Les gaz de schiste « arrivent » en France … Danger !

Partagez cet article !
Les gaz de schiste présents presque partout dans le monde,
et à deux pas de chez nous …
Paca et les Bouches du Rhône,  fortement impactés au moins deux              permis attribues

Des Livres pour Changer de Vie !




Aimez-vous ce texte ?

Les gaz de schiste connaissent présentement un essor extraordinaire  aux États-Unis et partout dans le monde. En Europe, les compagnies pétrolières commencent à s’intéresser sérieusement à cette ressource de gaz non conventionnels. Plusieurs compagnies – Total et GDF principalement – alliés à des Sociétés américaines ont obtenus des permis de recherche en France, dans le sud principalement, 7% du territoire en tout est concerné ! L’équivalent d’un département comme la gironde. Total prévoit d’investir 38 millions d’Euros dans la Drome et l’Ardeche, ce n’est qu’un début. Même les bouches du rhone sont concernées ! Leur exploitation causant une dégradation environnementale incommensurable, les écologistes sont en alerte. Europe Ecologie – Les Verts demande l’arret de toute prospection , ( Communique de Presse nationale du 31 décembre 2010)
Les principaux permis délivrés sont dans le sud de la France

« Permis de Nant « , « Permis de Montélimar > , et « Permis de Villeneuve de Berg »,

parution au JORF  en date du 30 mars 2010, pour ces 3 arrêtés du   ministre de
l’écologie signés par J.L. Borloo.
Permis en Paca : Gardannes (365km²), Brignolles (6785km²) et prés de Cavaillon (3430km²)
Ils peuvent modifier la donne géopolitique.
On peut trouver des « shale gas » à peu près partout. Les réserves mondiales représenteraient quatre fois les ressources de gaz conventionnel.(1) De quoi, si on arrivait à les exploiter, changer la donne de la géopolitique liée aux énergies fossiles. C’est aussi et alors l’occasion pour l’Occident de reprendre la main face à la Russie et aux pays du Sud producteurs de gaz et de pétrole. Un enjeu faramineux et face auquel le souci environnemental fera pâle figure.
Voir également : Alter-Echos (www.alter-echos.org) qui a interrogé Normand Mousseau, spécialiste des questions énergétiques, et récent auteur de Au bout du pétrole, tout ce que vous devez savoir sur la crise énergétique .
Pourquoi aujourd’hui, Quelles conséquences possibles ?

L’exploitation des gaz de schiste était encore impensable il y a une dizaine d’années, trop couteuse, mais l’extraction  devient rentable à cause de la rarefaction et de l’augmentation des energies fossiles. C’est encore une fois notre modèle économique, energétique qui est en cause et sa necessaire transformation vers plus
d’efficacité et de sobriété, et d’énergies renouvelables. Les lourds investissements faits dans ces gaz se feront au détriment d’une politique plus propre et plus respectueuse, qui incluent  les transports en communs et alternatifs et la relocalisation de l’économie. La question de notre modèle de développement prédateur est clairement posé.

Savoir s’asseoir sur le Grenelle … , un désastre écologique comme le montre l’expérience américaine

Pollution de l’eau …
La technique de la fracturation hydraulique, technique majeure employée, qui utilise des quantités considérable d’eau, 10 000 métres cube  d’eau sont nécessaire en moyenne pour chaque « fracturation »(2) – mélangée à des produits chimiques très toxiques – va à l’encontre de certains engagements arrêtés par le Ministère de l’Écologie qui a pourtant signé l’attribution des permis. Le Grenelle doit, par exemple, protéger les sources d’eau potables et les écosystèmes sensibles – article 27 notamment –

(2) Mise au point par la société Halliburton – dont les négligences dans la marée noire du golfe du Mexique ont été pointées par les experts..

…. de l’air

“A LA SORTIE DU PUITS : CO², NOX ET AUTRES GAZ À EFFET DE SERRE”  …

Prenant pour échantillon représentatif la ville texane de Dish, le DrWilma Subra a conclut que 61% des problèmes de santé constaté chez les habitants de la ville étaient causés par des taux de polluants supérieurs aux normes environnementales admises : exposés à des quantités importantes d’ozone, de soufre, de gaz naturel ou d’ether, les habitants ressentaient plusieurs fois par jour nausés, maux de tête, vomissement… jusqu’à des affections respiratoires : 58% des personnes observées souffraient de problèmes de sinus.

Risques sismiques !

Les chercheurs et les gaziers s’accordent à dire que la technique d’extraction en elle-même provoque des micro-séismes, “jusqu’à une magnitude de 3,4 sur l’échelle de Richter en surface” selon le géologue Aurèle Parriaux, docteur en géologie de l’ingénieur à l’université polytechnique de Lausanne.
la transformation/destruction du paysage !

Puits de gaz tous les deux cents mètres . Pour des raisons de rentabilité !

Références (notre planète infos)

Partagez cet article !