Aimez MaChronique !



Mieux comprendre la location meublée et la fiscalité

Beautiful young woman calculating taxes at home

Mieux comprendre la location meublée et la fiscalité

Partagez cet article !

Avec les différentes possibilités, nombreux particuliers se lancent davantage dans l’activité de location immobilière. Louer un logement vide ou meublé est une option possible pour un propriétaire de bien immobilier. Toutefois, comparée à la première, la deuxième solution présente nombreux avantages notamment en termes de fiscalité. Ceci est valable quelle que soit la nature de la location. Cela peut être une location de bien meublé non-professionnel ou LMNP et pour une location en meublé professionnel ou LMP. Les avantages concernent généralement les revenus sur la location d’un ou plusieurs biens neufs ou anciens.

Comprendre la location meublée

Elle consiste à mettre en location un appartement disposant les équipements et mobiliers nécessaires au fonctionnement de la vie courante. Ces outils sont : des tables, des chaises, des ustensiles de cuisine, des luminaires, des équipements de chauffage, un four, une micro-onde, etc. Ces mobiliers doivent être mentionnés dans le contrat de location. Et ils sont à la disposition du locataire pendant toute la durée définie dans le contrat. Comme toute autre forme de location, la gestion locative Paris d’une location meublée peut être confiée à une agence spécialisée. Il existe deux formes de location meublée, soit la location permanente et la location saisonnière. La première concerne la location classique d’un logement d’habitation pour une moyenne ou longue durée. Pour la location saisonnière, elle revient à une location de courte durée. C’est-à-dire de quelques jours seulement ou quelques mois. Il s’agit principalement d’une chambre d’hôtes, un mobil-home, un gîte…

La location meublée et la fiscalité

La LMP et LMNP se distinguent par le montant des revenus tirés de la location meublée. Que ce soit pour la location meublée professionnelle ou la location meublée non-professionnelle une bonne gestion locative est indispensable. Il est très important d’en faire la distinction étant donné que le régime fiscal de la location varie selon sa qualification de LMNP ou LMP. Une location non-professionnelle doit respecter trois conditions : les revenus doivent être de 23.000 € annuels au maximum. Cela doit également être inférieur à 50 % des revenus du bailleur. Il faut que le bailleur ne soit pas inscrit au RCS ou registre du commerce et des sociétés. À défaut de l’absence de l’une de ces conditions, l’activité sera qualifiée automatiquement en LMP.

L’imposition de la LMNP peut se présenter sous deux formes : par le biais du régime forfaitaire dit micro-BIC ou par le biais du régime réel. Le micro-BIC s’applique au bailleur dont les recettes locatives sont inférieures à 70.000 €/an. Lorsque les recettes perçues dépassent cette somme, le régime réel est appliqué automatiquement. Mais cette dernière possibilité peut également relever du choix du bailleur.

Dans le cadre d’une LMP ou location meublée professionnelle, le régime réel est le type d’imposition appliqué sur les recettes locatives. Le bailleur peut donc diminuer l’amortissement et les charges de ses recettes. Cela permet de réduire le montant des recettes imposables. Aussi, lorsque les sommes perçues sont inférieures aux charges supportées, vous générez automatiquement un déficit foncier. Le logement meublé dans le cadre d’une LMP est considéré par l’administration fiscale comme étant un bien professionnel. Cependant, les conditions suivantes doivent être réunies : les recettes annuelles doivent dépasser les 23.000 €. Les revenus tirés de la location doivent être supérieurs à 50 % des revenus globaux du bailleur.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !