Aimez MaChronique !



Bars à sourire : au bonheur des dents blanches

Partagez cet article !

« Si vous avez les dents jaunes, portez une cravate marron » ironisait Coluche.

Aujourd’hui, on donnerait plutôt ce conseil : « Si vous avez les dents jaunes, allez dans un bar un sourire ».

C’est que de nos jour, le sourire plus blanc que blanc s’impose comme un atout indispensable de réussite sociale. Exhiber un sourire jaune est un signe de laisser aller, pire un signe probable de mauvaise hygiène dentaire associée à une mauvaise haleine.

Explosion des bars à sourire dans l’hexagone

Pour répondre à ce besoin de blancheur, des centres de beauté d’un genre nouveau s’ouvrent à la vitesse grand V dans l’hexagone. Les bars à sourire ou salons de blanchiment dentaire poussent comme des champignons : dans les grandes villes comme Paris, bien sûr à la pointe de la tendance, à Toulouse, et aussi de manière plus inattendue dans des villes de moyenne importance comme par exemple Brest ou Toulon.

Annuaire des bars à sourire de France par ville : bars à sourire

Si tous proposent de se faire blanchir les dents à moindre coût, rapidement, avec ou sans rendez-vous, ces nouveaux centres de beauté pour les dents prennent dans la réalité des formes variées : des salons exclusivement dédiés au blanchiment des dents aux centres d’esthétique, instituts de beauté, coiffeurs, centres de bronzage…, qui ajoutent le blanchiment dentaire à la carte de leurs autres prestations.

Blancheur, beauté, santé, jeunesse

À la frontière parfois floue entre soin médical et soin esthétique, les bars à sourire ou salons de blanchiment dentaire jouent volontiers de la confusion existant entre santé dentaire et blancheur. « Des dents blanches qui composent un sourire éclatant est un signe de beauté, de santé et de jeunesse » affirme le site d’un salon d’esthétique qui propose le blanchiment dentaire en sus de ses autres prestations pour le visage et le corps. Beauté, santé, jeunesse : tout est dit dans ces trois mots magiques qui suffisent à susciter le rêve dans une société centrée sur l’apparence et dominée par la vague du jeunisme. Les stars du cinéma holywoodien ont donné l’exemple depuis longtemps. Mais aujourd’hui tout le monde veut le sourire parfait blanc et éclatant de Julia Roberts. Et qu’importe si pour y parvenir, il faut décaper régulièrement l’émail des dents à l’aide de produits blanchissants qui produisent sur la dent l’équivalent d’un « peeling chimique ».

Blanchiment dentaire : pas sans risques

Opportunément, les salons de blanchiment dentaire proposent d’ailleurs des abonnements ou forfaits de blanchiment et invitent le consommateur à revenir régulièrement pour « entretenir » la blancheur de son sourire, comme on entretient son bronzage, sauf qu’au niveau dentaire il s’agit à l’inverse de dépigmenter. Verra-t-on dans les années à venir le blanchiment dentaire se banaliser au point de s’intégrer à une routine de beauté répétée 3 ou 4 fois pas an, en dépit des avertissements des dentistes qui voient dans les blanchiments répétés des risques pour les dents ? Il est difficile de le dire. Si le blanchiment connaît un tel engouement outre-atlantique, c’est avant tout parce que le sourire est aux États-Unis aussi important qu’une poignée de main. En outre, il faut se souvenir que les Américains ont une approche pragmatique de l’esthétique. Pour eux, seul le résultat compte. Qu’importe si pour obtenir le sourire parfait, il faut tailler, implanter, extraire, redresser… On le fait. C’est d’ailleurs aux États-Unis qu’est née la technique des extractions de dents saines en orthodontie, une approche mutilante qui a ensuite gagné l’Europe. Dans ce contexte, décaper les dents jusqu’à les priver de leur couche d’émail protectrice apparaît comme un moindre mal.

Blanchiment dentaire : quel avenir

Quant à savoir si la vague du blanchiment dentaire va dans les années à venir se faire une place de choix dans le marché de l’esthétique en France, comme l’espèrent les promoteurs de ces nouveaux salons de beauté pour les dents, c’est une autre question. Lassés par les aléas liés aux blanchiments répétés (coût, sensibilités dentaires, résultats décevants à long terme, les dents blanchies ayant tendance à se recolorer, parfois en pire, même si des précautions peuvent retarder le jaunissement), les consommateurs pourraient s’en détourner aussi rapidement qu’ils s’y sont intéressés. Une affaire à suivre…

Pour aller plus loin : le Pratikadent, rubrique Blancheur, blanchiment

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !