Aimez MaChronique !



Comment acheter le bon poêle à bois ?

Partagez cet article !

Lorsque vous irez acheter un poele chambord à bois, vous disposerez de deux sources d’information principales pour vous aider à prendre votre décision, la première est la documentation du fabricant qui donne les spécifications de performance, et la seconde est le conseil que vous recevez des différents revendeurs de poêles que vous visitez.

Matériel

Les deux principales options de matériaux sont la fonte ou l’acier soudé. Il n’y a pas de différence de performance de chauffage entre eux, la décision est donc liée à l’esthétique et au prix. Les courbes gracieuses et les motifs artistiques en relief rendent les poêles en fonte agréables à l’œil, un peu comme les beaux meubles pour le chauffage domestique. Mais vous paierez le prix fort, et les poêles en fonte doivent être reconstruits après de nombreuses années d’utilisation pour sceller les joints entre les panneaux afin que les fuites d’air ne permettent pas au feu de brûler de manière incontrôlée. Les poêles en acier soudé sont plus simples, mais moins chers. Notez que certains poêles plus récents sont en fait des poêles en acier sur lesquels sont montés des panneaux décoratifs en fonte. Il est évident qu’il n’est pas nécessaire de reconstruire la fonte sur ce type de poêle.

En termes de durabilité, il n’y a pas beaucoup de différence de nos jours. Les poêles en fonte avaient autrefois le bord, car toute pièce qui tombait en panne à cause du stress thermique pouvait être remplacée. Mais aujourd’hui, ayant appris leurs leçons, les fabricants réputés de poêles en acier ont conçu leurs produits de manière à ce que les pièces internes fortement sollicitées soient remplaçables. C’est un point à surveiller lors des achats. Parfois, les poêles bon marché ne sont pas conçus pour des années d’utilisation continue en hiver, et les pièces clés peuvent être soudées, il est donc sage de demander au revendeur de vous montrer quelles pièces sont remplaçables.

Quelques poêles haut de gamme sont construits avec des panneaux en pierre ollaire sur les côtés, à l’arrière et sur le dessus. Les fabricants de poêles en pierre ollaire les vantent en disant qu’ils conservent la chaleur pendant de nombreuses heures, ce qui permet de compenser les inévitables fluctuations de la puissance des poêles à bois. Il y a du vrai dans tout cela, bien sûr, mais ces poêles sont également lents à chauffer, donc il y a un prix à payer pour la chaleur qu’ils emmagasinent. On peut obtenir à peu près le même effet en intégrant une masse dans l’installation sous la forme d’un revêtement mural en pierre ou en brique et d’un socle de foyer. Le fait qu’un poêle soit construit en pierre ollaire n’est pas nécessairement une bonne raison pour l’acheter, à moins qu’il ne possède également les autres caractéristiques que vous souhaitez et que vous aimiez vraiment son aspect.

Technologie de combustion

Le débat sur la combustion catalytique par rapport à la combustion non catalytique se poursuit depuis de nombreuses années. Les deux approches se sont avérées efficaces, mais il existe des différences de performances. La combustion catalytique, dans laquelle les gaz d’échappement fumés passent à travers un nid d’abeille en céramique recouvert d’un catalyseur et enterré profondément à l’intérieur du poêle où ils s’enflamment et brûlent, peut produire une chaleur constante pendant longtemps. Presque tous les poêles catalytiques ont un registre de dérivation du catalyseur actionné par un levier qui s’ouvre pour le démarrage et le chargement, ce qui, combiné à la nécessité de faire brûler le poêle avant que le catalyseur ne soit engagé, tend à rendre le fonctionnement de ces poêles un peu plus compliqué.

Avec une utilisation prudente, le catalyseur peut durer plus de six saisons, mais si le poêle est surchauffé, que les déchets sont brûlés et que l’entretien est inexistant, le catalyseur peut tomber en panne en deux ans seulement.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !