Aimez MaChronique !



PAS D’AMIS : ÊTES-VOUS ASOCIAL OU ÉQUILIBRÉ ?

Partagez cet article !

PAS D’AMIS : ÊTES-VOUS ASOCIAL OU ÉQUILIBRÉ ?

Un de mes clients en coaching, à Paris, était persuadé être asocial (qui n’arrive pas à s’adapter aux normes de la société/qui refuse de s’adapter). Sur quoi se fondait-il ? Sur le fait qu’il apprécie la solitude, d’autant lorsqu’il ne rencontre personne susceptible d’avoir une conversation intéressante sortant de la pluie, du beau temps et du prix de l’essence. Vous avez tendance à penser que c’est au nombre d’amis que vous êtes jugé : plus vous en avez, plus vous êtes apprécié. Faux ! Des amis, on en remplit rarement un autobus ! Mes clients me font sourire quand ils me prennent comme exemple, persuadés que je peux monter une équipe de foot/de hockey avec tous ceux qui me sont proches. Faux ! C’est également une explication au succès de facebook : vous avez des ‘amis’ par dizaine, voire centaine : quel style de conversation avez-vous avec eux ?

Il existe plusieurs façons d’être asocial :

1) Soit vous détestez les autres, parce que vous avez été tellement blessé par la vie, que la meilleure stratégie à vos yeux, c’est de vous en tenir éloigné et de les détester.

2) Soit vous aimeriez tellement avoir des amis, mais vous n’avez pas été éduqué, ni formé à en avoir, à cause de parents défaillants qui n’en avaient pas eux-mêmes et vous ont fait croire que l’amitié est synonyme de trahison et de danger.

3) Soit vous avez des comportements négatifs, voire toxiques et les autres vous fuient.

4) Soit personne ne vous a inculqué de belles valeurs et, sans foi ni loi, vous « utilisez » tous ceux qui vous ont approché et ils vous fuient.

5) Soit, Desperado extrême, vous n’attirez que des personnes qui vous utilisent et n’établissent aucun contact, ni ne créent aucun lien, en dehors de vous prendre pour un esclave.

6) Vous avez des comportements inadéquats, juste pour vous faire remarquer, par besoin de reconnaissance, mais vos comportements font fuir ceux que vous côtoyez : arriver tout le temps en retard est un exemple. Attirer l’attention en tenant des propos provocateurs, boire de l’alcool plus que de raison et se tenir mal, draguer les femmes de l’assistance de façon cavalière, etc.

Asociale, je pourrais le paraître également, quand je suis dans un environnement qui ne me correspond pas, où je n’ai rien à dire, car les conversations ne me concernent pas. Souvenez-vous de ma chronique sur les introvertis et extravertis. Vous n’êtes pas obligé de vous exprimer sur tous les sujets et vous avez le droit d’être introverti ou extraverti, sans pour autant être « détraqué ». Rassurez-vous, c’est rare que je me mette dans une situation où les gens ne sont pas sur la même longueur d’onde que moi : je m’aime trop pour m’infliger ça ! Cependant, même si j’aime le public et j’apprécie être en société ou avec des amis (ma maison est souvent pleine, mais pas l’autobus !), j’ai un plaisir immense à me retrouver seule, que ce soit sur ma propriété de St-Jean-de-Matha ou à mon bureau/appartement de Montréal et même en voyage. Ne voir personne est également une jouissance pour moi, autant qu’être entourée.

Qu’est-ce que l’autonomie affective ? Être dans le plaisir avec les autres et non dans le besoin. Le besoin est un symptôme de dépendance. En résumé, quand je suis avec du monde, youpi ! Quand je suis seule, youpi ! Un de mes plus grands plaisirs est d’être seule au fin fond de ma forêt, l’été, et me dire que personne ne sait où je suis. Pourquoi l’été ? Parce que ma fille, Cassandre est en France à cette période. Donc, quand je fais une balade ou un jogging sur mes terres, personne ne sait où je suis et je trouve ça « tripant » ! C’est une sensation de liberté incroyable. Suis-je asociale à vos yeux ? Quand vous êtes dans l’incapacité de passer une soirée ou un week-end sans personne autour de vous et qu’une sensation de vide vous envahit : êtes-vous capable d’identifier ce symptôme ? La peur de la solitude, l’ennui, l’anxiété lors que vous êtes isolé sont autant de signaux pour vous rappeler que vous avez glissé dans vos chaussures d’enfant : c’est de la dépendance affective et émotive. Avez-vous la capacité à aller au cinéma seul, au restaurant ou faire du sport sans être accompagné ? Si oui, vous venez de réaliser que vous êtes autonome. Si vous appréciez les moments de solitude, vous êtes également sur la bonne voie. Mais si l’idée vous angoisse, voire vous terrifie, posez-vous des questions…

Le fait de ne rien faire comme tout le monde peut également être considéré comme un problème pour la majorité (98 % ?!), mais c’est un style de vie pour d’autres. Une partie le fera exprès, une autre non. J’appartiens à la deuxième catégorie : il m’a souvent été demandé si j’étais à l’envers des autres volontairement. Non. À 19 ans, je suis une des premières femmes jockey-amateur, un métier plutôt masculin : c’était une passion. J’étais autant féminine que je pratiquais un métier d’homme. Puis, je mène une vie trépidante, alors que d’autres cherchent la stabilité, je commence une carrière professionnelle et lance mes affaires, quand d’autres commencent à ralentir et calculent leur retraite, j’ai l’impression de rajeunir, quand d’autres vieillissent, je m’amuse de plus en plus, quand d’autres s’attristent. Est-ce que je le fais exprès ? Non. Je trace ma route en fonction de ce qui me rend heureuse, avec un parcours qui sort de l’ordinaire. Certains sont heureux avec un parcours classique, d’autres malheureux avec un parcours atypique et vice versa. L’important, c’est de trouver votre équilibre dans un Environnement qui vous va comme un gant, quel que soit le gant.

Finalement, mon client a découvert qu’il est incroyable d’autonomie, capable de rester seul et de s’organiser dans n’importe quelle situation, en y prenant du plaisir. Surprenant d’apprendre que ce que vous preniez pour du déséquilibre est en fait une manifestation de l’équilibre : les autres (les 98 % !) vous l’ont fait croire, parce qu’il FAUT avoir des amis, il FAUT avoir une vie sociale, il FAUT entrer en interaction avec… les autres ! Eh bien non ! Il ne FAUT PAS ! Si c’est un plaisir pour vous, faites-le. Mais si vous ne rencontrez pas des gens ayant les mêmes affinités que vous, des personnes avec lesquelles vous pouvez avoir des échanges intéressants, vous avez raison de rester dans une solitude que vous appréciez : mieux vaut être seul que mal accompagné ! Peut-être êtes-vous tout simplement un « 2 % » qui n’a croisé, jusque-là, que des « 98 % » et qui n’a rien à leur dire. Et si vous pensiez qu’il FAUT avoir des amis, même s’ils vous utilisent, même s’ils ne vous respectent pas, juste pour avoir l’air « normal », vous avez un problème.

Quand ma fille est avec moi, j’en éprouve un plaisir immense, cependant, quand elle est en France ou en déplacement, j’apprécie de vivre seule, juste avec moi-même. Cassandre est là, youpi ! Elle n’est pas là, youpi ! Le peu de famille qui me reste est en France et nous ne communiquons que pour les anniversaires et le Premier de l’an. Je n’ai pas de famille au Québec, youpi. J’en aurais une, youpi ! Des amis, j’en ai peu et de qualités. Des connaissances, j’en ai beaucoup plus, mais la compagnie que je préfère par-dessus tout, c’est la mienne ! Alors, apprécier la solitude et votre compagnie plutôt que celle de personnes qui vous nuisent, sélectionner ceux que vous fréquentez et n’avoir que du plaisir dans vos échanges, faire ce qui vous plaît, même si c’est à l’envers des autres et qu’on vous le fait remarquer, c’est être équilibré !

Nouveau ! Lisez le e-book « Pourquoi récupérer son ex, là est la question. Comment survivre à une rupture, là sont les réponses ! » : http://www.pascalepiquet.com/pourquoi-recuperer-son-ex.php

Écoutez Pascale Piquet, chaque mercredi à la radio :

Chroniques hebdomadaires :

94.1 FM à Sept-Îles : Écoutez le duo détonnant David Tancrède & Pascale Piquet, tous les mercredis à 16h30 ! Écoute en direct : www.le941.com

95.7 FM au Saguenay-Lac-St-Jean : Écoutez la chronique décapante de Pascale Piquet avec la complicité de John Ferguson, tous les mercredis entre 15h00 et 16h00 ! Écoute en direct : www.saguenay.radiox.com/accueil

Lisez le second livre de Pascale Piquet : « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Michel Lafon)

Lisez la chronique de Pascale Piquet, chaque mercredi !

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

Prenez une dose de bonne humeur : suivez Pascale Piquet sur Twitter www.twitter.com/pascalepiquet

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?