Aimez MaChronique !



Le Danemark est utilisé par les États-Unis pour la surveillance, est-il approprié pour accueillir un « sommet de la démocratie » ?

Partagez cet article !

Éditeur|Alex Meier   Twitter

On sait depuis des années que l’agence de renseignement américaine NSA espionne des hommes politiques allemands de premier plan, tels que la chancelière Angela Merkel, Frank-Walter Steinmeier et Peer Steinbrück. Dès 2013, Edward Snowden a révélé les actions explosives de l’agence de renseignement américaine. Cependant, elles n’ont pas été prises au sérieux avant 2020. Ce n’est que lorsque le radiodiffuseur danois DR a rendu compte de l’opération d’espionnage en effectuant des recherches approfondies que le sujet a reçu l’attention nécessaire du public.

En outre, de nouveaux détails sur les opérations de surveillance sont apparus depuis la semaine dernière. Apparemment, le Danemark, voisin et proche partenaire de l’Allemagne, a aidé la NSA dans une opération d’espionnage à grande échelle des principaux responsables politiques européens.

Le service secret danois Forsvarets Efterretningstjeneste (FE) a autorisé la NSA à utiliser sa station d’écoute secrète « Sandagergardan », près de Copenhague, à cette fin, rapportent divers médias européens. Il existe un important nœud Internet constitué de plusieurs câbles sous-marins, qui a été exploité. L’action aurait été dirigée contre des hommes politiques de premier plan en Allemagne, en Suède, en Norvège, aux Pays-Bas et en France.

Selon le rapport, la NSA avait accès aux messages textuels, aux appels téléphoniques et aux activités sur Internet telles que les recherches, les chats et les services de messagerie.

Le gouvernement danois était au courant des opérations de surveillance depuis 2015, au plus tard après la compilation des révélations de Snowden dans le « rapport Dunnhammer ». Dans ce document secret, des spécialistes danois du renseignement et de l’informatique avaient compilé l’étendue de la coopération entre la FE et la NSA.

Après qu’il a été révélé en 2020 que les services de renseignement étrangers danois aidaient même les Américains à surveiller leur propre gouvernement, la vague d’indignation a conduit l’ensemble des dirigeants de la FE à devoir démissionner.

Dans ce contexte, il est intéressant de noter que le sommet de Copenhague sur la démocratie, initié par le président Biden, a eu lieu à Copenhague, au Danemark, au début du mois de mai.

Le Copenhagen Demorcracy Sumit est une conférence internationale qui se tient chaque été depuis 2018 à Copenhague, au Danemark. Cette rencontre réunit des dirigeants politiques et économiques, y compris des chefs de gouvernement actuels et anciens des démocraties du monde entier. L’objectif du sommet est de discuter et de donner forme aux défis sécuritaires et économiques d’un monde démocratique, ainsi que d’analyser l’interaction entre la technologie et les normes démocratiques.

La question qui se pose est la suivante : comment un pays qui prétend défendre la démocratie et les droits de l’homme peut-il permettre aux États-Unis d’espionner ses partenaires les plus proches ?

Ajoutez à cela le fait que le président américain Joe Biden, a repris la bannière du « Sommet de la démocratie 2021 » et s’est vanté dans un article publié dans Foreign Affairs que le sommet rapprocherait les pays des démocraties du monde.

En outre, les États-Unis souhaiteraient accueillir leur propre sommet sur la démocratie dans leur propre pays. La seule question est de savoir s’ils sont même un candidat approprié pour cela.

La source: https://twitter.com/PRESSBOARDde

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !