Aimez MaChronique !



la culture du cannabis

L’importance de l’humidité dans la culture du cannabis

Partagez cet article !

L’humidité est l’un des facteurs qui déterminent le succès de la culture du cannabis. L’humidité optimale varie en fonction du stade de croissance de vos plantes de cannabis. Découvrez pourquoi il est important de composer le taux d’humidité et comment vous pouvez le contrôler pour une croissance saine et des récoltes abondantes.

Pourquoi l’humidité est si importante dans la culture du cannabis ?

L’humidité absolue mesure la vapeur d’eau dans l’air, mais ne tient pas compte de la température. Exprimées en grammes par mètre cube, ces données sont sans valeur pour le cultivateur ordinaire.

L’humidité relative est une mesure du pourcentage de vapeur d’eau dans l’air à une température donnée. C’est l’humidité relative qui compte dans les cultures. La température et l’humidité relative sont inextricablement liées. L’air chaud peut contenir plus d’humidité que l’air froid. La température et l’humidité relative doivent être surveillées et contrôlées afin de réussir la culture du cannabis en intérieur.

Comment mesurer l’humidité ?

Ne soyez pas radin. Prévenez les problèmes plus tard et achetez un thermo-hygromètre numérique 2 en 1. Ces appareils sont peu coûteux et vous fourniront les données précises sur le microclimat des exploitations de culture de la vigne dont vous avez besoin. En plaçant l’appareil sur un mur près du niveau de la canopée, vous obtiendrez une lecture plus précise que si vous le laissez sur le sol.

Clones et semis

Les germes aiment l’humidité élevée. Comme elles ne font que développer leurs racines, l’humidité élevée leur permet d’absorber plus facilement la vapeur d’eau par leurs minuscules feuilles. La plupart des cultivateurs visent une humidité relative de 60 à 80 % pendant les deux premières semaines, jusqu’à ce que les semis et les clones s’enracinent.

Croissance végétative

Les graines de cannabis Sativa pousseront plus vigoureusement si vous pouvez maintenir un taux d’humidité relative de 50 à 70 %, idéalement pendant la durée de la phase de croissance végétative. Les plantes mères seront également plus performantes dans des environnements très humides. Une faible humidité, même sans température excessivement élevée, peut retarder la croissance des plantes. Un microclimat sec est à éviter à ce stade.

Flowering

Dès que l’on passe à 12-12 avec des souches photopériodiques, ou à environ 4-5 semaines avec des variétés à floraison automatique, les besoins en humidité diminuent. Jusqu’à la fourchette de 40 à 60 % d’humidité relative. Plus la floraison est tardive, plus elle est basse, mieux c’est. La plupart des producteurs essaient de maintenir l’humidité relative aussi proche que possible de 40 %. Une humidité élevée pendant la floraison, y compris pendant le cycle d’obscurité lorsque les lumières sont éteintes, augmente la menace de pourriture des bourgeons et de moisissure. De plus, la transition d’un microclimat humide à un microclimat sec doit être progressive pour éviter de stresser excessivement les plantes.

Séchage et durcissement post-récolte

Après avoir manucuré vos bourgeons, il est essentiel de sécher la récolte lentement et uniformément. Les bourgeons qui sèchent trop rapidement seront croquants. Et l’herbe ne guérira pas correctement. Les fleurs de cannabis sèchent parfaitement à température ambiante avec une humidité relative d’environ 50 %. Au-delà de 60 %, vos bourgeons risquent de moisir. Après environ 10 à 14 jours, les bourgeons sont prêts à sécher dans un bocal. La plupart des cultivateurs préfèrent maintenir l’humidité relative entre 50 et 60 % pendant les 30 jours suivants, en aérant les bourgeons au moins une fois par jour pendant 15 minutes.

Comment ajuster l’humidité ?

Pour augmenter l’humidité au début du cycle de vie du cannabis, les meilleurs outils sont un propagateur et un vaporisateur rempli d’eau. La brumisation des clones et des semis dans un propagateur aidera à augmenter l’humidité de manière significative. Pendant une période de chaleur, il peut même être nécessaire d’acheter un humidificateur d’air.

La diminution de l’humidité devient particulièrement importante pendant la floraison. L’élimination de l’eau stagnante permet non seulement d’éviter que les racines ne pourrissent, mais aussi d’empêcher une augmentation involontaire de l’humidité. Il est également utile d’éviter de trop arroser. De plus, un ventilateur oscillant augmentera la circulation de l’air.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !