Aimez MaChronique !



La vente en viager, mode d’emploi

Partagez cet article !

Avec ce système de vente immobilière, le vendeur bénéficie d’un revenu supplémentaire tous les mois ou tous les ans.

Ce qui est très bénéfique pour les personnes propriétaires retraitées et qui vivent de pension. Pour celui qui achète le bien, c’est surtout un contrat aléatoire, qui dans certains cas permet  de réaliser une bonne affaire.

Qu’est-ce qu’une vente en viager ?

Ce système de transaction signifie qu’un propriétaire immobilier va transférer son bien à une personne tierce qui en retour va payer une rente au vendeur jusqu’à sa mort.

C’est ce qui s’appelle un viager sur une seule tête. Mais il se peut qu’ils s’agissent aussi de plusieurs personnes (viager sur plusieurs têtes).

C’est là qu’apparait une des particularités de la vente en viager : elle repose en partie sur la durée de vie du vendeur.

Mais pour qu’un contrat soit valide, il faut que ce paramètre aléatoire existe réellement. La vente est donc invalide si le vendeur est malade ou mourant. Concernant le mode de paiement, cette opération financière est traitée comme une vente normale.

Tout simplement, les modes de paiement suivent une condition particulière : le paiement d’une rente. Enfin, l’accord n’est validé qu’en présence d’un notaire.

Quels les avantages de vendre en viager ?

Pour le crédirentier (vendeur), c’est une aubaine financière. En effet, la rente reçue mensuellement ou annuellement est un complément non négligeable d’une retraite.

Pour un couple sans enfants, avec des revenus modestes, cette opération est tentante.

Elle règle en partie les problèmes de succession et offre par la même occasion une manne financière ponctuelle pour vivre décemment. La vente améliorera leurs conditions de vie quotidienne.

Du point de vue de l’acheteur, c’est une tout autre histoire. Pour sa part, il s’agira surtout d’un placement épargne couplée à l’envie de réaliser l’affaire du siècle.

Comment se calcule la rente ?

Tout se base sur l’aléa de la vie. Ce qui rend le calcul assez difficile. En général, le processus doit permettre de payer l’intégralité du bien au moment où le vendeur décède.

La rente est fixée en fonction de la durée de vie du vendeur. Si ce dernier vit plus longtemps que les prévisions, l’acheteur paiera plus. A contrario, s’il vit moins longtemps l’acheteur paiera moins.

L’âge du vendeur, le nombre de vendeurs (viager à plusieurs têtes ou à une seule) l’âge des vendeurs, ce sont les paramètres à considérer pour avoir la rente à payer.

À savoir que le viager est conclu à plusieurs têtes si c’est un couple qui met en vente l’habitation.

Une petite entorse à la règle : le bouquet. On peut considérer cela comme un acompte à la vente. Sauf qu’il ne fait pas partie de la valeur totale du bien. Ce n’est pas une démarche obligatoire, mais c’est fortement conseillé.

Vous disposez de deux options lors d’une vente en viager. Il est question de viager libre lorsque le bien est vendu sans occupation ni de réserve de jouissance. Ou alors, le vendeur pose un droit d’habitation. Il s’agit là d’un viager occupé.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !