Aimez MaChronique !



5 façons d’améliorer la qualité de l’air intérieur

Partagez cet article !

La mauvaise qualité de l’air extérieur est responsable de nombreuses maladies.
Mais saviez-vous que l’air à l’intérieur de votre habitation peut être encore plus pollué que l’environnement extérieur ? Les sources de pollution sont, en effet, abondantes dans les logements. On peut notamment citer les matériaux de construction, les produits de nettoyages et le tabagisme.
Alors, pour préserver votre santé et votre bien-être, découvrez dans cet article 5 façons d’améliorer la qualité de l’air intérieur.

Limiter les sources de pollution intérieures

Cela peut paraître évident, mais la première solution pour lutter contre la pollution est de ne pas la générer. Quelques gestes et habitudes simples peuvent vous aider à conserver un environnement plus sain.

— Utilisez des nettoyants ménagers écologiques ou, mieux, fabriquez-les vous-mêmes à l’aide de vinaigre de cidre ou de bicarbonate de soude.
— Consommez des huiles de cuisson qui ont des points de fumées plus élevés afin d’éviter qu’une odeur de brûlé persiste durant des heures. L’huile de tournesol par exemple a un point de fumée supérieur à l’huile d’olive.
— Aérer les nouveaux meubles. Ceux-ci émettent des composés organiques volatils. La quantité est d’autant plus importante que le meuble est neuf. Si possible, installez-le d’abord dans un garage, une cave, ou dans une pièce très ventilée. Après une semaine, vous pourrez l’intégrer dans votre logement en pensant à ouvrir régulièrement les fenêtres du lieu dans lequel il se trouve.
— Veillez à l’hygiène de vos animaux en les brossant et lavant fréquemment. Cela limitera la présence de poils et de squames, des cellules de la peau pouvant être très allergisantes.

Aérer quotidiennement votre habitation

Là aussi, cette astuce peut sembler basique. Pourtant, la majorité des individus n’aère pas correctement leur logement. Pour évacuer les polluants atmosphériques nocifs, l’idéal est d’ouvrir les fenêtres 5 à 10 minutes par jour, de préférence le matin.
Si vous vivez dans un environnement urbain, veillez à éviter les heures de fort trafic.
L’été, vous pouvez même aérer votre habitat toute la nuit. Cela permettra à la fois d’améliorer la qualité de l’air et de rafraîchir les pièces.

Utilisez des purificateurs d’air ou des climatiseurs

Si vous disposez d’un système de climatisation centrale, vous avez également un procédé de filtration d’air. En effet, pour fonctionner, la climatisation aspire l’air environnant avant de le refroidir puis de le réinjecter. Au cours de ce cycle, l’air passe au travers d’un filtre ce qui le purifie. Il est par contre nécessaire de bien veiller au nettoyage et au remplacement de ces filtres.

Si vous n’avez pas de climatiseur central, vous pouvez investir dans un purificateur. Là aussi, la présence de plusieurs filtres permet d’éliminer un maximum de types de particules nocives.

Éliminer la moisissure dans votre environnement

La moisissure est une source de pollution majeure dans une habitation. Pour se répandre, les champignons relâchent des spores dans l’environnement. Or, ces spores sont très allergisantes et peuvent notamment provoquer de l’asthme et de l’eczéma.
Pour éliminer la moisissure, il faut d’abord identifier ses causes. Les plus fréquentes sont une humidité trop abondante, une mauvaise isolation ou un système de ventilation défaillant. Selon l’origine, des travaux peuvent donc être envisagés pour se débarrasser de ce problème. En attendant, vous pouvez nettoyer les taches de moisis avec de l’eau oxygénée ou de l’alcool. Attention cependant au risque de décoloration sur les peintures et tapisseries

Faites appel à des professionnels pour diagnostiquer la qualité de l’air

Même en réalisant les astuces ci-dessus, d’autres sources de pollutions invisibles peuvent nuire à la qualité de l’air intérieur.
Il s’agit notamment de particules nocives issues d’isolants en amiante ou en vermiculite.
Ces matériaux sont désormais considérés comme dangereux et l’inhalation de leurs fibres et poussières peut entraîner, à moyen et long terme des maladies respiratoires.
Pour savoir si votre logement est concerné, il est possible de faire effectuer des tests de qualité de l’air par des laboratoires tels que « Sedex Lab ». Ces analyses permettent de connaître la concentration en fibres toxiques dans l’air de votre habitation. Selon les résultats, des travaux de décontamination seront, là aussi, à envisager.

Partagez cet article !

Aimez-vous les textes sur MaChronique ?



Des Livres pour Changer de Vie !