Aimez MaChronique !



ÊTES-VOUS DE MAUVAIS PARENTS, QUAND VOUS LAISSEZ TOUT FAIRE À VOS ENFANTS ?

Partagez cet article !

ÊTES-VOUS DE MAUVAIS PARENTS, QUAND VOUS LAISSEZ TOUT FAIRE À VOS ENFANTS ?

Dans les chroniques précédentes, je vous parlais des mauvais parents maltraitant leurs enfants, à travers la violence ou le rejet et l’abandon. Ces articles vous auront permis de définir quel genre de parents vous êtes, en faisant un parallèle entre les comportements de votre père et votre mère et les vôtres, pour constater, peut-être, que vous reproduisez certaines de leurs attitudes, par mauvaises programmations. Peut-être aussi ne vous êtes-vous pas du tout reconnu dans la catégorie des parents maltraitants, parce que, tout simplement, vous cédez tout à vos enfants…  Pensez-vous, pour cela, être de bons parents ?

Si vous suivez régulièrement mes chroniques tous les mercredis, vous vous souviendrez de l’histoire du boa. Pour ceux qui ne la connaissent pas ou l’ont oubliée, je vais vous la raconter : une femme avait acheté un jeune boa d’un mètre de long et le nourrissait depuis de nombreuses années. La particularité était qu’il dormait dans son lit, lové sous ses couvertures. Le boa avait grandi, puis un jour, il alerta sa propriétaire par son changement d’attitude : il ne dormait plus lové, mais le long de son corps et refusait de s’alimenter. Inquiète, elle fonça chez le vétérinaire qui lui répondit : « Dépêchez-vous de vous en débarrasser, il est en train de vous mesurer pour vous bouffer !« . Un serpent a un cerveau reptilien : il ne fait pas du tout le lien entre cette dame et la nourriture qu’il reçoit chaque jour. Pour lui, elle est de la nourriture sur pattes, il faut juste qu’il soit assez grand pour la « consommer »… Les dominateurs ont la même stratégie : quand ils vous rencontrent, ils vous mesurent pour voir s’ils peuvent vous « bouffer ». Et les enfants attendent d’être assez grands pour ça… Cependant, c’est parfois tout petits qu’ils vous « boufferont » déjà !

Un enfant est un petit boa, qui vous mesure pendant toute son enfance : il attend la faille, la faiblesse, le moment où il pourra vous prendre le dessus et c’est inconscient. Il se fait simplement les dents sur vous, pour peu que vous vous transformiez en os à ronger. Il reniflera chaque moment où vous lui céderez et s’engouffrera à tout coup dans cette faille.  Et plus vous le laisserez faire, plus il le fera et plus… il vous méprisera. Vous souvenez-vous également de la différence entre « rendre service » et « être au service de » ? Si vous vous placez « au service de » vos enfants, ils vous boufferont. Vous traitant comme un(e)  esclave, ayant rapidement compris qu’ils ont le dessus sur vous, ils finiront par être agressifs, vous en voudront de ne pas être le/la chef de meute et finiront par vous mépriser… L’être humain a pour mauvaise habitude de mépriser ceux qu’il domine… Donc, si vos enfants sont des « enfants rois », si vous leur donnez le pouvoir de décider, de gérer votre vie, de faire tout ce qu’ils veulent sans jamais intervenir, vous êtes simplement en train de les transformer en petits monstres, qui seront plus tard inadaptés à la société : vous en faites de magnifiques Trous noirs affectifs…

Et n’en attendez pas plus de respect une fois qu’ils seront partis de la maison : chaque fois qu’ils y reviendront, c’est en conquérants et vous en peuple soumis et « esclavagisé ». Pensez-vous vraiment que l’amour des enfants s’achète ? Pas plus que celui des adultes ! Le respect, ça se gagne, l’amour aussi. En leur ayant tout cédé, pensant avoir évité de les traumatiser, croyant leur avoir offert une vie de rêve, celle que vous aviez peut-être rêvée étant petit, vous leur gâchez la vie… Et pourquoi seront-ils agressifs ? Parce que dépossédés d’une figure paternelle et maternelle : un esclave n’est pas un parent. Vous vous devez et leur devez d’être un chef de meute et, par définition, un leader et un protecteur de la famille : un esclave n’est pas un protecteur. Si vous ne prenez pas ce rôle de leader, les enfants le prendront automatiquement et vous les mettrez dans l’insécurité, car ils ne se sentiront pas encadrés. Rien de pire qu’un enfant qui joue le rôle de parent auprès de son parent : il est déstabilisé et peut rapidement devenir un dominateur, puisqu’il sent bien qu’il vous domine. Il y voit des avantages certains et fait soudain la pluie et le beau temps à la maison, devant des parents rampants. Un enfant a besoin d’encadrement, d’une marge de manœuvre qu’il doit respecter, de limites à ne pas dépasser : c’est rassurant. Son rôle sera d’essayer de tester les frontières, pour voir où il peut s’infiltrer et échapper à vos règles, mais vous ne devez pas le laisser faire. Par rapport à vos règles, vos valeurs et votre éducation, votre progéniture doit savoir exactement où elle peut mettre les pieds et d’où elle ferait mieux de les enlever.

Autre métaphore que je vous ai déjà proposée : si vous êtes un bataillon de soldats et que votre supérieur est perdu dans la jungle avec vous, qu’il écoute l’avis de chacun et laisse la troupe décider, aurez-vous la croyance que vous allez sortir de la jungle vivant ? Au contraire, si votre chef sait ce qu’il fait, donne des ordres pertinents et vous explique comment vous allez sortir de cette jungle, vous sentirez-vous rassuré ? Idem pour les parents, face aux enfants : l’enfant doit sentir que son père et sa mère savent où ils vont et qu’ils ont confiance en la direction qu’ils ont choisie. Vous ne devez tolérer aucun écart de langage ni de comportements. Attention, je ne suis pas en train de vous proposer de vous transformer en dominateur ou en dictateur, mais en leader. Un leader a ses règles de respect et enseigne à ses enfants à les respecter. Si vous laissez un enfant vous dire « que tu es bête » sur le ton de la plaisanterie, sans réagir, un beau jour, il prononcera les mêmes mots, mais avec du mépris dans la voix. Il y a également des gestes que vous ne devez pas permettre, des mots interdits. Le pli est vite pris et l’enfant ne fait plus la différence entre les moments de détente et de crise.

Et quand vous avez dit « non » et que votre enfant défend sa cause avec des arguments pertinents, c’est le moment de souligner son intelligence : il n’essaie pas de vous dominer, il défend intelligemment son point de vue et le tout est cohérent. Mais quand ce qu’il veut faire n’est pas adéquat, à vous de lui dire simplement « c’est non négociable » et rester ferme sur ce point. Le « c’est non négociable » sera la limite à ne pas franchir et l’enfant saura qu’il ne faut pas insister. Être parents, c’est un job à plein temps pour lequel personne n’a été formé. Mais si vous vous rapportez au bon sens, il est simple de comprendre que des enfants ont besoin d’encadrement, de sentir qu’ils ont un leader dans leur famille et, comme dans les meutes de loups, ils savent qui sont le mâle et la femelle dominants et les respectent, comprenant qu’ils ne sont que les louveteaux. Mais quand les louveteaux mènent la danse, que les parents sont séparés, ils en voient l’immense faille, quand ce sont eux qui décident qui leur maman/papa aura ou n’aura pas dans sa vie, comment vous sentez-vous ?

Combien de fois des clients m’ont fait part de leur inconfort face aux enfants du nouveau conjoint ou de la nouvelle conjointe ! Se sentant coupable d’être séparé, il/elle laisse tout passer aux enfants, qui font la pluie et le beau temps et ont même droit de vie et de mort sur le nouveau partenaire. Le parent dit aux rejetons : « Si elle/il ne vous plaît pas, je lui demande de partir« . Voyez-vous le pouvoir que vous venez de laisser à un enfant, qui soumettra le nouveau conjoint/la nouvelle conjointe terrifiés qu’ils seront que la décision soit « non, je ne l’aime pas » ? Ce n’est pas à vos enfants de choisir qui vous aurez dans votre vie et si vous êtes suffisamment avisé, vous aurez choisi la meilleure personne pour vous. Quand des enfants sont élevés par des leaders, séparés ou pas, ils accueillent toujours avec courtoisie et bonne humeur les décisions sensées des parents. Donc, quand vous leur présentez la personne à laquelle vous tenez et qui vivra avec vous désormais, c’est le respect que vos enfants lui doivent et s’ils vous font le chantage de choisir entre le nouveau partenaire et eux, c’est sûr qu’il faudra les remettre à leur place. De toute façon, si vous laissez le pouvoir aux enfants, ce ne sera pas long : vous allez vous retrouver célibataire ! C’est à vous d’obliger vos enfants à respecter cette nouvelle personne et non à elle de se faire respecter : elle essuiera des « tu n’es pas mon père » ou « tu n’es pas ma mère« , pire « tu n’es pas chez toi, ici » et fera face à des petits monstres qui la rejetteront. J’ai vu de nombreux cas où les enfants ont détruit une belle relation, parce que le parent les a laissé faire. Et que pense de vous le nouveau partenaire, qui voit vos enfants vous monter sur la tête ? S’il est équilibré, il fuira !

Tout reposera, une fois de plus, sur votre confiance et votre estime, pour gérer une situation de séparation, sans vous sentir coupable vis-à-vis des enfants : si vous avez pris la bonne décision et que vous en êtes sûr, les enfants suivront, que ce soit pour une séparation ou pour leur présenter un nouveau partenaire. Des enfants bien élevés respectant leurs parents seront contents pour eux. Donc, ce n’est pas une bonne idée de tout laisser faire à vos enfants, d’être laxistes, de tout leur passer, parce que vous les insécurisez, vous les transformez en petits monstres inadaptés à la société et ils vous mépriseront…

Pascale Piquet sera à Paris du 24 juin 2013 au 4 juillet 2013 : si vous souhaitez faire un coaching, tous les détails sur le site : http://www.pascalepiquet.com/coaching-intensif.php

Nouveau ! Lisez le e-book « Pourquoi récupérer son ex, là est la question. Comment survivre à une rupture, là sont les réponses ! » : http://www.pascalepiquet.com/pourquoi-recuperer-son-ex.php

Écoutez Pascale Piquet, chaque mercredi à la radio :


95.7 FM au Saguenay-Lac-St-Jean : Écoutez la chronique décapante de Pascale Piquet avec la complicité de John Ferguson et son équipe, tous les mercredis à 16h15 ! Écoute en direct : www.saguenay.radiox.com/accueil


94.1 FM à Sept-Îles : Écoutez le trio détonnant David Tancrède, Valérie & Pascale Piquet, tous les mercredis à 16h40 ! Écoute en direct : www.le941.com

Lisez le second livre de Pascale Piquet : « Gagnez au jeu des échecs amoureux » (Michel Lafon)

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

Prenez une dose de bonne humeur : suivez Pascale Piquet sur Twitter www.twitter.com/pascalepiquet

FACEBOOK : page professionnelle « Pascale Piquet »

Et lisez la chronique de Pascale Piquet, chaque mercredi !

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?