Aimez MaChronique !



La signification de l’arbre de vie

Partagez cet article !
arbre de vie

Toutes les religions, depuis les origines de l’humanité, sont d’une manière ou d’une autre liées aux arbres.

Nous avons déjà exploré ce sujet dans un article précédent, en nous attardant sur quelques-uns des 100 arbres et plantes cités dans les Saintes Écritures, et en plus de ceux-ci, sur la façon dont les plantes ont été désignées avec une profonde signification religieuse à travers les temps.

Pensons simplement à la graine de blé, associée à la parole du Christ et à Son propre sacrifice, Lui qui est mort en terre pour renaître et donner des fruits, comme une graine.

Ou encore l’olive, autre symbole de Jésus et de l’alliance renouvelée avec les hommes voulue par Dieu, sanctionnée par sa mort sur la croix.

Nous pouvons bien sûr penser à l’épicéa, que nous décorons chaque année pour Noël, et comme tout autre arbre à feuilles persistantes, symbole de la résurrection et de la renaissance du Christ, mais qui était déjà présent dans les civilisations précédentes comme les Celtes et les Grecs, et associé au concept d’espoir, de vie nouvelle et de fertilité.

L’arbre de vie mérite une mention spéciale. Il apparaît dans les Saintes Écritures, de la Genèse à l’Apocalypse, et était également présent dans la culture hébraïque d’abord, et dans la culture chrétienne ensuite, acquérant des significations plus profondes et plus spirituelles au fil du temps.

C’était un arbre que Dieu a planté dans le jardin d’Eden, juste à côté de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Jusqu’à ce qu’Adam et Eve puissent se nourrir des fruits donnés par l’arbre de vie, ils étaient tous deux immortels, non touchés par le cours du temps, la vieillesse ni les maladies. Les textes sacrés nous enseignent qu’en commettant des péchés d’orgueil et d’arrogance, les deux hommes ont mangé les fruits fournis par l’autre arbre, l’arbre de la connaissance du bien et du mal, même si Dieu leur a ordonné de ne pas le faire. Par cette action malheureuse et rebelle, ils ont condamné tous les hommes et les femmes à errer dans le monde et à vivre dans le péché et la douleur.

Références bibliques


« L’homme est maintenant devenu comme l’un de nous, connaissant le bien et le mal. Il ne doit pas pouvoir tendre la main et prendre aussi de l’arbre de vie et manger, et vivre éternellement ». (Genèse, 3:22)

Par conséquent, les hommes ont été bannis du jardin d’Eden et des cadeaux inestimables offerts par l’Arbre de vie. La connaissance, la perception de soi, de ses propres désirs et de ceux des autres, marquait le début de la fin. Ce n’est qu’en restant pur et innocent que l’on pouvait bénéficier des fruits de l’immortalité. La honte, l’envie, l’extorsion et la guerre sont toutes engendrées par ce savoir volé, que les hommes ne peuvent manifestement pas gérer, et qui provoquera rapidement la colère de Dieu, si dure qu’elle déclenchera le grand Déluge.

Cependant, malgré le péché de l’homme et l’interdiction qui en découle, l’Arbre de vie ne disparaît pas des textes sacrés. Dieu, dans sa bonté et sa clairvoyance infinies, laisse une lueur de lumière à ses fils rebelles. Il viendra un jour où les hommes dignes, ceux qui auront su écouter la Parole de Dieu et vivre selon Ses préceptes, pourront à nouveau jouir des fruits donnés par l’Arbre de vie, ainsi que de toutes les autres joies du Ciel : « Que ceux qui ont des oreilles entendent ce que l’Esprit dit aux églises. À celui qui est victorieux, je donnerai le droit de manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu ». (Apocalypse, 2:7)

En fait, dans la Nouvelle Jérusalem, la ville des élus qui seront réveillés par le Christ pour vivre une nouvelle ère de paix et de gloire sur Terre, nous retrouverons l’Arbre de vie : « De chaque côté du fleuve se tenait l’arbre de vie, portant douze récoltes de fruits, et donnant son fruit chaque mois. Et les feuilles de l’arbre sont destinées à la guérison des nations ». (Apocalypse, 22:2)

Mais la promesse cachée par le symbole de l’arbre de vie va bien au-delà.

Car le fleuve qui traverse le nouveau ciel est la Parole de Dieu, comme nous pouvons le lire dans de nombreuses citations des textes sacrés, et en elle nous pouvons vivre chaque jour de notre vie à partir de maintenant, en jouissant de sa nourriture, de son eau bénite, comme si nous étions nous-mêmes des arbres : « Béni soit celui qui ne marche pas au pas avec les méchants et ne se tient pas sur le chemin que prennent les pécheurs, ni ne s’assied en compagnie des moqueurs, mais qui prend plaisir à la loi du Seigneur et qui médite sa loi jour et nuit. Cette personne est comme un arbre planté au bord d’un cours d’eau, qui donne ses fruits en saison et dont la feuille ne se flétrit pas – tout ce qu’elle fait prospère ». (Psaumes, 1:1-3)

Cette comparaison entre ceux qui croient et vivent selon la volonté de notre Seigneur, et les arbres pleins de fruits qui poussent le long d’un fleuve vif et frais se retrouve également dans d’autres passages de textes sacrés, dans les paroles des prophètes et des sages.

L’arbre de vie associé à la croix


Nous pouvons donc être nous-mêmes des arbres de vie, riches en fruits chaque jour, chaque saison, si seulement nous laissons l’eau vivifiante du Saint-Esprit continuer à couler en nous et à étancher notre soif, et nous nourrir.

Une autre signification attribuée à l’arbre de vie dans la sphère chrétienne est la croix du Christ. C’est en effet grâce à la croix que Jésus a établi notre salut, en choisissant délibérément de s’offrir lui-même pour apporter la vie là où il n’y avait que la mort.

Dans cette vision, citée dans de nombreux passages des textes sacrés, la croix est comparée à un arbre. Par exemple, dans la Liturgie de l’Exaltation de la Croix, on peut lire

« Car tu as mis le salut du genre humain sur le bois de la Croix, afin que, là où la mort est survenue, la vie jaillisse de nouveau et que le malin, qui a vaincu sur un arbre, soit également vaincu sur un arbre, par le Christ notre Seigneur » (préface).

Les hommes ont perdu leur grâce en allant contre Dieu, en le défiant, en acquérant la connaissance du bien et du mal, et avec elle, en engendrant le péché sous toutes ses formes. Adam a essayé de devenir comme Dieu, sans en avoir les compétences, ni le droit. Un fils défiant son Père, avec l’arrogance et l’impudence typiques de celui qui, trop jeune et immature, ne comprend pas l’étendue de ses propres actions.

Et voici un nouveau Fils, qui se tient debout pour défendre l’humanité, un Fils qui reconnaît la supériorité et la volonté de son Père au point de vouloir être cloué sur une croix pour réaliser son plan. Jésus a accepté son destin avec humilité et obéissance, et pour son acte de soumission, la croix sur laquelle il meurt est devenue le nouvel arbre de vie. Les fautes de l’humanité ont été lavées du sang et de l’eau qui ont coulé des blessures de Jésus, et le péché originel a été remis en question. La croix est le nouvel Arbre de vie, et nous a donné l’espoir d’être sauvés, de pouvoir un jour entrer dans le nouveau Ciel, si nous suivons les conseils de Jésus et nous le saurons : « comment reconnaître la grandeur de Dieu et accepter notre petitesse, notre condition de créatures, en laissant le Seigneur la remplir de son amour » (Pape Benoît XVI, audience générale du 6 février 2013)

L’arbre de vie dans les différentes cultures


Aujourd’hui, l’Arbre de vie est devenu un symbole qui va au-delà des valeurs chrétiennes, reprenant beaucoup du paganisme et des philosophies orientales. Mais la vérité est que, comme pour tout autre symbole, l’important est ce que nous voyons dans ce symbole.

Dans toutes les cultures et religions, l’Arbre de vie est de toute façon un symbole vital, qui régénère et donne espoir et force. Ses racines symbolisent nos origines et notre force intérieure, qui doit être solide et résistante ; le tronc est la vie elle-même, qui s’étend entre le passé et un avenir riche en feuilles et en fruits luxuriants.

Offrir à quelqu’un un collier avec un pendentif de l’arbre de vie sera toujours une bonne façon de lui souhaiter bonne chance pour un nouveau départ, qu’il s’agisse d’un nouvel emploi, d’une nouvelle vie, d’un déménagement dans une nouvelle maison ou d’un mariage. C’est une façon de se rappeler que nous ne serions jamais ce que nous sommes aujourd’hui, si nous n’avions pas été quelque chose de différent auparavant ; juste une minuscule graine qui s’est profondément enracinée dans le sol, générant un arbre avec des racines solides et des branches vers le ciel. Si nous étions capables de choisir judicieusement notre nourriture, notre Arbre de vie pousserait de plus en plus luxuriant et riche de fruits précieux.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !