Aimez MaChronique !



Qu’est-ce que le CBG et est-il différent du CBD ?

Partagez cet article !

La plupart des personnes qui connaissent le cannabis ont déjà entendu parler du THC (tétrahydrocannabinol) et du CBD (cannabidiol) et de leurs effets, mais saviez-vous que le cannabis contient de nombreux composés similaires ? Un cannabinoïde moins connu, appelé cannabigérol (CBG), n’est pas présent en grande quantité dans la plupart des souches, mais il vaut néanmoins la peine d’être connu pour un certain nombre de raisons et la première il est le meilleur.

Si vous avez tendance à vous tenir au courant des dernières tendances en matière de bien-être, vous n’êtes probablement pas étranger aux nombreuses formes de CBD qui sont apparues sur le marché au cours des dernières années. Et si les huiles, les crèmes et les capsules de CBD font toujours fureur en matière de guérison et de relaxation, il s’avère qu’un composé plus puissant fait l’objet d’un engouement : le CBG, que l’on trouve en très faible concentration dans la plante.

Pourquoi cet engouement pour le CBG ?

Cela pourrait être lié au fait que l’on comprend mieux le cannabis et les cannabinoïdes aujourd’hui, selon Jeremy Riggle, PhD, chercheur sur le cannabis et scientifique en chef chez Mary’s Medicinals et Mary’s Nutritionals à Denver. Par conséquent, toutes ces recherches et explorations sur le cannabis ont permis aux scientifiques de découvrir de nombreux nouveaux cannabinoïdes en plus des plus connus THC et CBD. En outre, les progrès réalisés dans les technologies d’extraction et d’isolement ont permis aux chercheurs d’isoler de nombreux cannabinoïdes, dont le CBG, ce qui n’était pas possible ou courant il y a seulement quelques années.

Examinons maintenant ce qu’est exactement le CBG, ainsi que ses éventuels bienfaits.

Tout d’abord, que sont les cannabinoïdes ?

Les cannabinoïdes (également appelés phytocannabinoïdes) sont des produits naturels, les substances phytochimiques étant présentes dans la plante de cannabis, explique Navindra P. Seeram, PhD, professeur de sciences biomédicales et pharmaceutiques à l’University of Rhode Island College of Pharmacy. Plus de 100 phytocannabinoïdes ont été identifiés dans le cannabis, ainsi que d’autres substances phytochimiques, notamment des terpénoïdes et des flavonoïdes. Cette situation est similaire à celle d’autres plantes, comme le thé vert, qui contient de nombreux phytochimiques, dit-il.

Parmi les cannabinoïdes les plus connus, citons :

Un aspect essentiel de ces composés est qu’ils se sont avérés très actifs sur le plan pharmacologique, ce qui signifie qu’ils interagissent avec un certain nombre de systèmes de récepteurs différents dans le corps humain, explique Riggle. Ces systèmes sont impliqués dans presque tous les aspects de la physiologie humaine, du métabolisme à la perception de la douleur.

Par exemple, le système endocannabinoïde, que tout le monde possède, se compose de récepteurs CB1 (présents dans le système nerveux central) et CB2 (présents dans le système immunitaire) et d’enzymes associées, et interagit dans une large mesure avec les cannabinoïdes. « C’est à peu près la même façon dont les médicaments pharmaceutiques fonctionnent, en interagissant avec les systèmes de récepteurs ou les enzymes pour initier un résultat de santé spécifique », explique Riggle.

Alors pourquoi tout ce battage autour du CBG en particulier ?

Le CBG est l’abréviation de cannabigérol et constitue l’un des domaines de recherche les plus récents dans le domaine du cannabis, explique José Torradas, médecin urgentiste qui étudie les thérapies alternatives à Langhorne, en Pennsylvanie.

Bien que le CBG agisse également sur les récepteurs CB1 et CB2, il n’a pas le même effet psychoactif que le THC. En fait, les chercheurs pensent qu’il peut contribuer à atténuer la paranoïa ou l’anxiété dont font parfois état les patients qui consomment des produits à forte teneur en THC, explique le Dr Torradas.

Le CBG n’est donc pas la même chose que le CBD ?

Pas exactement. Le CBG est essentiellement le cannabinoïde « parent », ce qui signifie que tous les autres cannabinoïdes commencent par être du CBG et se transforment ensuite en d’autres cannabinoïdes comme le THC ou le CBD, explique Riggle.

« En ce qui concerne la façon dont il se connecte aux récepteurs CB1 et CB2, le CBG semble être beaucoup plus efficace et direct que le CBD », explique le Dr Torradas. « De même que le CBD, le CBG n’a pas d’effets psychoactifs (ce qui signifie qu’il ne vous fera pas planer) ».

Quels sont les avantages potentiels du CBG ?

Certaines études préliminaires suggèrent que le CBG pourrait être efficace comme antibiotique potentiel contre le SARM, ainsi que pour réduire la douleur et l’inflammation et même pour ralentir la croissance des cellules cancéreuses, note le Dr Torradas. Cependant, ses effets n’ont pas encore été étudiés chez l’adulte, il est donc important de prendre ces recherches avec un grain de sel.

Toutefois, des recherches préliminaires menées sur des animaux et des études précliniques ont suggéré que le CBG pourrait être utile pour traiter les infections suivantes :

  • Les maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse.
  • Les troubles du mouvement comme la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson et la maladie de Huntington.
  • Troubles de l’anxiété

« La recherche sur le CBG n’en est qu’à ses débuts », explique le Dr Torradas. « Des recherches et des données plus solides sont nécessaires et la réduction du coût d’extraction contribuerait à débloquer les clés de l’adoption future du CBG si ces premières indications sont vraies », ajoute le Dr Torradas.

Vous verrez probablement le CBG mentionné comme ingrédient dans certaines huiles de CBG sur le marché, mais gardez à l’esprit qu’il y a un manque important de réglementation du CBD et des produits du CBG en général, il est donc préférable de sélectionner des produits de marque comme Tatawid. Les recherches étant très limitées, il est également difficile de déterminer comment un produit du CBG interagit avec divers médicaments, ainsi que les effets secondaires qu’il peut provoquer.

Comment le CBG (cannabigérol) est-il fabriqué ?

Parce qu’il est présent en faibles quantités (généralement moins de 1 %) dans la plupart des variétés de cannabis, le CBG est considéré comme un cannabinoïde mineur. Les plantes de cannabis produisent de l’acide cannabigérolique (CBGA), le précurseur des trois principales lignées de cannabinoïdes : l’acide tétrahydrocannabinolique (THCA), l’acide cannabidiolique (CBDA) et l’acide cannabichromique (CBCA).

Des enzymes spécifiques de la plante décomposent l’AGBC et le « dirigent » vers l’une des trois lignées. Les acides sont exposés à la lumière ultraviolette ou à la chaleur, et voilà, ils deviennent les cannabinoïdes que nous connaissons : le THC et le CBD. Dans la plupart des souches, le CBGA est immédiatement converti en THCA ou CBDA. Ainsi, plus de THC signifie moins de CBG et de CBD (et vice versa) par la nature même de la synthèse de ces composés.

Pour obtenir des rendements plus élevés de CBG, les sélectionneurs expérimentent la manipulation génétique et le croisement des plantes. Par exemple, Subcool Seed croise des souches pour produire des teneurs plus élevées en CBG. Les scientifiques peuvent également extraire des niveaux plus élevés de CBG des plantes en herbe en déterminant le moment optimal d’extraction, environ six semaines après un cycle de floraison de huit semaines. Une souche médicinale appelée Bediol est produite de cette manière par la société néerlandaise Bedrocan BV Medicinal Cannabis.

Les avantages médicaux potentiels du CBG

Le système endocannabinoïde (ECS) intégré au corps humain permet de maintenir le corps dans un état d’homéostasie équilibré. Bien qu’il existe des détails spécifiques sur le fonctionnement des cannabinoïdes, en général, le système endocannabinoïde remplit différentes fonctions spécifiques à chaque zone du corps. Par exemple, sur le site d’une blessure, le SCE peut aider à réguler les cellules immunitaires pour limiter l’inflammation.

On a découvert que le CBG agit sur des systèmes et des problèmes physiologiques très spécifiques, et les résultats pour une utilisation médicinale sont prometteurs :

Les récepteurs endocannabinoïdes sont répandus dans les structures oculaires et, fait intéressant, on pense que le CBG est particulièrement efficace pour traiter le glaucome car elle réduit la pression intraoculaire. Il s’agit d’un puissant vasodilatateur qui a également des effets neuroprotecteurs.

Dans des expériences animales impliquant des souris, le CBG s’est avérée efficace pour diminuer l’inflammation caractéristique des maladies inflammatoires de l’intestin.

Dans une étude récente de 2015, il a été démontré que le CBG protégeait les neurones chez des souris atteintes de la maladie de Huntington, qui se caractérise par la dégénérescence des cellules nerveuses dans le cerveau.

Le CBG est très prometteur dans la lutte contre le cancer. Plus précisément, il a été démontré que le CBG bloque les récepteurs qui provoquent la croissance des cellules cancéreuses. Dans une de ces études, il a été démontré qu’il inhibait la croissance des cellules cancéreuses colorectales chez les souris, ralentissant ainsi la croissance du cancer du côlon. Le CBG a inhibé les tumeurs et la carcinogenèse du côlon induite par des produits chimiques, démontrant ainsi une possibilité très excitante de traitement du cancer colorectal.

Des huiles de CBD-CBG Premium

Des recherches européennes montrent que le CBG est un agent antibactérien efficace, en particulier contre les souches microbiennes de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), résistantes à plusieurs classes de médicaments. Depuis les années 1950, les formulations topiques de cannabis sont efficaces contre les infections cutanées, mais les chercheurs de l’époque ne connaissaient pas la composition chimique de la plante.

Dans une étude très récente de 2017, les chercheurs ont montré qu’une forme de CBG purifiée pour éliminer le delta-9 THC était un stimulant de l’appétit très efficace chez les rats. Cela pourrait conduire à une nouvelle option thérapeutique non psychotrope pour la cachexie, la fonte musculaire et la perte de poids sévère observées dans les stades avancés du cancer et d’autres maladies.

Dans une étude portant sur les effets de cinq cannabinoïdes différents sur les contractions de la vessie, le CBG s’est avéré le plus efficace pour inhiber les contractions musculaires, ce qui pourrait constituer un outil futur pour prévenir les troubles de la vessie.

Les scientifiques sont enthousiasmés par ces premiers résultats sur le CBG et encouragent les recherches futures avec le CBG seule ou en combinaison avec d’autres cannabinoïdes et thérapies pour le traitement de multiples maladies. Parce qu’il n’est pas psychotrope, le CBG a un large éventail d’applications potentielles prometteuses, non seulement pour les problèmes mentionnés ci-dessus, mais aussi comme analgésique, thérapie pour le psoriasis et comme antidépresseur.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !