Aimez MaChronique !



Attention aux préjugés !

Partagez cet article !

Le chien nous accompagne dans une longue histoire évolutive. Il revêt tous les costumes et a su s’adapter au fil des siècles à nos modes de vie. Paradoxe, aujourd’hui, notre meilleur ami à quatre pattes est souvent incompris. Nous devons par conséquent faire preuve à son égard de bon sens, d’observation, d’empathie, d’une compréhension minimum indispensable au « bien vivre ensemble ».

Votre chien est un être vivant particularisé qui ne voit pas le monde de la même façon que vous

Oui, votre compagnon est doté de capacités sensorielles différentes, souvent supérieures. Ces codes de communication et sa perception de l’environnement ne sont pas les mêmes que les nôtres. Point de supériorité ni d’infériorité, simplement une différence entre deux espèces qui s’évertuent à construire des espaces de connivence dans le cadre de leur vie commune. Pourquoi reste la question fondamentale pour expliquer un comportement. Céder aux préjugés, idées fausses, conseils de professionnels auto-décrétés ou voisins bien intentionnés c’est apporter des réponses inadaptées donc pas comprises, pire favoriser et conforter les comportements perturbants de votre compagnon qui ne trouve pas de réponse à son mal-être.

Quelques exemples viennent illustrer ce propos.

« Mon chien dispose d’un jardin de 1 000 m2 pour s’ébattre, il est heureux » : OUI MAIS il est nécessaire de le sortir. Le jardin est un plus certes mais la sortie quotienne est indispensable pour flairer, rencontrer, percevoir le monde extérieur. Son équilibre et sa socialisation en dépendent…

« Mon chien détruit tout quand je suis absent, il se venge » : CERTAINEMENT PAS, il exprime un mal-être. Ennui, solitude, détresse et vos effets personnels les plus précieux sont mis à mal. Le punir à votre retour est alors contre-productif et n’a d’effet que de vous soulager vous-même en entretenant son anxiété à lui…

« Mon chien a mordu, il recommencera » : savoir décrypter le contexte qui l’a amené à mordre vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté pour que cela ne se reproduise pas. Il n’st pas agressif pour autant, il a simplement eu une réponse particulière à une situation particulière… Pouvait-il faire autrement d’ailleurs ?

« Mon chien ne doit pas monter sur le canapé » : BIEN SUR QUE SI, si vous-même le souhaitez. Vous devez instaurer des règles de vie mais n’obéîssez pas au diktat des discours ambiants, les règles, c’est vous qui les fixez et personne d’autre… L’apprentissage de la vie commune maniant observation, constance, persévérance et autorité doit naturellement pouvoir vous y conduire.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !