Crédit à la consommation : comprendre les règles du jeu

Partagez cet article !

Le crédit à la consommation est un emprunt non réservé à la réalisation de travaux immobiliers, pouvant atteindre les 75 000 euros. À la fois pratique et rapide, ce fameux crédit est très prisé par les Français ! En 2018, les consommateurs de crédits résidant en France ont emprunté l’équivalent de 42,3 milliards d’euros. Ce qui a augmenté de 2 milliards d’euros si l’on se réfère aux chiffres de 2017.

Comment fonctionne ce type d’emprunt ?

Il existe deux grandes familles de crédit conso : les crédits affectés et les crédits non affectés. Le premier type est accordé dans le cadre d’un achat. Le second, quant à lui, peut être exploité par l’emprunteur selon ses envies. Comme n’importe quel prêt, le crédit conso se rembourse via le versement de mensualités. Cette dernière permet à l’emprunteur de restituer le capital dû avec les intérêts.

Comment définit-on le coût d’un emprunt ? Normalement, le TAEG regroupant les diverses commissions et frais sont indiqués dans l’offre de crédit. Pour comparer plusieurs crédits à la fois il faut effectuer une simulation en ligne.

Faire des comparaisons d’offres est le meilleur moyen de trouver le crédit au meilleur taux. Mais avant tout, vous devez faire examiner votre situation financière. Vous pourrez ainsi définir l’envergure de vos capacités de remboursement et le montant à emprunter. Si vous avez besoin de plus de conseils, voici un véritable guide du crédit conso : https://www.creditinfo.fr!

Remboursement d’un crédit à la consommation

Après la première échéance, l’emprunteur a la possibilité de moduler ses mensualités. Suivant ses objectifs, il peut accélérer ou ralentir la procédure de remboursement. Une réduction de la durée de la période de remboursement permet de diminuer le coût total de l’emprunt. Et, un allongement facilite la préservation du pouvoir d’achat de l’emprunteur.

Si sa situation financière le lui permet, le souscripteur a tout à fait le droit d’effectuer un remboursement anticipé (total ou partiel). Cependant, la loi autorise l’organisme prêteur à imposer un montant minimal devant être respecté en cas de remboursement anticipé.

Au cas où le contractant fait face à une difficulté de trésorerie, un report des échéances est possible. Il peut s’agir d’un report partiel ou total. Partiel signifie que seule une partie de la mensualité (intérêts et frais d’assurances) est à payer. L’inconvénient c’est qu’une suspension va de pair avec une augmentation du coût de l’emprunt. C’est la raison pour laquelle, de nombreux établissements prêteurs n’en accordent pas.

Aimez-vous ce texte ?

Savoir bien choisir son organisme de crédit

Il existe bel et bien des organismes proposant des offres de crédit en ligne frauduleuses. En 2018, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution a dénoncé les pratiques douteuses de certaines banques digitales en rendant publique une liste noire. Il est, de ce fait, important de bien choisir son organisme de prêt. Mais, comment démasquer les escrocs du web ?

Tout d’abord, méfiez-vous des propositions trop alléchantes. Référez-vous toujours à la tendance des taux. Autre chose, si avant la signature du contrat on vous demande de payer une somme d’argent pour les frais de dossier, faites attention. Ce sont donc des arnaqueurs qui se cachent derrière le site que vous consultez. D’une manière générale, les sites malveillants demandent un certain montant aux souscripteurs et disparaissent dès réception de l’argent.

Partagez cet article !

Des Livres pour Changer de Vie !