Aimez MaChronique !



Chevrolet SSR – Un roadster unique

Partagez cet article !

White Brook – Lorsque Chevrolet a dévoilé ce véhicule concept au Salon de l’auto de Détroit en Janvier 2000, la réaction du public a quasiment été délirante. Quant on connaît l’engouement de nos voisins du sud pour les camionnettes, ce n’était que normal. Mais que l’on aime les camions ou pas, on est forcé d’admettre que cette Chevrolet bien à part a toute une silhouette. Elle réussit à combiner les éléments d’un hot-rod, d’un cabriolet et d’un véhicule à vocation utilitaire. Devant cet accueil enthousiaste, la direction de GM a annoncé quelques mois plus tard que la SSR serait produite en série limitée et que son arrivée sur le marché s’effectuerait en 2003.Même si son premier dévoilement remonte à 2000, le SSR n’a rien perdu de son impact visuel. De plus, chose rare pour un cabriolet, sa silhouette est toute aussi flatteuse avec le toit escamotable en place. Et en plus, comme sur une voiture, ce dernier va se loger entre la cabine et la boîte de chargement, puis il ne suffit que d’appuyer sur un simple bouton pour que cette opération s’effectue avec une grande précision et en un temps assez court. Malheureusement, une fois en place, le toit n’est pas complètement étanche comme le prouve de nombreux bruits d’infiltration d’air. Et avant de l’oublier, sur mauvaise route, de nombreux bruits de caisse et de cliquetis se font entendre. Ce qui est déplorable, surtout sur une camionnette se vendant plus 60 000 $. Et c’est d’autant plus dommage car ce véhicule à vocation ludique a tout pour enthousiasmer le passionné des voitures d’exception en passant par son allure et en terminant par ses performances.

Une fois dans le cockpit, c’est avec surprise que l’on découvre que les siège sont confortables, l’espace pour la tète plus que suffisant, tandis que le dégagement pour les jambes devrait convenir à la plupart des pilotes. Il faut également accorder une bonne note à la présentation du tableau de bord, qui est un heureux mélange de modernisme et de rétro. Sur la console centrale, trois petits cadrans indicateurs circulaires respectent la tradition des hot-rods.

Après que cette bête féroce soit lancée, le moteur V8 de 300 chevaux laisse entendre un son d’échappement enivrant qui nous indique à coup sûr qu’il y a de la puissance sous le capot. Suffisamment du moins pour boucler le 0 à 100 km/h en moins de huit secondes, mais je suis persuadé que cette donnée pourrait être facilement améliorée.

Par contre, il faut toujours évaluer ce Chevrolet en tant que camionnette dotée d’un essieu rigide, mais sa tenue de route s’est révélée être une agréable surprise alors que les pneus très larges permettent au train arrière de coller à la route. Il faudrait cependant que la chaussée soit dépourvue de bosses car l’essieu rigide arrière à tendance à sautiller.

Le SSR est un véhicule exceptionnel à plus d’un point de vue, mais il faudra que les bruits de caisse disparaissent et que l’étanchéité du toit soit réglée pour qu’il puisse mériter son standing et surtout, son prix.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !