Aimez MaChronique !



DÉPENDANCE ÉMOTIVE : CHATS, CHIENS, ANIMAUX DE COMPAGNIE

Partagez cet article !

DÉPENDANCE ÉMOTIVE : CHATS, CHIENS, ANIMAUX DE COMPAGNIE

 

Un animal de compagnie est souvent utilisé pour combler le vide que vous ressentez à l’intérieur, surtout si vous êtes célibataire. Mon ami, Hany Khoriaty, père de la talentueuse jeune chanteuse Florence K., a une théorie sur les « femmes à chat », célibataires, ayant passé les 35 ans : il soutient que lorsqu’une femme célibataire a un chat, voire plusieurs (c’est aussi valable pour les chiens), passé 35 ans, elle préférera souvent son petit compagnon à quatre pattes, plutôt que vous, Monsieur, même si vous vous mettez à plat ventre !

 

En fait, ce que Hany veut exprimer, avec humour, et ce n’est pas le premier à me faire un témoignage  dans ce sens-là, c’est que certaines femmes ont plus de considération pour leur animal que pour le nouveau copain : la place est déjà prise dans leur cœur et l’homme se retrouve au rang d’animal, mais pas dans le lit (il est déjà occupé), plutôt au pied ! Je comprends que lorsque vous adoptez un chien, un chat ou autre, vous en êtes responsable à vie. Mais que diriez-vous de lui laisser son rang d’animal de compagnie au  lieu de le coopter au rang de… conjoint ou enfant ! Personne ne vous a jamais expliqué comment élever votre nouveau colocataire à poil et vous pensez que lui donner tout l’amour dont vous débordez fera l’affaire. Ça fera SON affaire, car ça ne prendra pas longtemps avant qu’il vous domine, se considérant comme le mâle alpha (mâle dominant d’une meute de loups) de la famille.

 

Il va tenir la place de compagnon, au-delà de son statut d’animal, parce que vous le traitez comme un humain. C’est aussi déstabilisant pour lui d’être traité comme un humain, que pour vous d’être traité comme un chien ! Du coup, il faut faire appel à César, afin qu’il remette le chien dans son panier et la maîtresse sur le canapé. Il ne fait pas du dressage de chiens : il coache les maîtres pour leur redonner leur statut d’humain ! En fait, la dépendance émotive va également se loger dans vos relations avec les animaux. Quand j’entends une femme dire à son chien ou son chat « Viens voir maman », mes oreilles font un tour sur elles-mêmes ! J’ai eu des chiens, des chevaux, et aujourd’hui deux chats, n’en déplaise à Hany ! En fait, ce sont plutôt les deux chats qui m’ont eue. Débarquant de nulle part (ma fille et moi en avons au moins recueillis cinq, à St-Jean-de-Matha, depuis que nous y vivons, le cheptel étant réduit aujourd’hui à deux), ce sont plutôt les chats qui ont choisi de vivre chez nous, plutôt que nous qui les avons choisis. Silex, chat tigré que vous pouvez voir sur l’une de mes vidéos, sur mon site (http://pascalepiquet.com/video-dependance-affective.php), nous a depuis bientôt six ans. Très connu de tous les clients qui viennent faire le coaching à St-Jean-de-Matha, il est « thérapeutique ». Eh oui, ils ont aussi cet effet-là. Très calme, adorant les caresses, il choisit des genoux, se partage, pas de jaloux, et ronronne. Son ronronnement, en plus du geste répétitif des caresses est hypnotique et apaise. La zoothérapie n’est plus à démontrer : les animaux font du bien, quand vous respectez leurs normes de vie. Donc, les animaux, je les connais, je les respecte et je les aime. Notamment, ma vie dans les chevaux de courses m’a enseigné beaucoup sur les comportements équins (et sur les hommes aussi !). Mais ils restent, à mes yeux, des animaux (je parle des chevaux !).

 

La grande erreur que font la plupart des humains, c’est de les coopter au rang de personne. Ainsi, dans une famille avec des enfants, un chien ou un chat peut parfaitement considéré qu’il passe, dans la meute (car pour eux une famille, c’est une meute), avant les enfants. L’animal défendra son rang, simplement parce que vous ne lui aurez pas fait comprendre qu’il est le dernier et non le premier, après les parents. Les animaux sont comme les enfants : ils testent, cherchent la faille et s’y introduisent rapidement. Quand vous laissez votre chat monter sur la table de la cuisine et sur le comptoir (laissant des poils partout au passage !), quand il dort dans votre lit, a tous les droits,  vous allez au-devant d’ennuis… Bien sûr, ce sera plus flagrant avec un chien qui a plus de pouvoir, car il peut mordre : il sentira s’il a le dessus sur vous et le simple fait qu’il l’ait le poussera à vous dominer. Donc, comme tout dominateur humain, il en profitera pour prendre la place de chef. Allô, César, au secours ! (César est un dresseur américain connu en Amérique du nord grâce à une émission de télévision).

 

Accorder plus d’importance à un animal qu’à une personne vous paraît souvent normal, quand vous avez perdu confiance en la race humaine. « Plus je connais les hommes, plus j’aime les bêtes », cette citation démontre bien que, blessé par des personnes proches ou non, dans vos relations affectives ou autres, vous reportez votre amour sur un animal que vous traitez comme un humain. Vous n’aimez pas qu’on vous traite comme un chien, alors ne traitez pas le chien ou le chat comme un humain. Accordez-lui sa place d’animal de compagnie, avec les égards dus à son rang, pas plus. Sinon, vous le déstabilisez. Que dire d’un de mes amis qui avait une chienne, berger allemand, qui ne laissait approcher aucune fille de lui ? Que dire du chien qui est couché dans le lit à côté de sa maîtresse et ne laisse pas approcher le mari ? Vous trouvez ça drôle, souvent, jusqu’au jour où il prend le rôle du dominant et parce que vous n’avez pas su vous affirmer, il vous mord et vous le faites piquer. J’ai vu des chevaux traités comme de bons gros toutous, quand ils étaient poulains, puis défigurer la personne quand ils étaient adultes : c’est la façon qu’un cheval a de se faire respecter, il mord. Un cheval, surtout entier (pas castré), a besoin de sentir quelle est sa marge de manœuvre et d’être dressé à respecter l’homme. Sinon, il devient dangereux et l’humain, loin de reconnaître ses erreurs, l’envoie à la boucherie. Le cheval ou le chien ne sont pas dangereux : ils ont juste pris la place de dominant, que vous leur avez laissée.

 

Ayant eu deux gros chiens d’environ 40 kilos, un malamute (chien de traîneau) et un charplaninatz (berger yougoslave), il était important qu’ils sachent où était leur place : ils passaient après les maîtres, le conjoint de l’époque et moi, et après ma fille. Si un chien de ce gabarit, chien de meute par excellence, sent que vous en avez peur, vous êtes foutu, il prendra le dessus. D’ailleurs, les deux se battaient souvent pour savoir lequel passait après ma fille. Il arrive que des chiens respectent les enfants de la maison, qu’ils ont souvent vus naître, mais mordent les enfants étrangers, pour asseoir leur place. Les animaux n’ont pas les mêmes références que vous, même si vous avez tendance à leur prêter des sentiments humains : ils ont des comportements reliés à leur race et pour eux, il faut défendre sa place. Lui expliquer gentiment que ce n’est pas bien de mordre les enfants ne le convaincra pas. Je me souviens d’une émission de César où les maîtres avaient déboursé 20 000 $ US (14 000 euros) en frais médicaux pour eux-mêmes, victimes des morsures de leur chien, un petit bouledogue français.

 

Que penser des chiens et chats qui dorment dans le lit de leur maîtresse ou maître ? Je comprends que ce soit rassurant d’avoir une présence, surtout pendant le sommeil, car en dépendance affective, il arrive que vous ayez des difficultés à dormir seul. La présence animale est rassurante, mais parfois très invasive. D’autant que le jour où vous rencontrez quelqu’un, il doit se faire une place dans votre lit, si l’animal l’accepte ! Et que dire des relations intimes sous le nez du chien : ça en déconcentre plus d’un ! Sans parler d’une question d’hygiène, car le chien qui bave et le chat qui perd ses poils sont-ils vraiment les bienvenus dans des draps ? Ces fameux poils souvent responsables d’allergies et quand le ou la nouvelle partenaire y est allergique, que faire ? Le problème se pose : faut-il se débarrasser du chien/du chat ou du gars ? Des femmes m’ont avoué s’être débarrassées du chat, plutôt que du gars, puis celui-ci les a plantées là. C’est certain que la dépendance affective vous fera favoriser le chat si vous l’avez coopté au rang d’humain, ou le gars si vous êtes en dépendance émotive et que l’important pour vous est d’être en relation, à n’importe quel prix, même celui du vétérinaire pour tuer le chat.

