nicolas hyppolite resumee abondance

Partagez cet article !

Préface

Toute ma vie, j’ai été un gagnant. Au milieu des déboires de l’existence, je l’ai toujours été, sans le savoir. Dieu dit que le peuple meurt faute de connaissance. Des millions de gens gisent dans la pauvreté la plus extrême pendant qu’ils possèdent des ressources et des potentialités infinies.

Combien de milliardaires qui souffrent d’un cancer ou d’une maladie incurable souhaitent avoir notre santé et notre condition économique. Dès que j’ai commencé à découvrir les secrets de la prospérité et de l’abondance, je deviens libre. Jésus l’a si bien expliqué : si vous connaissez la vérité, la vérité vous affranchira.

Il est bon de devenir millionnaire pour être bon samaritain, c’est-à-dire qu’on soutient les autres sans s’appauvrir. Celui qui sème abondamment moissonnera abondamment.

Celui qui veut devenir un gagnant ne doit pas avoir le sommeil profond. Henry Ford de par son expérience nous dit qu’un travail intéressant n’est jamais fatigant. Si l’on veut rester ouvrier toute sa vie, on ne s’occupe plus de rien après le coup de sifflet annonçant la fin de la journée. Mais si l’on veut aller de l’avant, c’est à ce moment là que l’on doit commencer à réfléchir.

Pour changer ma vie grâce à la connaissance liée à la psychologie motivationnelle, j’ai accepté comme fondement de ma vie cette vérité : « Vous êtes votre propre richesse.» Mark Victor Hansen dit que tout commence à partir de rien. Nous sommes venus au monde nus, ignorants, sans ressource. Il en est de même lorsque vous entreprenez un nouveau projet. Vous êtes un nouveau-né. Votre première tache consiste à inventorier vos ressources, en affaires cela s’appelle : préparer un bilan, un résumé de votre actif et de votre passif.

Actif intérieur : créativité, imagination, vision, persuasion, générosité, courage, audace persévérance, réseau social, gestion du temps.

Passif intérieur : colère, étroitesse d’esprit, peur, angoisse, hésitation, paresse, mauvaise gestion du temps.

Nous sommes nés pour être des gagnants, mais l’instruction nous conditionne à perdre. L’école nous apprend à nous intégrer dans la société. Mais elle ne nous a pas renseigné sur le comment obtenir le succès dans la vie.

La foi, la fermeté, le courage dans l’adversité, l’imagination sont emprisonnés pas les procédés de connaissance : l’analyse et la synthèse, outils du rationalisme. Pour faire partie des gagnants, nous devons avoir la connaissance que l’esprit est un muscle que l’on peut travailler et fortifier.

Il faut aussi découvrir et croire que le succès est fabriqué, conçu, et développé dans le laboratoire du subconscient. L’avenir et le destin ne seront plus pour nous le produit des effets aléatoires, mais plutôt le résultat de nos travaux sur nous-mêmes.

N’ayez pas peur de l’erreur, c’est un allié sûr vers le succès, dès qu’on la corrige et l’on regarde vers l’avant. Napoléon Hill dit que : les gens qui ne commettent pas d’erreur sont ceux qui n’essaient jamais rien. Ce sont des timides pécheurs du lagon qui ne s’aventurent jamais en haute mer.

Il est Important de noter que la richesse ne se trouve pas au bord du rivage mais dans les profondeurs de l’océan. Ce n’est pas la défaite, l’erreur ou l’échec qui envoient l’homme à la poubelle de l’histoire mais plutôt le refus de lutter contre les forces oppressives de la vie. Le bien-être est aussi pour vous.

La richesse engendre la liberté, dans Millionnaire minute, Mark Victor Hansen et Robert G. Allen nous conseillent d’acquérir d’abord les cinq libertés avant d’arriver à la liberté ultime. Il résume l’existence ainsi : « la vie est un séminaire auquel vous êtes inscrit à la naissance. Vous ne pouvez pas en échapper, même dans la mort. Vous êtes venu à ce séminaire sans manuel d’instruction. Actuellement, vous êtes peut-être gagnant ou perdant sur le plan financier. Nous voulons, disent-ils, que vous soyez gagnants et que vos victoires se répètent. Affligé de victoires, vous deviendrez un aimant attirant les victoires à répétition. La première liberté extrêmement importante est la liberté financière. Vous désirez avoir suffisamment d’argent pour subvenir à tous vos besoins. Vous travaillez parce que vous le voulez et non par obligation (…….). Vous pouvez être un individu extrêmement prospère en pleine possession de ses moyens. Vous êtes un chef-d’œuvre en devenir, en constante amélioration et de plus en plus heureux et comblé. Après avoir effectué votre premier pas vers la liberté financière, vous tentez maintenant de parvenir à la libre disposition de votre temps. Cela ne veut pas dire que vous ne travaillez plus. Mais plutôt que votre travail devient un jeu. En vous disposant librement de votre temps, avec suffisamment d’argent, vous êtes en mesure d’accéder à la liberté de relations. Vous pouvez ensuite vous pencher sur votre liberté intérieure pour tenter de parvenir à la liberté spirituelle. N’oubliez pas la liberté physique. La santé est la richesse ultime. Avec du temps pour faire de l’exercice et de l’argent vous vous procurer des aliments, des suppléments nutritionnels et des soins médicaux de meilleure qualité, vous réussirez à conserver votre santé le plus longtemps que possible. Ces cinq grandes libertés vous donnent la liberté ultime, la faculté de révéler votre génie. Selon Howard Gardner nous avons tous du génie.

Revenons à notre analyse, le succès et l’échec ne sont pas des constants, mais plutôt des variables. Le succès peut se transformer en échec, et L’échec en succès. Le Milan AC perd la finale en 2005 face à Liverpool après avoir mené 3 à 0, le football club Barcelone perd la demi-finale en 2012 après avoir mené 2 à 0 sur Chelsea. Liverpool et Chelsea transforment la défaite en succès. Nous aussi, nous sommes capables de remonter de l’abîme de l’échec, et transformer cet échec en succès.

Dans mes conférences, et dans mes études dans les églises, j’ai toujours insisté sur les quatre dimensions de l’être humain, surtout sur la foi. L’homme est un esprit qui habite dans un corps. Il est en contact avec Dieu et l’univers cosmique. Sa dimension spirituelle lui permet de puiser dans l’énergie invisible pour contrôler le visible.

Ceux qui n’ont pas la foi peuvent être facilement emportés par le vent du désespoir, de la misère et du doute. Hans Selye considère l’absence de la foi comme la situation la plus misérable qu’un être humain puisse se trouver. Les vrais croyants ne se suicident pas en dépit des difficultés de la vie parce qu’ils puisent leur raison de vivre dans la puissance infinie du créateur. Ils ont la foi. Hébreux 11 : 1 « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Si vous avez la foi vous avez déjà la semence pour être un gagnant. Kyle Rote Junior déclare qu’il ne fait aucun doute pour moi qu’il existe de nombreux moyens d’être un gagnant, mais il n’y a réellement qu’un seul moyen d’être un perdant : c’est d’échouer et d’être incapable d’aller plus loin.

Nicolas Hyppolite

Avant-propos

La philosophie du Succès et de l’abondance est un essai sur la pratique de la psychologie motivationnelle. Chaque page s’ouvre sur la motivation personnelle, la force de vivre la vie. Ce simple ouvrage contient de l’énergie vitale parce que ce n’est pas la défaite qui condamne l’homme à la misère mais plutôt l’abandon.

La vie est un écho, elle vous renvoie les messages que vous émettez. Vous vivez dans la pauvreté lorsqu’inconsciemment vous émettez des pensées de pauvreté. Vous vivrez dans l’abondance quand vous vivrez avec des sentiments d’abondance. Ceci est une incontestable vérité. C’est aussi dans ce contexte que Joyce Brothers a déclaré que : « vos actes ne peuvent pas être conséquents, si vous n’êtes pas conséquents avec vous-même, car s’il y a de l’espoir pour le futur, c’est qu’il y a du pouvoir dans le présent.»

La vie toute entière est fondée sur la confiance, disait Adam Jackson, on serait incapable de poursuivre un rêve, de monter une affaire, d’investir ou d’épargner pour l’avenir si l’on n’avait pas la confiance en sa propre réussite.

Dans ma vie, mon expérience de lecteur impénitent me permet de découvrir qu’il y a deux catégories d’idées trouvées dans les livres : les idées stériles et les idées fécondes. Toute ma vie, j’ai beaucoup lu, cela ne m’a pas rapporté grand-chose en matière d’abondance, et de succès global mais un an de lecture liée à la psychologie motivationnelle a changé mon attitude.

Adam Jackson dans les dix secrets de la prospérité cite un article de Time Magazine : à l’âge de soixante cinq ans, plus de 90 p. cent des gens sont morts ou complètement fauchés. Seuls 8 P. cent des hommes et 2 p. cent des femmes sont financièrement indépendants, et moins d’une personne sur cent est riche. Comment cela se fait-il ? Que savent donc ces quelques riches que les autres ignorent ? Ou ont-ils reçu une meilleure éducation ? Travaillent-ils plus dur ? Ou bien sont-ils plus chanceux, bénis des dieux ?

Devenir riche n’est pas une affaire de chance, ni de formation intellectuelle. Qui aurait pu croire qu’Og Mandino était un drogué et un délinquant, pourtant il est devenu le plus grand auteur à succès de tous les temps. Qu’Abraham Lincoln était déclaré en faillite à l’âge de trente-cinq ans, ensuite, il est devenu l’un des hommes les plus riches, et les plus puissants dans l’histoire des Etats-Unis. Walt Disney a connu plusieurs faillites avant de créer son empire.

Quel que soit le lieu où vous vous trouvez, les richesses sont accessibles à tout le monde, et à vous aussi. Certains haïtiens vivent dans plus d’abondance que beaucoup d’américains ayant de bons emplois. Combien d’étrangers, en Haïti, qui font fortune, alors qu’ils étaient arrivés avec peu de chose, seulement avec de bonnes attitudes liées au succès dans le présent et l’avenir.

Adams Jackson dit que trop de gens renoncent à faire fortune par peur de l’échec. C’est pourquoi ils ne prennent jamais de risques. Il poursuit : rire, c’est risquer de passer pour un fou.

Sangloter, c’est risquer de passer pour un sentimental.

Exposer ses idées profondes, ses rêves devant un vaste public, c’est risquer de les perdre.

Aimer, c’est risquer de ne pas être aimé en retour.

Espérer, c’est prendre le risque du désespoir. Essayer, c’est risquer l’échec.

Mais les risques doivent être pris, car le plus grand danger dans la vie, c’est de n’en prendre aucun. Ceux qui ne prennent aucun risque ne font rien, ne sont rien.

L’homme est un être du sentiment, tel il pense en son cœur, tel il est. Sa vie sera le produit de ses pensées et de son imagination. Les circonstances de notre vie représentent les reflets de nos croyances inconscientes. Si l’on pense que l’on restera toujours pauvre, il est presque certain que l’on restera ainsi jusqu’à ce que l’on fasse une dérogation. Garde-ton cœur plus que toute chose car lui viennent les sources de la vie, dit Salomon dans le livre des proverbes 4 :23.

L’homme doit contrôler son cœur à partir de la lutte contre la peur, le désespoir, le doute et  la crainte de l’échec. L’inconscient humain doit être rempli par la visualisation de la santé, de la prospérité, du succès, de la motivation pour arriver au bonheur. Car les vrais ennemis de l’homme résident dans son for intérieur, souvent rempli de pensées négatives. Tout ce qui prédomine dans notre vie sera tôt ou tard réalisé.

Les quatre dimensions de l’être humain

L’être humain a quatre dimensions :

1- Dimension physique

2- Dimension mentale

3- Dimension sociale

4- Dimension spirituelle

Dimension physique :

Votre corps sur la terre est votre meilleur ami, que vous le traitez bien ou non, vous êtes condamné toute la vie à vivre avec lui. Votre rapport avec lui déterminera le sens de votre vie. S’il est malade, les trois autres dimensions en seront affectées. Un malade alité n’a d’autres objectifs que d’être guéri. Le succès dans les affaires pour lui n’aura  aucun sens. Pour les croyants, la bible présente le corps comme le temple de Dieu. Beaucoup de religions négligent le corps, se concentrent sur l’esprit et l’âme. Ceux qui s’y adonnent deviennent  des handicapés spirituels. Jésus a mis beaucoup d’accent sur le corps. Il a souvent nourri les affamés, guéri les malades de toutes sortes. Jean dans sa troisième épître présente l’importance du corps. « Bien-aimés, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme.» 3 Jean 1.2

Cela prouve que le corps doit être soigné, bien entretenu. Pour la protection du corps, évitez les  excès de table,  du sexe, de l’usage du tabac, de l’alcool. Il y a aussi un autre aspect de cette dimension à ne pas négliger, la façon de s’habiller.  Le vêtement que vous portez aura de l’impact sur les gens que vous rencontrez et sur la société en générale. On verra en vous, à partir de vos vêtements l’image d’un bandit, d’un déviant, d’un délinquant, d’une personne à tout faire ou de quelqu’un de bien.

Il y a une erreur à ne jamais commettre dans la vie, c’est de croire que si l’on s’habille avec négligence, l’on aura pitié de soi. Rien n’est plus faux. Car l’on ne donne pas grand-chose aux pauvres. Jésus dit : on donne à celui qui a. Lorsque vous êtes en guenille, l’on ne pourra pas vous prêter quoi que soit, surtout de l’argent. L’on saura que vous ne serez pas en mesure de le rembourser. Prenez soin de votre corps, de vos cheveux, de votre visage, de votre apparence physique. Personne dans la propreté n’est laid.

Dimension physique et acceptation de soi-même

Le plus grand handicap dans la vie est le rejet de soi-même, un complexe lié à sa dimension physique. On veut  être de haute taille, beau, ayant une bonne prestance. Pourtant le contraire s’impose. Rappelez-vous que Napoléon Bonaparte, le grand était de petite taille. Toussaint Louverture était aussi de cette trempe, malgré sa laideur, il a atteint le sommet de la gloire. L’histoire nous rapporte qu’il fortifie son corps par l’exercice et le travail. Wendell Philippes un orateur américain dans une conférence sur Toussaint Louverture termine ainsi son discours : « Toussaint fut, sans dispute, leur chef. Courage, énergie, constance, – voilà ses preuves. Il a fondé un état si solidement que le monde entier n’a pas pu le détruire.

Je l’appellerais Napoléon; mais Napoléon arriva à l’Empire, servi par des serments violés, et à travers une mer de sang. Toussaint ne viola jamais sa parole. « Point de représailles », telle était sa noble devise, et la règle de sa vie. Les dernières paroles adressées à son fils en France furent les suivantes: « Mon enfant, vous reviendrez un jour à Saint Domingue. Oubliez que la France a assassiné votre père ». – Je l’appellerais Cromwell, mais Cromwell ne fut qu’un soldat, et l’état qu’il fonda s’écroula sur sa tombe. Je l’appellerais Washington, mais le grand natif de la Virginie eut des esclaves. Toussaint risqua son pouvoir plutôt que de permettre la traite dans le plus humble des hameaux soumis à sa domination.

Vous me prendrez, sans doute, ce soir, pour un fanatique, parce que vous lisez l’histoire moins avec vos yeux qu’avec vos préjugés; mais dans cinquante ans, lorsque la vérité se fera entendre, la Muse de l’Histoire choisira Phocion pour les Grecs, Brutus pour les Romains, Hampden pour l’Angleterre, Lafayette pour la France; Elle prendra Washington comme la fleur la plus éclatante et la plus pure de notre civilisation naissante, et John Brown comme le fruit parfait de notre maturité; et alors plongeant sa plume dans les rayons du soleil, elle écrira sur le ciel clair et bleu, au-dessus d’eux tous, le nom du soldat, de l’homme d’état, du martyr Toussaint L’Ouverture. »

Cela prouve que si vous travaillez votre corps et votre apparence, avec des idées vous irez loin. Pour votre santé physique et mentale, lisez ce verset : « Un cœur joyeux est un bon remède  mais un esprit abattu dessèche les os». Proverbes 17 : 22

Dimension mentale :

S’il est vrai qu’il est impossible de trouver la pierre philosophale. Cependant il est bon que nous la cherchions ; car durant cette quête, nous découvrions beaucoup de secrets utiles, que nous ne soupçonnerons pas déclare Bernard Fontenelle. Tout ce qui existe en matière d’inventions était d’abord dans la pensée avant de se matérialiser. L’avion, l’ordinateur, les voitures, l’Internet, le téléphone et la radio existaient déjà dans l’imagination des hommes.

La puissance d’une personne est liée au fonctionnement de son mental. Le gagnant ne pense pas de la même manière que le perdant. Joyce Brothers affirme que le succès est un état d’esprit. Si vous voulez réussir, commencez par penser à vous, en tant que gagnant. Le perdant croit qu’il n’a pas de chance que la nature est contre lui. Le gagnant croit qu’il est né pour gagner, et il gagne toujours. Ils ne sont pas branchés sur les mêmes longueurs d’onde, ils n’ont pas la même fréquence.

Ceux qui possèdent une bonne dimension mentale, peuvent avoir peur comme tous les hommes, mais ils affrontent ce qui les effraie avec courage. Le petit David a réalisé ce qu’une armée était incapable de faire. Il a été guidé par  la foi qui soutient son mental. Il a réalisé l’incroyable en tranchant la tête de Goliath. Chacun a un Goliath à abattre dans la vie sous une dimension ou sous une autre. Transcendez la peur qui vous paralyse, qui vous enchaîne trop longtemps.

Denis Withley dans l’attitude du gagnant nous conseille le sang-froid, le sang-froid en toutes circonstances. Le calme dans la tempête. Tout, dit-il, prend la valeur que vous lui donnez. Ce n’est pas  ce qui existe qui compte. Tout est dans la façon de le prendre. Les gagnants sont des personnes qui travaillent à l’intérieur quand, ils n’ont rien à faire à l’extérieur. La dimension mentale est tellement puissante que toute votre vie en découle. On raconte l’histoire d’une enfant de 5 ans qu’une cartomancienne annonce sa mort à 43 ans. Lorsqu’elle atteint cet âge, elle devient malade, après avoir été opérée. Les médecins croient assurément qu’elle allait vivre puisque tout a bien réussi. Elle meurt quand même. La peur l’a tuée. Elle avait la foi dans le mal, c’est-à-dire dans la prédiction maléfique.

Dans le jeu de la vie, Florence Scovel Shinn raconte l’histoire d’un homme qui redoutait une certaine maladie extrêmement rare. Il était tellement obsédé par la peur, qu’il donnait partout des conférences sur le sujet. Enfin, il meurt de cette maladie à cause de son imagination  déréglée. L’étude des relations entre l’esprit et le corps  d’un humain est psychosomatique. L’un affecte l’autre. Les savants déclarent que la maladie n’est causée par des germes. Tout le monde a des germes. Mais seulement une minorité est malade. L’usage mental de vous-même, c’est votre handicap pour la vie ou votre pilote automatique vers la victoire pense Denis Wilthey.

Notre pensée forge notre destin en bien ou en mal

L’homme est un être tridimensionnel, il a un esprit, une âme, et corps. Chacune de ces dimensions lui permet de communiquer à une force donnée. Son esprit lui permet de communiquer avec Dieu, son âme l’univers cosmique, et son corps avec le monde. Mais tout son être communique avec l’espace. Dans le livre des proverbes chapitre 4 au verset 23 la parole de Dieu nous conseille de contrôler notre pensée : Garde ton cœur plus que tout autre chose car de là viennent les sources de la vie. Cela revient à dire que notre pensée façonne notre destin. Michèle Morgan dans son livre Pourquoi pas le bonheur ? Nous explique la puissance de la pensée. Une pensée, dit-elle, est comme une graine que l’on met en terre, et qui après avoir germé va produire quelque chose. Si le cultivateur sème de la mauvaise graine, il ne récoltera que de la mauvaise herbe. Par contre en semant de la bonne graine, il obtiendra les meilleurs fruits. N’avez-vous pas remarqué, poursuit-elle, que tout ce qui existe est le résultat d’une pensée ? Œuvres d’art, inventions scientifiques, relations humaines, tout commence par une pensée. S’il n’y avait pas eu cette première pensée, il n’y aurait jamais eu de résultat tangible. Alors pourquoi ne pas exploiter cette constatation pour l’appliquer au sens inverse. Vous désirez tel bien, il faut donc semer la première pensée qui sera à l’origine du résultat voulu. C’est tout à fait logique, et ne soyez pas surpris de récolter des fruits négatifs si vous semez des idées négatives. Offrez à votre subconscient des programmations positives et il vous remettra au centuple. Elle continue : si vous désirez l’amour, semez l’amour. Vous désirez de l’argent, n’ayez pas peur de donner. Vous désirez le succès, n’hésitez pas à aider les autres à réussir. En semant autour de vous des ondes positives, vous récolterez des ondes positives. Le corps humain nous fournit le meilleur exemple de cette dernière affirmation. Entrainez des pensées d’anxiété, vous digérez mal ; sous l’effet de la peur votre respiration sera modifiée. Chaque pensée produit une réaction positive ou négative sur votre corps, et chaque pensée produit ainsi un effet sur les événements de la vie et les gens qui nous entourent. Par exemple si vous avez un invité et que vous lui faites écouter que des chansons mélancoliques, vous n’avez que de très peu de chance de le voir rire aux éclats. De la même façon, si vous ruminez des pensées négatives, n’espérez pas en obtenir un résultat positif.

Toutes les choses qui vous arrivent dans la vie ne vous arrivent pas par hasard. Vous les avez attirées par la pensée et les sentiments. Depuis ma jeunesse, j’ai toujours eu le sentiment de sécurité partout où je passe. Je peux affirmer avec certitude que la foi en la sécurité physique m’a suivie partout. A la Faculté d’Ethnologie dès qu’il y aurait un problème, je m’étais toujours absenté, parfois sans motif valable. Après les événements, j’ai découvert les raisons de mon absence.

La dimension mentale et l’imagination

La dimension mentale est liée à l’imagination. L’imagination est littéralement l’atelier où s’élaborent tous les plans créés par l’homme, avance l’auteur de Réfléchissez et Devenez Riche. L’impulsion, le désir y naissent et entre en action grâce à la faculté d’imagination de l’esprit. L’homme peut créer tout ce qu’il peut imaginer. Tout ce que l’esprit peut concevoir et croire, il peut le réaliser. Et Napoléon Hill avance que l’âme sans imagination est un observatoire sans télescope.

La dimension mentale s’ouvre sur la puissance

Le principe premier qui mène à la puissance est la découverte et l’acceptation que c’est le monde spirituel qui gouverne le monde matériel. Au 4e siècle Platon a exposé cette vérité qu’il a découverte à partir de ses profondes méditations : l’allégorie du mythe de la caverne.

Il est important de comprendre que toute chose avant d’être matérialisée au niveau de la dimension terrestre est conçue par l’esprit avant de devenir substance concrète. Dans la tête de chacun sans le savoir, il y a assez de puissance pour construire, détruire et reconstruire le monde à sa manière. Tant que vous êtes dans la caverne la seule réalité pour vous est la matière. Vous êtes esclaves des sens.

Quand vous laissez la caverne, vous découvrez l’existence d’une réalité supérieure à laquelle seule la foi peut y accéder. La bible nous dit que sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu. La foi nous permet de transporter les montagnes, de mettre la nature en branle. La foi est la tour de contrôle de la vie. Vous croyez que c’est simpliste. Par exemple en psychologie les placebos guérissent alors qu’ils n’ont aucun pouvoir de guérir le corps. Pourtant les effets sont réels sur la guérison du malade.

La dimension sociale

L’homme est un être grégaire, en dehors de ses semblables, il est condamné à vivre dans la solitude. Plus il est entouré de sa famille et de ses amis. Plus il devient fort. Il vit dans un réseau social en mutation. Plus son réseau comprend des personnes importantes, plus sa puissance augmente, moins, il est à la merci des persécuteurs. Lorsque Thomas Edison a perdu ses biens, Henry Ford était là pour l’aider à se relever. Lisez Eccl 4 : 9-10 : « Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail. Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever! ».

Quand j’ai commencé le Collège Le Voltairien, je n’avais pas un sou. Les difficultés me semblaient insurmontables. Mais un ami m’a aidé avec 10.000 dollars. Cela m’a permis de respirer. Les vrais amis sont rares, il y a de vrais amis dans les réseaux sociaux. Surtout ceux que Dieu place sur notre chemin. Ce sont des ressources dont nous devons nous en servir à bon escient.

Le capital social d’une personne est aussi important que son capital financier. Dans la vie, les circonstances nous obligent toujours à avoir besoin de quelqu’un de petit ou de grand selon les cas. Dans un réseau social chaque acteur joue un rôle important que l’on doit considérer. Ne mépriser jamais quelqu’un pour son statut social, il a sa place dans le système social.

Dimension sociale et votre attitude envers la vie

Votre attitude est votre façon de voir la vie. Souvent, on dit qu’à chaque façon d’être, il y a une façon de voir. Si vous êtes pessimiste, la vie vous offrira toujours mille et une raisons pour rester pessimiste. Si vous êtes optimiste, la nature fera de son mieux pour accomplir tous les désirs de votre cœur. On raconte l’histoire de deux représentants de commerce. Le premier arrêta sa voiture devant une station d’essence et dis avec brusquerie : « Donnez-moi cinq litres d’essence. »

-Bien monsieur, lui répondit le préposé, les gens de cet endroit sont tout à fait désagréables, ils sont odieux. Comment sont ceux de la ville voisine ?

– Tout pareils, vous auriez autant de mal à vous entendre avec eux, lui dit le pompiste. L’homme paya son essence, proféra un juron et mit sa voiture en marche. Peu après, arriva un autre représentant.

-Faites- moi le plein, je vous prie, dit-il aimablement. Puis il ajouta : les gens d’ici sont vraiment merveilleux, hospitaliers, aimables, pleins de révérence. Dites- moi, comment sont-ils ? Ceux de la ville voisine ?

-Tout pareil, répondit le garagiste, « tout pareil, vous verrez qu’ils sont aussi hospitaliers qu’ici »

-Merci pour le renseignement, dit en souriant son client et poursuit son chemin.

« Voyez-vous », dit le garagiste, pour expliquer son apparente contradiction, je me suis aperçu que les gens voient en autre ce qu’ils voient en eux-mêmes. Lorsqu’un type me dit ce qu’il a vu dans une ville, je suis à peu en mesure de dire ce qu’il verra ailleurs. Si vous êtes en colère, négatifs et violents, vous attirez à vous des gens en colère, négatifs et violents, c’est la loi de l’attraction.

Les choses semblables s’attirent. La douceur, la joie attire la joie, l’argent attire l’argent, la violence attire la violence, le sang attire le sang.

La dimension spirituelle

L’homme est un esprit qui habite dans un corps. Il est en contact avec Dieu et l’univers cosmique. Sa dimension spirituelle lui permet de puiser dans l’énergie invisible pour contrôler le visible. Ceux qui n’ont pas la foi peuvent être facilement emportés par le vent du désespoir, de la misère et du doute. Hans Selye considère l’absence de la foi comme la situation la plus misérable qu’un être humain puisse se trouver. Les vrais croyants ne se suicident pas en dépit des difficultés de la vie parce qu’ils puisent leur raison de vivre dans la puissance infinie du créateur. Ils ont la foi. Hébreux 11 : 1 « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.»

La dimension spirituelle nous donne de l’altitude, elle nous permet d’entrer en contact avec le monde spirituel échappant aux explications rationnelles et expérimentales.

L’abondance naturelle et le potentiel humain

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




14 thoughts on “nicolas hyppolite resumee abondance

  1. Ping : binance site
  2. Ping : instagram hack
  3. Ping : sbobet

Comments are closed.