Un vélo en libre-service à Montréal

Partagez cet article !

Canada – En effet, la ville de Montréal à dévoilé son petit bijoux appelé BIXI, un mélange du mot « bicyclette » et « taxi », à l’occasion de la journée sans voiture au centre-ville, qui eu lieu le 22 septembre dernier. À partir du printemps 2009, la métropole pourra compter sur environ 2 400 vélos en circulation dans 300 stations. Petit hic cependant, le service ne sera offert que sept mois par année, en raison de la qualité de l’hiver que nous avons au Canada. Évidement, ce ne seront pas tous les quartiers qui bénéficieront de ce service. Pour l’instant, on parle seulement de ceux entourant le centre-ville. Mais jusqu’à leur mise en circulation, les résidents de Montréal pourront se familiariser avec ce phénomène grâce à l’escouade BIXI, qui fera sa ronde dans les quartiers touchés jusqu’à la fin octobre.

Tout en ayant un design assez peu conventionnel, BIXI est entièrement fabriqué et conçu au Québec : conçu par le designer industriel Michel Dallaire et construit par les spécialistes de vélos de montagne de la compagnie Cycle Devinci de Chicoutimi. Sa réalisation à été basée sur quatre points importants : incapacité à être volé, accommodant pour tous les gabarits, impossibilité de rouillé (grâce au cadre en aluminium) et impossibilité de faire une crevaison (grâce aux pneus gonflés à l’azote). Effectivement, Le BIXI ne peut à peu près pas se faire volé, grâce à sa conception unique qui empêche de pouvoir se servir des pièces sur un autre vélo. En outre, il est muni d’un système de sécurité entièrement en titane de forme triangulaire, qui est quasiment impossible à casser. Un des objectifs du designer Michel Dallaire était de construire un vélo pesant moins de 20 kilos. Pour y parvenir, les constructeurs ont donc décidé d’employer un cadre en aluminium massif assez large, afin d’y insérer toutes les composantes de la bicyclette, y comprit la chaîne.

Sachant que les villes de Paris, Lyon et Barcelone possèdent déjà un service de vélo libre-service qui à fait ses preuves, le maire de Montréal s’attend à ce que ce moyen de transport soit largement populaire, surtout grâce à son système de location est très polyvalent. En effet, celui-ci consiste à ce que vous preniez un vélo dans une station quelconque, que vous vous en serviez pendant le temps que vous voulez et que vous le laissiez dans n’importe quel station de la ville. Cela signifie que vous n’êtes plus obliger de monter un vélo jusqu’au troisième étage de votre immeuble de crainte de vous le faire volé.

Aimez-vous ce texte ?

Du côté des coûts, une passe annuelle est disponible au montant de 78$, mais il est aussi possible de se procurer une passe mensuelle pour 28$ et une passe journalière (24 heures) pour 5$. Cependant, en plus de la passe, il faudra aussi débourser des frais horaires. Pour les premières 30 minutes, ce sera gratuit. La deuxième tranche de 30 minutes sera de 1,50$, puis elle doublera à toutes les autres tranches d’une demi-heure.

Partagez cet article !

Des Livres pour Changer de Vie !