Aimez MaChronique !



Parc National Autriche

La forêt en Autriche, poumon vert de l’Europe

Partagez cet article !

Bonne nouvelle pour la planète

Il y a au moins un pays où la forêt ne recule pas – l’Autriche ! Ces dernières années, elle s’est même étendue sur 111 000 hectares supplémentaires. L’équivalent de 220 000 terrains de foot ! Pour le plus grand bonheur des écureuils et des randonneurs.

En Europe, l’Autriche fait figure de proue en matière de protection de l’environnement. Dans le même esprit, les hôtels et auberges proposent des séjours « en toute bonne conscience » : on y savoure en priorité des produits locaux et régionaux qui garantissent saveur et fraîcheur grâce à des transports de courte distance. Les équipements et infrastructures sont en majorité composés de matériaux locaux – à commencer par le bois – pour davantage de chaleur et de confort. Le personnel est prioritairement local ou régional, pour permettre la survie des petits villages et vallées.

Enfin, le recyclage des déchets, le chauffage solaire ou à la biomasse, la récupération de chaleur, le calcul à long terme de l’efficacité énergétique, les programmes d’activités liées à la nature et la préférence donnée aux transports en commun sont depuis bien longtemps en Autriche des initiatives mises en pratique au quotidien. On raconte même que certains Autrichiens réduisent leurs emails pour lutter contre le réchauffement climatique.

Combien y a-t-il d’arbres sur le territoire autrichien ?

3,4 milliards d’arbres ! D’après le dernier recensement : 3,4 milliards ! Des épicéas surtout mais aussi des mélèzes et des pins arolle (Zirben), qui hébergent de nombreuses espèces animales et constituent, en montagne, un élément de protection naturel essentiel contre les avalanches. D’un bout à l’autre du pays, les habitants sont très conscients de l’importance de ces arbres dans le maintien des équilibres naturels. Le Ministère de l’Agriculture aussi : chaque année, il décerne des prix – les Waldschätze – aux meilleurs projets de développement durable en forêt. Des parcs nationaux comme le parc national de Hohe Tauern (le plus vaste espace protégé d’Europe centrale) et le parc national des Alpes calcaires abritent des espèces en voies d’extinctions.

Des concentrés de nature sauvage et d’oxygène

Cette politique environnementale volontariste profite aux populations locales mais aussi aux vacanciers. Bois ouverts en toute saison, sentiers mieux balisés, sapinières bien entretenues… : tous ces sites que l’on met en valeur sans les dénaturer sont un régal pour les sens. Les randonneurs peuvent s’y reposer l’esprit, s’aérer les poumons, s’enivrer du silence et du parfum des résineux sans jamais s’ennuyer, tant les paysages varient d’une région à l’autre. En effet, les spécialistes de l’environnement ont recensé en Autriche 93 types différents de biotopes forestiers. Le promeneur n’a donc que l’embarras du choix !

Des écrins de biodiversité

Les plus belles ? Difficile de les départager ! En 2011, année de l’Arbre, un concours a tout de même permis d’élire, parmi 23 joyaux, les 7 forêts les plus merveilleuses du pays. Ce sont des écrins de biodiversité, à découvrir à pied ou à vélo pour être naturnäher comme on dit chez nous : « au plus près de la nature ». Les six parcs nationaux, auxquels l’État consacre une part non négligeable de son budget, sont eux aussi des espaces exceptionnels, où l’on peut observer à loisir la flore et la faune locales : edelweiss et gentianes au cœur des Hohe Tauern, cerfs et chamois sur les flancs du Gesäuse… Des panneaux, à l’entrée des parcs, rappellent aux visiteurs les règles de bonne conduite en milieu naturel.

Même en ville…L’Autriche est un beau pays

On peut (re)découvrir les vertus des arbres de façon éco-citoyenne ! À Vienne, par exemple, un petit tour en tram ou à vélo suffit pour se rendre dans les 13e et 14e arrondissements dont les bois ont été classés… réserve de biosphère dès 2005. Ou dans le Donau-Auen, qui a depuis 2007 le statut de parc national. Non seulement la capitale autrichienne a su conserver sa forêt – elle couvre plus de 21 % du territoire – mais elle a aussi réussi à sauver ses variétés rares d’arbres fruitiers, comme les pommiers Holzapfel ou les poiriers Schneebirne. Un bon point pour la biodiversité !

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !