Aimez MaChronique !



Changer de vie ? Coach à Toulouse

Partagez cet article !

Changer de vie ?

@font-face { font-family: « Cambria Math »; }@font-face { font-family: « Calibri »; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 10pt; line-height: 115%; font-size: 11pt; font-family: « Calibri », »sans-serif »; }p.articlechapeau, li.articlechapeau, div.articlechapeau { margin-right: 0cm; margin-left: 0cm; font-size: 12pt; font-family: « Times New Roman », »serif »; }.MsoChpDefault { }.MsoPapDefault { margin-bottom: 10pt; line-height: 115%; }div.Section1 { page: Section1; }

« J’ai envie de Envie de changer de vie » .Le quinquagénaire me fait part de son exaspération de reproduire sans cesse des schémas identiques, nous commençons à dialoguer autour des questions qu’il faut se poser avant d’envoyer tout balader, y-a-t’il une volonté de réorientation ? Stress au travail, chef susceptible … Qui n’a jamais eu envie de tout envoyer balader pour accéder à une vie professionnelle qui conjugue autonomie et réalisation de soi ? Il n’y a pas de bon ou de mauvais moment pour changer. Il faut juste le faire en ayant réfléchi aux bonnes raisons de le faire. Changer ne doit jamais être une fin en soi, c’est un moyen. Un changement qui n’est pas créateur n’a aucun intérêt. En période de crise, il faut encore prendre davantage de précaution et se faire aider. Mon client à besoin de savoir qui je suis, je lui ai été recommandé, cela n’est bien sur pas suffisant. Je retrace mon parcours, la supervision que je m’impose. « Je ne suis pas un apprenti sorcier ». Une fois la confiance installée, nous passons en revue les manières d’aborder le changement .Il y a de nombreux critères, mais le cycle de vie joue un rôle déterminant. On n’accompagne pas de la même façon une jeune femme de 25 ans et un quinquagénaire cadre supérieur. Mon client avait envie de tout balancer, de recommencer une nouvelle vie. Après une carrière émerge ce que j’appelle l’envie du « gite en Dordogne ». Dans ces cas-là, il faut se poser et réfléchir, je l’invitais simplement à rencontrer ceux qui avaient fait cette démarche et à comprendre leur trajectoire. Il s’est donné la permission de réfléchir, oser enfin penser autrement, sans craindre qu’on lui tienne tous les discours bloquants qu’on peut entendre, du type : « tu n’y arriveras jamais », notre relation lui a permis d’avoir un cadre. Dans le processus du coaching, il dut travailler entre deux séances, réfléchir à ce que nous nous sommes dit. Ne se sentant pas jugé il a put clairement exprimer et aussi valider son projet en partant plusieurs week end en « enquête ». Il a put réfléchir à ce qui le bloquait et à ce qui se cachait derrière cette envie de changer. Ainsi il découvrit que ses insatisfactions n’avaient rien à voir avec le travail. Finalement notre rencontre lui a permis de régler bien autre chose qui touchait d’avantage à la perception qu’il avait de lui-même, il comprit que la « fuite » n’était pas
Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !