez. Des amis français voulaient venir en été au Québec et je leur ai dit qu’il faudrait attendre l’hiver car l’été, il faudra les assommer pour ne pas qu’ils deviennent fous ! D’ailleurs, les Français que j’ai rencontrés m’ont tous fait la même réflexion : « les Québécoises sont belles, à moitié à poil, et pas besoin de faire d’effort pour coucher : elles te sautent dessus ! ». L’un d’entre eux, gars dans la trentaine, baraqué, m’a même dit « C’est ‘pitouneland’ ici ! (Pitoune : jolie femme facile aux mœurs légères). En France, tu entres dans un bar et tu rames comme un fou pour en conquérir une seule et à Montréal, pas besoin de faire quoi que ce soit : elles te sautent dessus ». Croyez-moi, il s’est « payé la traite » (il a fait un festin !).

 

Les femmes, par le passé, se laissaient désirer, conquérir : elles savaient attirer l’homme de leur choix par toutes sortes de stratagèmes, mettant leur corps en valeur, coiffure maquillage, bijoux, vêtements. Aujourd’hui, pas besoin d’être féminine : vous sautez sur le bifteck ! Voilà pourquoi les hommes n’ont plus à être beaux, ni à démontrer leurs talents de guerrier et de conquérant : ils n’ont plus qu’à se laisser choisir. On assiste à un pitoyable « meat market » (marché à la viande), dans les bars et autres endroits publics, où les hommes n’ont plus rien à dire, juste à attendre au bar, tels des chevaux à l’abreuvoir, que ces dames les choisissent en regardant leurs fesses. Plusieurs de mes clients et des Français ont fait des manœuvres d’approchent et se sont faits rembarrer ! Vous détestez qu’un homme prenne les devants et vienne vous parler : c’est vous qui faites les premiers pas ! Mais dans quel monde vivons-nous ? Et pas question de laisser le sexe opposé manifester la moindre galanterie, ce que vous interprétez comme faisant allusion à votre faiblesse ou incapacité à ouvrir une porte, ouvrir la portière de la voiture, porter un bagage lourd et ne parlons pas d’un homme qui veut vous offrir le restaurant. Là, vous pensez qu’il est en train d’acheter un ticket pour faire un tour dans votre lit ! Sachez, madame, mademoiselle, qu’en France, il est exclu qu’une femme qui a été invitée par un homme paie sa part. Il y a même des restaurants dont les menus que l’on donne à une femme ne comportent aucun prix : eh oui, c’est ça les égards dus à votre rang !

 

Tout à fait capable de me défendre toute seule, j’apprécierai néanmoins qu’un homme me protège si je suis en danger. Démontrant qu’il est un protecteur et que je suis précieuse pour lui, c’est pour ces mêmes raisons qu’il me tiendra la porte, ouvrira ma portière, me proposera sa veste si j’ai froid. Alors que moi, je serai tendre et sensuelle, douce et enveloppante, un tantinet coquine et séductrice avec celui que j’aurai choisi. Ce n’est pas parce que vous vous faites des coiffures qui ressemblent à des choucroutes, parce que vous portez des faux ongles et que vous vous maquillez comme des pintades que vous êtes féminine ! C’est un état d’esprit et non un déguisement ! Quand je vous vois ainsi accoutrées, marcher dans les rues comme un déménageur qui cherche le piano, je comprends que vous n’attiriez que des dominés.  La démarche aussi doit être féminine. En revanche, une femme n’a pas à être maternelle avec un homme, plutôt attentionnée, comme il le sera également. Le côté maternel est réservé aux enfants : sinon, vous allez attirer un homme qui n’a pas grandi et qui cherche sa maman. Ou vous rencontrerez un père, vous comportant comme une petite fille : vous changez même de voix quand vous parlez à votre amant, régressant à l’âge de 10 ans ! Si vous êtes une dominatrice, vous choisirez un dominé : souvenez-vous qu’on méprise ceux qu’on domine et c’est un homme que vous méprisez que vous aurez dans votre lit. Si vous êtes une dominée, soumise à tous ses désirs, vous tomberez sur un dominateur. Mais dans un cas comme dans l’autre, vous ne le respectez pas, car il n’est pas respectable, alors que vous partagez sa vie. Et si vous étiez une Dominante, une Femme qui respecte l’Homme et qui est respectée ?

Dominateur/dominatrice ou dominé(e) : vous êtes en dépendance affective ! Seuls les Dominants et Dominantes sont équilibrés.

 

La Femme représente la sensualité, la volupté, la tendresse, la douceur, elle est enveloppante, mature et épanouie, elle aussi prend ses responsabilités. Que vous soyez une poupée Barbie ou un garçon manqué, vous êtes complémentaire de l’Homme : deux dominants formant un couple. Le dominer ou vous laisser dominer n’engendrera que le désordre. Vous êtes le Yin et il est le Yang : la douceur qui rejoint la force dans un même élan que représente la relation sexuelle. La Femme n’est-elle pas le repos du guerrier ?!

Souvenez-vous : l’Homme propose, la Femme dispose ! C’est à l’Homme de conquérir la Femme, qui accepte ou non.

La semaine prochaine : comment être en couple !

 

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », en vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

 

Prenez une dose de bonne humeur par jour : suivez Pascale Piquet sur Twitter ! Abonnez-vous : www.twitter.com/pascalepiquet

 

 

 

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?