 

En bref, avoir un animal de compagnie est une responsabilité, parce qu’il va falloir le dresser à être un animal et non un humain. Vous l’aurez compris, lui faire croire qu’il est votre conjoint ou votre enfant lui fera plus de mal que de bien. Et c’est humain que de prendre un animal quand on se sent seul, parce que dépendant affectif et émotif, vous cherchez à combler un vide.  Je vous entends souvent dire « Le chien, au moins, il est toujours heureux de me voir quand je rentre le soir ! », ce qui est moins évident avec un chat. Mais attention de ne pas avoir un animal parce qu’il vous manifeste de l’intérêt, justement parce qu’il dépend de vous… Dressez juste votre chien, votre chat ou tout autre animal à rester à sa place, afin que le jour où vous rencontrez quelqu’un, il adopte votre nouveau conjoint et réciproquement !

 

Commandez le nouveau DVD « Comprendre la Vie », et téléchargez le guide « Arrêtez de souffrir, construisez votre bonheur », pour développer confiance et estime chez vous. En vente exclusive sur le site www.pascalepiquet.com

 

Prenez, une fois par jour,  une dose de bonne humeur: suivez Pascale Piquet sur Twitter ! Abonnez-vous : www.twitter.com/pascalepiquet

 

 

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !




VOTRE COACHING PRIVÉ À DISTANCE PAR SKYPE
Où que vous soyez dans le monde, Pascale peut vous coacher !

Pascale Piquet

Auteure et conférencière

Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux :

www.pascalepiquet.com

Sans vous déplacer, recevez un « coaching » dans le confort de votre domicile avec des séances organisées en fonction de votre emploi du temps.

Quoi de plus simple et facile ?

Quels que soient les problèmes engendrés par votre manque de confiance et d’estime (la dépendance affective), vous pouvez les régler rapidement en faisant appel à la spécialiste qui, grâce aux nouvelles technologies, vous rendra visite dans votre salon !

L’efficacité du coaching par skype a été démontrée et les résultats sont très satisfaisants : quel soulagement de pouvoir faire appel aux services de Pascale Piquet avec autant de simplicité et facilité. Le bonheur est à portée de votre main, il suffit de le décider et de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la dépendance affective qui se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le bonheur est un chemin qui se choisit, laissez-moi vous accompagner, même à distance !

Appelez Pascale au:
00 1 450 886 0585

Autres articles de Pascale...

Dépendance affective et dépendance amoureuse…
Vous reconnaissez-vous ?

VIE PRIVÉE

  • Vous vivez avec une personne qui vous fait souffrir, mais vous n’avez pas la force de la quitter ?

  • Vous venez de rompre, que ce soit votre décision ou la sienne, et vous souffrez le martyre ?

  • Vous souhaitez rompre mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

  • Vous êtes célibataire et la solitude vous pèse car vous désespérez de trouver la bonne personne ?

  • Vous ne voulez plus de relations affectives car vous avez déjà trop souffert ?

  • Vous êtes prisonnier d’un triangle amoureux, que vous soyez l’amant, la maîtresse ou que ce soit vous qui trompiez votre partenaire ou elle/lui qui entretient une relation avec une tierce personne et vous voulez en sortir ?

  • Vous vivez de l’insatisfaction chronique, vous traînez une tristesse depuis votre enfance, dont vous ne réussissez pas à vous débarrasser ?

  • Vous souhaitez améliorer votre situation professionnelle ?

  • Votre vie vous échappe ? Vous cherchez le bonheur ?

  • Vous souhaitez développer votre confiance et votre estime ?

  • Vous aimeriez vaincre la dépendance affective ?

  • Vous souffrez du rejet et de l’abandon ?

VIE PROFESSIONNELLE

  • Vous subissez du harcèlement au travail ?

  • Vous avez peur de tomber en épuisement professionnel (burnout) ?

  • Vous éprouvez des difficultés d’intégration dans votre équipe de travail ?

  • Vous souhaitez apprendre à manager une équipe ou développer vos habiletés dans ce domaine ?

  • Vous avez des difficultés à trouver un emploi stable ?

  • Vous désirez changer d’orientation professionnelle ?

  • Vous avez des difficultés à vous faire respecter ?

  • Vous souhaitez apprendre à résoudre les conflits ?