Exercer un métier avec le statut d’auto entrepreneur : tout ce qu’il faut savoir !

Partagez cet article !

Devenir auto entrepreneur offre la possibilité de réaliser une activité de manière indépendante, et ouvre la voie à une véritable transformation de votre carrière professionnelle. Ce statut se présente comme une solution flexible, soumise à une réglementation plus simple que d’autres structures telles que la SARL (Société A Responsabilité Limitée), et offrant plusieurs opportunités. Que faut-il savoir sur l’auto-entreprise ? On vous donne des éléments d’explication !

Comment ouvrir votre auto-entreprise ?

Rien de plus simple que de réaliser une inscription d’auto entrepreneur et ainsi créer une auto-entreprise. Il n’est même pas nécessaire de se déplacer ! Tout ce que vous avez à faire, c’est de remettre votre dossier à une société dédiée telle qu’espace-autoentrepreneur.com ou bien de se rendre sur le portail des auto-entrepreneurs.

Vous devrez remplir un formulaire en indiquant vos nom et prénom, votre adresse, votre e-mail et votre numéro de téléphone. Le type de métier que vous souhaitez exercer vous sera également demandé, ceci afin que vous soyez affilié au bon CFE (centre de formalité des entreprises), l’URSSAF par exemple.

Ceci effectué, l’administration vous enverra un numéro de SIRET, et dès sa réception, vous serez autorisé à mettre en vente, donc à facturer vos produits ou vos services.

Quels métiers peut-on exercer avec une micro-entreprise ?

C’est bien simple, il est possible d’exercer son statut d’auto entrepreneur dans quasiment l’ensemble des secteurs d’activité. De la formation à la communication, en passant par la santé, la construction ou encore l’agroalimentaire et l’administration, tous les corps de métiers peuvent être exercés en tant que free-lance. Vous pouvez donc être électricien, journaliste d’entreprise, expert forestier, huissier de justice ou encore médecin de conseil en gérant votre auto-entreprise.

Ce statut offre de multiples avantages à commencer par l’exonération de TVA qui permet de réduire les prix et d’ainsi être plus compétitif sur le marché. D’autre part, il est possible de le cumuler avec une position de salarié dans le privé ou avec un poste dans la fonction publique. Un bon moyen d’entamer une reconversion professionnelle, ou bien de compléter ses revenus à l’aide d’une activité secondaire.

D’autre part, les règles qui pèsent sur ce type de structures sont très souples. Il suffit par exemple de tenir à jour un cahier de recette en guise de comptabilité. De plus, il est très simple de mettre fin à son activité, puisque là encore il n’est pas nécessaire de se déplacer, le remplissage d’un formulaire en ligne constituant la seule démarche administrative. Cette flexibilité permet de goûter à la saveur de l’entrepreneuriat sans avoir à subir de risques trop importants.

Aimez-vous ce texte ?

Pourquoi en venir à réaliser une cessation d’activité d’auto entrepreneur ?

Mais certaines contraintes peuvent amener à reconsidérer la question, et à préférer opter pour une cessation d’activité pour un auto entrepreneur. Par exemple, le chiffre d’affaires ne peut pas excéder 70 000 euros pour les activités de services, et 170 000 euros dans le cas d’une société personnelle dédiée à la revente de biens de marchandise.

Pour aller au-delà dans le cas où l’activité connaît le succès, il est préférable de la clôturer et d’ouvrir une société plus structurée, telle que l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée). Pour en savoir plus sur les différentes entreprises, jetez un œil à Mr-entreprise.fr.

Un changement de trajectoire peut aussi justifier la clôture d’une auto-entreprise. Par exemple, si vous obtenez un contrat de salarié dans le privé ou si vous devenez fonctionnaire, mais si vous préférez vous consacrer entièrement à votre nouvelle activité principale. Enfin vous pouvez tout simplement choisir de partir en retraite dès lors que vous avez atteint l’âge requis. Les raisons sont donc multiples !

Partagez cet article !

Des Livres pour Changer de Vie !