Aimez MaChronique !



LE PLAISIR

Partagez cet article !

LE PLAISIR

 

Peut-être avez-vous oublié ce qu’est le plaisir, perdu dans les méandres de la souffrance ou peut-être qu’on ne vous l’a jamais enseigné… Le plaisir est dans une multitude de petites et simples choses, encore faut-il être capable de le reconnaître : pourtant, il ne se cache jamais. Mais vous pouvez le cacher ! En effet, parmi les sept pêchés capitaux de la religion catholique, il en existe deux qu’il ne faut surtout pas manifestés : la luxure (recherche sans retenue des plaisirs sexuels) et la gourmandise. Très associés à la culpabilité, les plaisirs du sexe et de la table (bons vins, alcools en tous genres et bons petits plats) sont pourtant vos préférés. Et que dire du plaisir se s’aimer, plaisir solitaire qui devait rendre sourd celui qui s’y adonnait ! Ils vous ont bien eu, les curés, parce que vous les avez crus et vous êtes passé à côté de l’apprentissage de votre corps. Je reviendrai sur ce sujet dans ma prochaine chronique, que vous aurez plaisir à lire ! Mais entendons-nous bien : le plaisir, c’est comme l’alcool, le jeu, le sexe et la bouffe, il ne faut pas tomber dedans…

 

Le plaisir, ça s’enseigne et si vos parents n’ont pas pu le faire, pensez à former vos enfants. Ce que je remarque avec mes clients en coaching, c’est qu’ils n’ont pas eu le plaisir d’être aimés, câlinés, encouragés. Ou encore le plaisir de jouer avec leurs parents, qui auraient pu leur lire des histoires avant de dormir. Le plaisir de monter sur leurs genoux pour être rassurés. Le plaisir de faire des blagues ou des belles surprises avec la complicité du papa ou de la maman. Le plaisir de les voir ensemble, amoureux et heureux. Le plaisir de rire, d’être insouciant, d’être un enfant. Le plaisir d’une fête d’anniversaire, d’un gâteau et d’invités. Le plaisir d’être choyé, dorloté, de se sentir important. Si vos parents n’ont pas pu, su, vous donner ces plaisirs-là, quelle notion pouvez-vous bien en avoir ?

 

Celui qui grandit dans le plaisir, tout naturellement, en profitera sans excès. Celui qui n’en a pas eu, ou si peu, se jettera dessus. Surtout pour combler le vide intérieur. Si vous traversez le désert sans eau, assoiffé, comment vous comporterez-vous en arrivant à la première oasis ? La peur d’en manquer ou la souffrance de ne pas en avoir eu par le passé vous feront basculer : vous risquez de tomber dedans. Maltraité par vos parents, peut-être même par vos grands-parents (bien que souvent ils soient ceux qui vous auront le plus manifesté d’intérêt), le premier plaisir que vous allez apprendre sera souvent l’alcool puis le sexe, sauf si vous avez connu les plaisirs solitaires avant la bière ! Encore faudra-t-il que vous ne tombiez pas dans le plaisir de donner du plaisir en oubliant d’en prendre. C’est ainsi que beaucoup, homme ou femme, ne jouissent pas, trop préoccupés à faire jouir l’autre : donner du plaisir à l’autre, c’est le convaincre de rester. Mais au-delà du sexe, n’y a-t-il pas, dans la vie d’adulte, du plaisir à être avec votre conjoint plutôt que la peur d’être seul, du plaisir à aller travailler plutôt que la peur de manquer d’argent, du plaisir à préparer un bon repas, lire un bon livre, regarder un bon film, plutôt que la peur de s’ennuyer ? Je vous le répète, il y a des plaisirs simples, comme le plaisir d’être en bonne santé et votre famille également. Le plaisir de voir un coucher ou un lever de soleil depuis votre fenêtre.

 

Tous ces plaisirs peuvent devenir compulsions, quand ils deviennent besoin : l’alcool, la bouffe, le sexe, le travail, les sites Internet pornographiques, les sites de rencontres, et j’en passe et des meilleures. Comment savoir que vous tombez dans la compulsion ? Vous n’êtes jamais rassasié : il vous en faut toujours plus. Au lieu d’être écœuré, vous devenez boulimique, jusqu’à en souffrir, jusqu’à culpabiliser. A ce moment-là, il est temps de se poser les bonnes questions. Vider une bouteille d’alcool sans vous en rendre compte, parce que vous n’avez pas pris le temps de déguster chaque gorgée, sentir les parfums éclater dans votre bouche. Toucher, caresser une personne que vous connaissez par cœur avec des gestes mécaniques et souffler d’ennui quand elle ne jouit pas assez vite. Ne plus avoir de plaisir au lit. Passer une soirée avec vos amis et ne plus vous en rappeler, manger sans faire le différence entre un bon plat et du fast-food juste pour vous remplir, sont autant de signaux pour vous faire allumer. Vous n’êtes plus dans le plaisir : vous vous anesthésiez. Le plaisir, je l’avoue, je suis tombée dedans par le passé. La fête, les sorties à Paris, les bonnes bouffes arrosées entre amis, les rencontres d’un soir, le plaisir de séduire, tout y est passé. Et même si je ne regrette rien aujourd’hui, parce que du plaisir, j’en ai eu, je me suis dirigée vers d’autres formes de bien-être et de satisfaction : manger santé, bien dormir, faire du sport et jouir de chaque instant de vie.

 

En conclusion, faites-vous plaisir dans chaque chose que vous faites, les petites comme les grandes, balade en forêt, bonne bouffe en famille ou entre amis, lecture au coin du feu ou dans votre lit, loisirs, activités avec les enfants, un coucher de soleil ou un lever du jour, juste le plaisir d’être en vie et peut-être en bonne santé, ainsi que ceux que vous aimez. Le plaisir de vivre et de simplement respirer.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?