SEXE : FAUT-IL « COUCHER » LE PREMIER SOIR ?!

Partagez cet article !

SEXE : FAUT-IL « COUCHER » LE PREMIER SOIR ?!

(Article paru dans le magazine « VIVRE » mars/avril)

 

L’erreur n’existe pas, quand elle sert d’expérience. Bien sûr, l’expérience repose sur la compréhension de l’erreur, afin de ne pas la réitérer. Car, si vous n’analysez pas ce qu’il vient de se passer, si vous n’identifiez pas le piège dans lequel vous avez mis les pieds, vous retombez dedans, immanquablement. Avez-vous remarqué qu’en matière de relations affectives, certains d’entre vous font toujours la même chose, qui ne marche pas, obtenant toujours le même résultat ? Vos histoires d’amour finissent mal et vous voilà encore plus découragé… Il est temps de remplacer « J’ai encore fait une erreur… » par « J’ai enfin rencontré la bonne personne ! ». Et pour ce faire, je vous propose de vous appuyer sur ces relations avortées, ces échecs et erreurs qui sont pourtant une bénédiction dans votre vie : une somme d’informations collectées auprès de ceux et celles avec lesquelles ça ne pouvez pas fonctionner. Ce n’était pas des erreurs, si vous en faites des expériences : à la lumière de ces essais manqués, vous avez maintenant la capacité de dresser le portrait-robot de la personne qu’il vous faut.

 

 

 

Sauter dans le lit de votre nouvelle rencontre le premier soir est une erreur, si vous cherchez l’âme sœur. Quand mes clients me confient qu’ils viennent de  rencontrer quelqu’un, ma première question est : « As-tu eu une relation sexuelle ? ». Rougissants, la réponse est souvent « oui ». Cette information est importante pour les coacher, car je sais, dès ce moment-là, qu’une partie de leurs neurones est court-circuitée : ils n’ont plus toute leur raison. Ce qui signifie que si la relation s’embourbe (mauvaise pioche !), mes clients ne pourront plus passer le 4×4 pour se désembourber ! Dès qu’il y a relation sexuelle, vous êtes prisonnier d’un processus qui vous empêche de réfléchir, pire de reculer. Le piège se referme et vous croyez ne plus avoir le choix, parce qu’un pacte sexuel est passé et qu’une fois votre corps sacrifié sur l’autel de la dépendance émotive, plus question de le récupérer ! « Coucher » le premier soir est une erreur que nous avons pratiquement tous faite et pourtant, nous avons recommencé en priant que ce soit le bon la fois d’après : et c’était encore le mauvais ! Dans mon livre « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Michel Lafon), je propose des stratégies pour valider si votre « prospect » a toutes les chances d’être une bonne recrue ou s’il faut vous sauver en courant, avant de devenir amants. Parce que, ne vous en déplaise, choisir la bonne personne, c’est une stratégie et un recrutement !

 

 

 

 

Vous viendrait-il à l’idée d’embaucher quelqu’un et de consulter son cv après ? Choisiriez-vous un homme comme pilote pour votre avion personnel, parce qu’il est beau et vous plaît, sans valider s’il a son brevet pour piloter ? Ou une dentiste parce qu’elle a de beaux yeux, un beau décolleté, sans vérifier si elle est diplômée ? Essai/erreur/essai/erreur : n’êtes-vous pas fatigué ?! Passé 30 ans, beaucoup désirent une famille et la période du sexe d’une nuit est passée. Malheureusement, vous utilisez encore la même stratégie : comme au poker, vous mettez votre corps sur la table, pour voir si vous avez gagné : erreur ! Pourquoi livrer votre corps en pâture à des inconnus, juste pour voir s’ils sont votre ticket gagnant ? C’est avec votre tête (et non votre sexe !) qu’il faut étudier cette nouvelle candidature. Comment distinguer les partenaires en quête d’aventure de ceux qui sont sérieux et prêts à vivre à deux ? Facile ! La personne en quête (en manque ?) de sexe n’aura pas la patience d’attendre. Bizarrement, certains se sentiront rejetés, si l’autre ne leur saute pas dessus, dès la première soirée : et si c’était simplement par respect ?! La bonne personne prendra le temps de vous connaître, de vous découvrir, avant de vous « effeuiller ».

 

 

 

Une technique simple pour réussir ? Validez à trois niveaux si vous êtes sur la même longueur d’onde que votre « prospect » : les tripes (attirance physique), la tête (croyances/valeurs), le cœur (sentiments amoureux). Fini les jeux de hasard, votre objectif est d’être heureux à deux : ayez conscience de ce que vous faites, si vous ne voulez pas faire d’erreurs supplémentaires. Le premier contact est visuel : il est important que la personne vous attire, mais ça ne doit pas être le seul critère. Donc, vous voilà attiré et réciproquement : parfait ! Maintenant, la tête : discutez, faites des activités, découvrez sa personnalité, ses croyances, ses valeurs, tout ce qui vous permettra de constater que vous vous ressemblez (les extrêmes ne s’attirent que chez les névrosés !). Si tout va bien à ce niveau aussi, une fois la confiance et la complicité établies pendant que le désir montait, après plusieurs semaines (mois ?), vous aurez plaisir à explorer le côté sexuel. Être compatibles à ce niveau est aussi important que l’être au niveau de la tête : la complicité sexuelle est, pour le couple, un ciment. Puis, les tripes et la tête validées, le cœur entrera en lice : vous pourrez vous laisser aller à des sentiments.

 

 

 

Les tripes, la tête et le cœur, voilà comment éviter bien des erreurs. Parfois la tête passe en premier et connaissant mieux la personne, le désir sexuel naît. Faites les choses dans l’ordre : le cœur ne doit pas prendre la tête, ni le sexe les devants. Dans un film, deux hommes discutent, l’un confit à l’autre qu’il est « en amour », (une rencontre de quelques jours) et son ami lui répond : « Tu n’es pas en amour, tu es en érection ! ». Qui ne s’est pas reconnu ?! Et cessons de faire croire à nos enfants que nous sommes parfaits, racontons-leur plutôt les pièges dans lesquels nous sommes tombés et les erreurs que nous avons faites, afin de leur éviter bien des tourments. Faisons-les profiter de notre expérience et… profitons-en également !

 

Aimez-vous ce texte ?

Lisez le second livre de Pascale Piquet : « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Michel Lafon)

 

Lisez la nouvelle chronique de Pascale Piquet, chaque mercredi !

 

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

 

Prenez, une fois par jour,  une dose de bonne humeur : suivez Pascale Piquet sur Twitter ! Abonnez-vous : www.twitter.com/pascalepiquet

 

 

Partagez cet article !