Aimez MaChronique !



L’Histoire du Sweat à capuche

Partagez cet article !

Peu de vêtements ont suscité une telle controverse que le sweat à capuche. De par son association avec des communautés de jeunes, des joueurs sportifs emblématiques et les défilés de Paris, le sweat à capuche est devenu l’un des éléments de base de notre garde-robe masculine.

Son design a changé au cours des 80 dernières années. La toile blanche a séduit au fil des générations, car différents milieux ont adopté le sweat à capuche comme symbole de musique, d’innovation et de rébellion.

Début 1930 : Les premiers sweats à capuche

Au début des années 1900, les fabricants de vêtements américains ont commencé à expérimenter de nouvelles coupes avec de nouveaux tissus, de ces expériences sont nés ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de sweat à capuche. L’entreprise de vêtements aujourd’hui connue sous le nom de Champion Athletic Apparel a produit un sweat-shirt pour garder les athlètes et les travailleurs au chaud et les protéger des éléments. Au cours du XXe siècle, cette conception a évolué vers des vêtements de sport destinés au marché de masse.

Le sweat-shirt à capuche est passé du stade de vêtement pratique à celui de vêtement personnel lorsque les athlètes ont commencé à donner leurs vêtements de sport à leurs copines pour qu’elles les portent. La tendance a émergé dans les lycées américains des années 50, avec les polos et les vestes Letterman. C’est ainsi que le sweat shirt a commencé à se populariser et à devenir un vrai accessoire de mode.

La rébellion des année 70

Dans les années 70, la culture hip-hop a émergé dans le Bronx, inspirant la musique rap, les graffitis et le break dance. À cette époque, le port d’un sweat à capuche signifiait que l’on faisait profil bas, le fait de se cacher derrière une capuche servait aussi à intimider les autres. Le sweat à capuche permettait de se déplacer librement pour les chorégraphies de danse et dissimulait l’identité des graffeurs dans la rue.

Au milieu des années 70, la Californie a décidé de fermer de nombreux parcs aux skateurs. Pour maintenir leur passion et le fait de skater librement en ville, les fans de planche à roulettes ont décidé d’adopter ce vêtement qui leur permettait de se différencier et de skater avec masqués, légalement ou non… Pour alimenter cette petite rébellion, en plus du hoodie, la musique Punk a est aussi devenue un élément de base de la culture.

En 1976, la sortie du film « Rocky » a ajouté une autre couche de symbolisme au sweat à capuche. La silhouette en marne grise est devenue le symbole de ses coups durs, de son éthique de travail, et a rétabli le lien du hoodie avec ses racines de la classe ouvrière, réaffirmant son regard sur la société dominante d’aujourd’hui.

Années 1980 à 1999 : La mode Hip-hop

Dans les années 80, le sweat à capuche s’est inscrit dans un look associé au style de rue. Son adoption en masse a commencé avec la popularité parallèle du hip-hop américain, où les rappeurs ont pris exemple sur les athlètes dans le but d’imiter leur force et leur statut.

Dans les années 90, la dualité du sweatshirt à capuche, à la fois tendance et icône, était bien établie. C’est à cette époque que le terme « hoodie » est entré dans le vocabulaire américain, filtré par la montée en puissance du hip-hop et l’énorme essor de la mode urbaine.

Les années 90 ont vu la croissance du gangsta rap à la limite du hard, et des groupes comme le Wu Tang Clan et Cypress Hill ont réduit leur code vestimentaire pour s’adapter à leurs rythmes durs. À cette époque, le sweat à capuche est rapidement devenu un symbole culturel.

2000 : La mode Geek

Dans les années 200, le hoodie est devenu un vêtement incontournable de l’esprit geek. Il a permis de mettre en avant les passions des joueurs de consoles comme ces sweat-shirts du jeu vidéo Zelda, mais aussi d’affirmer le style décontracté des mordus de l’informatique.

L’année 2012 a aussi rappelé que, qu’il soit positif ou négatif, le sweat à capuche peut toujours être utilisé pour faire s’affirmer dans les affaires. Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, a fait sensation en portant un sweat à capuche pour rencontrer les investisseurs de Wall Street, ce qui a finalement été considéré comme un coup de force. Que cette tactique ait été intentionnelle ou non, nous concluons qu’elle a établi de manière convaincante l’identité de Zuckerberg en tant que non-conformiste plutôt que de créer une déclaration de mode décontractée.

Quoi qu’il en soit, on le trouve aujourd’hui dans toutes les garde-robes et on peut aisément prédire qu’il a encore de longues années devant lui. Après tout, qui n’aime pas se sentir au chaud dans un bon hoodie ?

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !