Aimez MaChronique !



AGRESSIVITÉ : COMMENT LA GÉRER ? (4/4) LES DÉPENDANCES

Partagez cet article !

AGRESSIVITÉ : COMMENT LA GÉRER ? (4/4) LES DÉPENDANCES

Après avoir traité la fatigue, le besoin de reconnaissance, les peurs et les hormones, voici le dernier volet : les dépendances qui poussent dans l’agressivité. Alcool, drogue, jeu, sexe, travail, sport, tabac, nourriture et bien d’autres encore en plus de la dépendance à un autre être humain (conjoint, enfants, parents, amis, etc.) sont autant de raisons de devenir agressif. Mais d’où viennent les dépendances et comment s’en sortir ?

Quand vous êtes en manque, quelle que soit la dépendance développée, vous devenez agressif. En fait, ce dont vous dépendez vous procure du bien-être (parfois très momentané) et du réconfort. L’être humain, en déséquilibre, est un animal de réconfort ou de récompense. Je me souviens très bien que lorsque j’avais une compulsion à l’alcool, je buvais, au début, pour me réconforter parce que tout allait mal, et quand j’ai commencé à reconstruire ma vie, pierre par pierre, je buvais à chaque victoire, pour me récompenser. Résultat : j’avais toujours un prétexte pour boire ! Et si vous retirez à une personne ce qui la réconforte ou la récompense, elle tombe dans l’agressivité. D’autant que, souvenez-vous, l’impatience est un comportement d’enfant et si vous n’avez pas immédiatement ce qui vous fait du bien, l’agressivité est la seule réponse que vous pourrez fournir à la personne qui essaie de vous priver de ce dont vous avez tant besoin. Et que cherchez-vous à remplir avec ces dépendances ? Le vide qui s’est installé depuis l’enfance, que vous ressentez à l’intérieur de vous et qui grandit en même temps que votre corps. La carence affective vous a déséquilibré à ce point que vous avez eu besoin de trouver une ou plusieurs béquilles et vous cherchez à remplir le vide par une autre personne ou/et par une substance quelconque qui vous procure une sensation de bien-être momentané.

Avouez que c’est cher payer qu’avoir un mal de tête et la nausée le lendemain, quand les effets agréables de l’alcool se sont estompés et sont remplacés par un mal de mer épouvantable. Que fait-on pour régler ça ? On boit ! Et c’est reparti pour un tour, d’autant que les effets de l’alcool vous mettent le moral par terre, donc le lendemain, vous buvez encore plus pour effacer les effets négatifs et le cercle vicieux s’installe. La fatigue aussi et le moral dans les chaussettes, vous devenez agressif et vous vous en voulez d’être dépendant, mais vous êtes incapable de vous arrêter. Il en va de même pour chaque élément dont vous êtes dépendant. Bien sûr, si vous mangez trop, vous êtes un « gentil gros », si vous travaillez trop (workaholic), on vous trouvera très travaillant, mais si vous buvez ou si vous vous droguez, vous serez rejeté par la société : c’est socialement incorrect. Et pourtant, que vous trompiez votre conjoint, que vous buviez ou travailliez trop, cela relève du même principe : le manque de confiance et d’estime (l’enfant intérieur) qui cherche à se réconforter ou se récompenser pour compenser le déséquilibre.

Encore une fois, la seule façon de lutter contre les dépendances, même contre celle que vous développez au jugement et à la critique, au fait de vouloir plaire à tout le monde et de vous rendre esclave, c’est développer votre confiance et votre estime afin de ne plus avoir besoin de béquilles et être libre de toutes compulsions, de toutes mauvaises programmations et du jugement des autres. De toute façon, vous connaissez ma philosophie de vie, quant au jugement et à la critique : quoi que vous fassiez, vous serez critiqué, donc, faites ce qui vous plaît ! Toutes les dépendances sont des symptômes du déséquilibre et dès que vous êtes déstabilisé, vous avez immanquablement besoin d’un soutien qui peut être toxique. Mais la souffrance appelle la dépendance et au lieu de vous adonner à l’alcool, de vous droguer et de tomber dans n’importe quoi, que diriez-vous de régler ça ? La dépendance affective, qui peut vous jeter dans la dépendance émotive (être émotivement dépendant d’un autre être humain) est un fléau qui touche 98 % de la population, sur une échelle de 1 à + de 10 et si vous êtes à 5 et plus, vous pouvez vous attendre à dépendre de quelque chose qui vous nuit. D’ailleurs, si vous prenez le problème à l’inverse, observez donc si vous dépendez de quelque chose du style « je ne pourrais pas m’en passer » (le sexe ?)… Tout dépend de ce que c’est : personnellement, je suis « accro » au bonheur, mais c’est une bonne dépendance. Mais vous, de quoi donc êtes-vous dépendant et qui serait le symptôme d’un manque de confiance et d’estime et de ce vide que vous ressentez à l’intérieur, tristesse que vous traînez depuis l’enfance et qui vous suit partout ? Le seul élément qui peut remplir ce vide, c’est vous !

La nouvelle version du « Syndrome de Tarzan avec amour en supplément » vient de sortir au Québec et en Europe !

Coaching individuel par skype. Tous les détails sur mon site : Choix n°5     http://www.pascalepiquet.com/coaching-intensif.php

Lisez la chronique de Pascale Piquet, tous les mercredis.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?