Le test ADN prénatal : Tout apprendre sur votre bébé pendant la grossesse

Partagez cet article !

Est-ce que vous associez le test ADN prénatal avec des risques ? Vous avez peut-être même entendu des histoires terrifiantes où la mère a fait fausse couche après une amniocentèse ? Nous avons une bonne nouvelle : tout cela est du passé ! Les tests ADN prénataux réalisés avec ces méthodes ne comportent aucun risque pour la santé du bébé ou de la mère, et il ne demande aucune intervention médicale !

L’amniocentèse, comme l’autre procédure de prélèvement souvent utilisée, le prélèvement des villosités choriales (PVC), consistait à introduire une aiguille par l’abdomen de la mère pour prélever un échantillon d’ADN directement de l’utérus. Pourtant le sang et l’urine de la mère contiennent aussi des fragments d’ADN fœtal, il fallait juste inventer la méthode qui permette de les analyser. Les laboratoires utilisant cette méthode dernier cri pour établir la paternité ou le sexe de votre bébé avant même sa naissance.

Le test de paternité prénatal

Le test de paternité prénatal se fait désormais à partir d’un échantillon du sang de la mère, dont le prélèvement ne demande qu’une petite piqûre qu’une infirmière qualifiée peut réaliser. Plus besoin d’intervention par un spécialiste donc ! Dès la 12e semaine de la grossesse, le sang maternel contient notamment la quantité d’ADN fœtal nécessaire pour l’analyse ADN et établir la paternité. Il suffit de fournir un échantillon d’ADN du père présumé en plus de l’échantillon de sang de la mère, et le test ADN de paternité pourra établir avec un taux de précision supérieur à 99,9% si l’homme est le père biologique ou non. La précision du test de paternité prénatal non invasif égale donc celle du test de paternité réalisé après la naissance de l’enfant.

Test pour connaître le sexe du bébé

L’autre test ADN prénatal que nous proposons permet d’établir le sexe du bébé avant sa naissance, et dès la 9e semaine de la grossesse. Le test pour savoir le sexe du bébé utilise l’urine de la mère, qui contient suffisamment de fragments d’ADN fœtal pour pouvoir l’en extraire et analyser. Le test pour connaître le sexe du bébé cherche la trace du chromosome Y dans l’échantillon fourni. Comme uniquement les hommes ont le chromosome Y, tandis que les femmes ont deux chromosomes X, si le premier est retrouvé dans l’urine de la mère, cela permet de conclure que le bébé est un garçon.

Tandis que l’échographie ne peur détecter le sexe du bébé qu’à partir de la 16e semaine de la grossesse, et même à ce moment-là elle risque de se tromper ou de ne donner aucun résultat si le bébé est mal positionné, le test ADN pour connaître le sexe du bébé évite la longue attente et l’incertitude.

Précision sans aucun risque

Ils ne comportent aucun risque, ils sont réalisables très tôt pendant la grossesse, et ils donnent des résultats fiables d’une grande précision : la dernière génération du test ADN prénatal ne présente donc que des avantages !

Partagez cet article !
 
 
 

Des Livres pour Changer de Vie !